Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Olson: « C'est le moment de se concentrer et d'accomplir le travail »

De retour chez lui au Minnesota, Ryan Poehling travaille fort sous l'oeil attentif de son entraîneur en conditionnement physique Kirk Olson

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Lorsque Ryan Poehling est arrivé au Training HAUS, à Eagan au Minnesota, pour commencer son programme d'entraînement estival, l'entraîneur de renommée en conditionnement physique, Kirk Olson, avait un message très simple pour lui.

« Je lui ai simplement dit qu'il s'agit d'un été important. Nous n'avons pas de camp avec l'équipe américaine, ses amygdales ont été retirées, nous sommes prêts à commencer », a dit Olson, évoquant la procédure chirurgicale subie par Poehling en juillet dernier pour traiter une amygdalite et un septum dévié. « C'est désormais le moment de se concentrer et d'accomplir le travail ».

Et c'est exactement ce que fait le centre âgé de 20 ans sous la tutelle de Olson dans le but d'obtenir un poste au sein de l'alignement des Canadiens à l'automne prochain.

« La chose la plus importante que nous travaillons est son athlétisme. Le hockey est un sport de départs, d'arrêts et de virages. Plus il s'habituera aux transitions de départs, arrêts, virages, le meilleur sera-t-il sur la glace. Évidemment, il doit aussi utiliser sa force, mais il est déjà plutôt fort. C'est quelque chose qui va se développer », a expliqué Olson, qui travaille avec Poehling du lundi à jeudi avec un groupe qui inclut également ses frères jumeaux, Nick et Jack.

« Nous travaillons aussi sur son énergie et son conditionnement. Ryan était un peu limité en raison de son incapacité à respirer quand il avait les amygdales, mais il est de mieux en mieux. Il y a une énorme différence lorsqu'il est en mesure d'ouvrir ses voies respiratoires de la sorte. Si je peux rendre Ryan le plus rapide possible , devenez qui sera le plus fatigué à la fin du match, peu importe le résultat au VO2 max? Ce n'est pas seulement pour 60 minutes que nous devons le préparer, mais pour 82 rencontres », a-t-il ajouté.

Selon Olson, responsable des performances sportives chez Twin Cities Orthopedics et ancien entraîneur en conditionnement physique chez le Wild du Minnesota, l'espoir des Canadiens est un excellent élève.

C'est la quatrième entre-saison que les deux hommes passent ensemble, et Olson profite de chaque seconde.

« Je dis à Ryan chaque jour: « Je n'arrive pas à croire à quel point tu es rendu loin ». Il est tellement plaisant à diriger. Tu peux lui demander de faire un saut assez compliqué, et il va tout simplement le réussir à la perfection. Au cours des trois dernières années, je l'ai vu augmenter en explosivité, en puissance et en athlétisme. Et c'est également le fun de le voir avec une pleine confiance », a félicité Olson. « C'est probablement ce que je préfère chez lui, le voir tout réussir. Il bouge comme un athlète exceptionnel. J'aime le regarder faire les exercices et apprécier le moment. »

Mais Olson est catégorique dans le cas de Poehling, il reste encore beaucoup à faire. Ils ne font que commencer.

« Nous avons encore du travail à accomplir », a insisté Olson. « Il a cette motivation supplémentaire, car il joue pour l'équipe la plus titrée de la LNH et il a connu un premier match d'enfer. C'est une motivation en soi. Il se rend compte que les attentes seront élevées, mais il veut prouver qu'il a sa place et qu'il sera un bon joueur de la LNH. C'est même une motivation pour moi de diriger un athlète du genre et de l'aider à s'améliorer encore plus. »

Le côté psychologique de Poehling a également attiré l'attention d'Olson cet été.

La confiance en soi continue de croître chez le produit de l'Université de St. Cloud State.

« Tu peux définitivement voir que Ryan a de la confiance. Je parle souvent de cela avec mes joueurs, vivre, marcher, parler, il doit y avoir un but précis dans tout ce que tu fais. Ryan mesure 6pi2p, mais quand il rentre dans la pièce, je veux qu'il agisse comme s'il mesurait 10pi. Je dis toujours à mes gars qu'il est important d'avoir une certaine présence. Mais il est toujours quelqu'un de très noble », a dit Olson. « Je pense qu'il a vraiment trouvé sa propre identité. »

Une partie importante de cette identité est sa soif de se dépasser.

« Ryan aime s'amuser. Il a toujours le sourire. Je ne l'ai jamais vu malheureux. J'ai toujours du plaisir à travailler avec lui. Je parlerais de lui, devant lui évidemment, et je dirais: « Ensuite nous avons Ryan ici, le gars a abandonné ses études ». Il trouve ça drôle à chaque fois », a plaisanté Olson. « Mais j'adore la manière dont il parle. Tu regardes les gars de son âge et ils n'ont pas encore trouvé leur voix. Ce n'est pas son cas. Tu peux voir son calme. Ryan est un jeune homme très intelligent. »

En voir plus