Skip to main content

Syvret contribue au développement de la prochaine génération d'arbitres

L'ancien joueur encadre les futurs arbitres et juges de ligne à la Séance d'exposition à l'arbitrage de la LNH

par Heather Engel / Correspondante indépendante NHL.com

BUFFALO - Corey Syvret a encore la chair de poule quand il repense à ses débuts dans la LNH. Les lumières dans l'aréna étaient tamisées, la musique jouait à tue-tête et l'adrénaline montait en lui alors qu'il sautait sur la glace pour un moment qu'il avait longtemps imaginé.

Mais il n'était pas sur la glace pour jouer. Il y était pour arbitrer.

« C'est peut-être différent de ce à quoi je rêvais en grandissant, mais au final, porter le logo de la LNH sur ta poitrine… Ç'a été l'un des plus beaux moments de ma vie, a dit Syvret. C'était spécial de pouvoir être sur la glace avec des joueurs de ce calibre et à un aussi haut niveau. Ç'a été toute une expérience. »

À LIRE AUSSI : La LNH dévoile son calendrier préparatoire

Il a fait ses débuts dans la LNH le 4 avril 2018, agissant comme arbitre dans un match entre les Sabres de Buffalo et les Sénateurs d'Ottawa au KeyBank Center de Buffalo. Ses débuts sont survenus presque huit mois après que Syvret eut participé à sa première Séance d'exposition à l'arbitrage de la LNH, de l'autre côté de la rue au Harbor Center. L'événement, qui sert de séance de dépistage pour de potentiels arbitres, l'a aidé à décrocher un contrat au sein de la structure d'arbitrage de la LNH, qui lui a permis de commencer dans les ligues mineures.

Cette année, il était à la Séance pour redonner aux autres. Après deux ans comme participant, l'homme de 30 ans est revenu pour une troisième fois, mais il a été promu au rôle de mentor avec cinq autres arbitres de la Ligue américaine de hockey (LAH). La Séance en est maintenant à sa sixième année, et 96 participants ont été invités sur les 430 candidatures reçues.

« Ç'a été très agréable », a-t-il dit à propos de son nouveau rôle. « Quand tu as l'occasion de redonner aux autres et de partager ton expérience et tes connaissances, c'est génial d'être dans cette position.

« C'est aussi très gratifiant quand tu donnes des conseils à des jeunes, puis tu te retrouves sur la glace avec eux 24 heures plus tard et tu vois les changements qu'ils apportent. Tu vois qu'ils écoutent et qu'ils tentent d'appliquer ce que tu leur enseignes. »

Syvret a été sélectionné par les Panthers de la Floride en sixième ronde (181e au total) au Repêchage 2007, mais il n'a jamais atteint la LNH. Quand le défenseur, qui a joué 292 matchs dans l'ECHL et 18 dans la LAH, a eu 25 ans, il a commencé à penser à sa vie après le hockey.

Il voulait jouer aussi longtemps que possible, mais son après-carrière est toujours demeurée dans ses pensées après qu'il eut remporté la Coupe Kelly avec l'Alaska dans l'ECHL en 2014 jusqu'à ses dernières années comme joueur.

L'idée d'arbitrer a germé grâce au juge de ligne de la LNH Mark Shewchyk, un ami de la famille qui habite dans la ville natale de Syvret, à Millgrove en Ontario. Peu importe où ou quand il rencontrait Shewchyk, ce dernier lui demandait comment allait sa saison tout en lui laissant savoir qu'il croyait que Syvret avait tout ce qu'il faut pour porter l'uniforme rayé. 

« En vieillissant, j'ai gagné en maturité et j'ai vraiment commencé à considérer cette option plus sérieusement, a-t-il raconté. Je pensais que ça pourrait être un bon plan de carrière pour moi. Le hockey est une passion pour les membres de ma famille et moi. »

Syvret s'est tourné vers Shewchyk pour savoir comment procéder et il a éventuellement présenté sa candidature pour participer à la Séance.

Alors qu'il en était à ses derniers milles comme joueur et qu'une nouvelle carrière se présentait à lui, Syvret a commencé à regarder les matchs d'un œil différent pour se familiariser avec tout ce que le travail d'arbitre entraîne.

Il a également lu le livre des règlements de la Ligue.

« J'ai été surpris par certaines règles. C'est arrivé très souvent. Le plus gros ajustement, ç'a été de passer de la mentalité de joueur, où tu essaies de contourner les règles et de voir jusqu'où tu peux aller, à celle d'arbitre, où tu dois appliquer les règles et réagir à ce qui se passe sous tes yeux en une fraction de seconde. »

Même si ç'a nécessité quelques ajustements, Syvret s'est habitué avec l'aide de ses collègues du Département de l'arbitrage de la LNH.

« Je ne sais pas si je peux identifier une personne précisément, mais tout notre personnel a été encourageant et ouvert à m'aider, a expliqué Syvret. Puis, il y a également nos patrons, que ce soit Stephen Walkom ou [le directeur du dépistage et du développement] Al Kimmel, nos superviseurs dans les rangs mineurs et dans la LNH. Tout le monde a fait du très bon travail avec nous, pas seulement avec moi.

« Nous voulons conseiller les plus jeunes, leur partager notre expérience et leur donner quelques trucs sur lesquels travailler. C'est ce que nos superviseurs font avec nous durant la saison, et je pense que ç'a eu un gros impact sur mon développement et mes progrès jusqu'ici. Mis à part cela, c'est notre équipe au complet. Nous voulons être la meilleure équipe sur la glace et nous pousser à nous dépasser. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.