Skip to main content

Les Canadiens à la recherche du point tournant

La troupe de Claude Julien veut changer l'allure de sa saison mardi face aux Panthers

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BROSSARD - Même s'il n'y a que huit matchs de disputés à cette jeune saison, le temps commence à presser pour les Canadiens.

N'ayant signé aucune victoire en temps réglementaire, le Tricolore accuse déjà plusieurs points de retard sur ses rivaux de l'Association de l'Est et il doit trouver le moyen de faire tourner le vent.

Et vite.

Dans ces circonstances, il espère à tout prix que le match face aux Panthers de la Floride (3-4-0), mardi au Centre Bell, représentera le point tournant de cette jeune campagne. L'occasion est belle puisque les Canadiens disputeront neuf de leurs 13 prochains matchs, dont les trois qui viennent, à Montréal après un pénible voyage dans l'Ouest américain (0-3-0).

« Les amateurs ont droit de penser à cette semaine-là comme une grosse semaine. Nous aussi on peut y penser, a déclaré l'entraîneur-chef Claude Julien. Mais si notre concentration est sur la semaine au lieu du match de demain, on va encore manquer le bateau.

« Demain, ça doit être un match tournant pour nous. Si ça peut arriver, on prendra le dessus du prochain match, jeudi, et sur celui de samedi par après. Mais à un moment donné, il y a un match qui doit être un point tournant et nous devons nous concentrer sur demain, le match le plus important. »

Pour ce faire, Julien a remanié certains de ses trios au mérite afin d'octroyer le temps de jeu nécessaire aux joueurs qui lui en offre davantage. C'est le cas du fougueux Paul Byron, qui s'est retrouvé sur le premier trio à l'entraînement aux côtés de Jonathan Drouin et d'Artturi Lehkonen.

[LIRE AUSSI : McCarron et Scherbak sur le quatrième trio]

Le petit patineur a récolté deux des 13 buts inscrits par le CH en huit matchs et force est d'admettre que ce total pourrait être beaucoup plus important s'il avait profité de toutes les chances qu'il a obtenues, notamment sur des échappées.

« J'aime ça, Paul a connu un bon voyage, a lancé Drouin. Il amène beaucoup de vitesse, il met beaucoup de pression sur les défenseurs. Il est toujours dans leur visage avec vitesse. C'est la même chose pour Lehky. Ça lui prendrait peut-être un but pour qu'il se mette à aller plus au filet avec un peu de confiance. Il a un lancer extraordinaire, il l'a démontré l'an dernier. Je crois que demain sera un bon match pour nous. »

Bâtir sur le positif

Parmi le peu d'aspects positifs à retenir du voyage en Californie, la deuxième période contre les Ducks d'Anaheim au cours de laquelle les Canadiens ont dirigé 30 tirs au but - un record d'équipe - semble avoir marqué les esprits dans le vestiaire.

C'est l'effort, l'agressivité et le dynamisme qu'ont offerts les joueurs au cours de cet engagement qui a suscité le plus de discussions à la suite de l'entraînement, lundi. Mais une période dominante, c'est loin d'être suffisant et les Canadiens ont pu le constater rapidement puisqu'ils ont tout de même subi une écrasante défaite de 6-2, vendredi.

« Nous sommes tannés de perdre, je pense que c'est assez clair, a expliqué Julien. Nous sentons que nous faisons quelques bonnes choses, mais ce n'est pas assez bon. Nous devons jouer de cette manière pendant 60 minutes. Nous devons assembler un match complet. Nous devons être beaucoup plus fort mentalement pour jouer de la manière dont nous savons que nous pouvons jouer. »

Ce discours a aussi trouvé écho auprès du capitaine Max Pacioretty, qui connaît lui aussi un départ difficile avec un seul but en huit matchs. Il complétait un trio avec Phillip Danault et Andrew Shaw, lundi.

« Il y a toujours des hauts et des bas chaque année, a dit Pacioretty. Les choses peuvent changer tellement rapidement. Nous devons regarder vers l'avenir et non vers le passé parce que nous ne pouvons rien y changer. Nous savons qu'il y a plusieurs individus dans ce vestiaire qui sont capables de se lever et de faire la différence. »

Ils devront la faire dès mardi puisqu'on sent que la patience des amateurs commence à atteindre ses limites - même à la dépasser dans certains cas. Un mauvais départ face aux Panthers pourrait rapidement se retourner contre eux.

« C'est le meilleur endroit où jouer, a dit Pacioretty lorsqu'on lui a parlé de cette possibilité. C'est toujours le meilleur endroit où jouer. »

En voir plus