Skip to main content

Hlinka-Gretzky: Le Canada l'emporte dans la controverse

Dylan Cozens a forcé la tenue de la prolongation avec un but techniquement marqué après la fin du match

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

EDMONTON - Josh Williams a marqué son deuxième but du match à 1:44 de la période de prolongation pour propulser le Canada en finale de la Coupe Hlinka-Gretzky grâce à une victoire controversée de 6-5 face à ses éternels rivaux américains, vendredi.

En finale du tournoi réunissant plusieurs des meilleurs joueurs de moins de 18 ans au monde, le Canada retrouvera la Suède, qui a signé une courte victoire de 2-1 sur la Russie dans l'autre demi-finale.

Mais les jeunes Canadiens souffriront probablement du syndrome de l'imposteur malgré une solide prestation.

En toute fin de troisième période, Dylan Cozens a semé l'hystérie chez les 4656 spectateurs en permettant au Canada de combler son quatrième retard du match avec un tir précis de l'enclave. 

Le problème, c'est qu'il n'y avait techniquement plus de temps au cadran; la reprise vidéo le démontre clairement. Les arbitres ont toutefois confirmé le but après une courte consultation puisque les règles du tournoi ne permettent pas l'utilisation de la reprise.

Ce spectaculaire et divertissant gain avait donc les allures d'une défaite dans les coulisses du Rogers Place après la rencontre.

« Avant le début de la compétition nous avons décidé qu'il n'y aurait pas de reprise vidéo parce que les trois amphithéâtres utilisés pour le tournoi ne sont pas tous dotés de la technologie », a déclaré le chef de la direction de Hockey Canada, Tom Renney.

« Dans un objectif de constance, toutes les équipes ont décidé que les officiels allaient procéder aux appels après consultation sur la patinoire, comme ils l'ont fait ce soir. Il semble que l'appel n'était pas le bon, mais je ne veux en aucun cas blâmer les officiels. »

À la défense des arbitres, la différence entre le moment où s'égraine la dernière seconde et celui où la rondelle pénètre dans le filet est à peine perceptible à l'oeil nu. Le directeur adjoint des opérations hockey de USA Hockey, John Vanbiesbrouck, a dit souhaiter que la reprise soit utilisée à l'avenir, mais ne pouvait évidemment rien changer à la décision.

Les États-Unis affronteront donc la Russie pour l'obtention du bronze.

« Je me sens mal pour tout le monde - pour nos joueurs aussi, a admis Renney. Si je suis dans l'équipe américaine, je me gratte la tête pour savoir ce qui s'est passé. Ils ont droit à une explication et je vais aller les rencontrer. »

Comme on peut l'imaginer, les célébrations qui ont suivi le but victorieux de Williams ont fait place à des commentaires plutôt ternes et à de longs visages dans les corridors près du vestiaire de l'équipe canadienne. Les représentants de la formation - à l'exception de Renney - ont refusé de commenter le but égalisateur et ont défilé devant les médias avec un certain malaise.

Cette controverse est venue jeter de l'ombre sur un match autrement digne des classiques entre les deux équipes. Beaucoup de buts, des arrêts spectaculaires de chaque côté et juste assez de robustesse.

Le capitaine Alexis Lafrenière et Xavier Parent ont récolté un but et une aide chacun tandis que Jamison Rees a aussi touché la cible pour la troupe d'André Tourigny.

Nicholas Robertson a réussi un tour du chapeau tandis que Luke Toporowski et Aaron Huglen, avec un but de l'arrière du filet à la Sidney Crosby, ont complété la marque pour les États-Unis.

Nolan Maier a repoussé 34 tirs dans la victoire tandis que Dustin Wolf a cédé six fois sur 34 lancers.

La Suède veut apprendre

Les Suédois ont peut-être encaissé une défaite de 4-3 face au Canada au cours de la ronde préliminaire, mais ils ont très bien paru contre la Russie, l'une des attaques les plus menaçantes du tournoi. Victoire ou défaite en finale, l'objectif de l'équipe aura été atteint.

« Nous mettons plus l'accent sur l'expérience, a déclaré l'entraîneur suédois Magnus Hävelid. Ce n'était pas notre plus belle victoire, mais nous voulons rebondir. Il faudra travailler sur l'aspect mental parce que c'est la première fois que les jeunes jouent des matchs aussi éprouvants sur une aussi courte période.

« Pour moi, c'est un processus d'apprentissage. Ce n'est que le début pour ces jeunes, donc j'espère qu'ils pourront utiliser cette expérience dans le futur. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.