Skip to main content

La LNH marquera son Centenaire à Montréal en 2017

Les Canadiens voudraient bien être l'hôte d'un match en plein air, mais il y a un obstacle majeur à surmonter

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

OTTAWA - La LNH a réitéré vendredi qu'elle organisera un événement majeur à Montréal dans le cadre de ses festivités du Centenaire en 2017.

Pour ce qui est de savoir si cet événement pourrait être un match des Canadiens de Montréal disputé en plein air, rien n'est moins assuré.

L'organisation des Canadiens et les dirigeants de la LNH affirment ne pas ménager les efforts afin de trouver une solution à la problématique de l'endroit où on pourrait présenter un match à l'extérieur.

« C'est le plus grand obstacle, l'enjeu principal », a reconnu le propriétaire des Canadiens Geoff Molson, qui se trouvait à Ottawa à l'occasion de l'annonce de la tenue de la Classique LNH100 Scotiabank 2017 au Parc Landsdowne, le 16 décembre, impliquant les Canadiens et les Sénateurs d'Ottawa.

« Nous travaillons très fort sur le dossier et nous verrons si c'est faisable », a ajouté Molson.

Il a mentionné que le stade Percival Molson de l'Université McGill, domicile des Alouettes de Montréal, est une des nombreuses possibilités envisagées.

Molson n'a pas voulu dire s'il était de « modérément à très optimiste » qu'on puisse trouver une solution acceptable dans le dossier.

« Je ne veux pas m'avancer là-dessus. Ce que je peux vous dire, c'est que la LNH travaille très fort et nous aussi. »

L'organisation de matchs en plein air est une entreprise très onéreuse pour la LNH - qui se calcule en millions de dollars, comme l'a avancé l'adjoint au commissaire de la LNH Bill Daly.

Molson avait d'ailleurs auparavant relevé que « plus le stade est petit, moins il y a de chances de réaliser des profits ». Il a aussi évoqué la difficulté de vendre un projet déficitaire aux 30 autres équipes de la ligue dans un contexte de partage des revenus.

Daly a indiqué que ça représente un défi d'organiser un match dans un stade qui peut accueillir plus de 30 000 spectateurs, comme ce sera le cas au Parc Landsdowne le 16 décembre.

Or, le stade Molson a une capacité pour le football d'environ 25 000 personnes. Peut-on y ajouter suffisamment de sièges afin de rentabiliser l'événement? Le stade Saputo, où l'Impact de Montréal évolue dans la Major League Soccer, peut recevoir près de 21 000 spectateurs.

Il y a également le Stade olympique, dont la configuration est par contre mal adaptée pour un match de hockey, ou tout simplement l'installation de gradins temporaires sur un vaste site.

« Le manque d'équipements sportifs fait partie de l'équation, a commenté Daly. La profitabilité de l'événement n'est pas une fin en soi, mais c'est un aspect dont on tient compte. »

Daly a dit qu'il comprendrait la déception des amateurs de Montréal si on ne tenait pas de match à l'extérieur, tout en ajoutant qu'il y a une limite à ce que la LNH peut faire.

La participation des Canadiens à la Classique LNH100 Scotiabank 2017 signifie peut-être que l'équipe n'accueillera pas elle-même un match en plein air. Il s'agit du 23e match présenté à l'extérieur depuis que les Canadiens et les Oilers d'Edmonton ont commencé le bal à l'occasion de la Classique Héritage le 22 novembre 2003. Le Tricolore agira à titre d'invité pour la quatrième fois à Ottawa.

« Nous travaillons fort avec les Canadiens afin d'organiser un événement grandiose, a déclaré Daly. Ça ne veut pas nécessaire dire que ce sera un match à l'extérieur. Nous ne fermons pas la porte à rien. »

Molson a assuré qu'on présentera « un gros show à Montréal parce que c'est probablement la ville la plus importante dans l'histoire de la Ligue nationale ».

Peu importe l'événement, on a cru comprendre qu'il aurait lieu pendant le mois de novembre afin de souligner la date anniversaire de la création de la LNH en novembre 1917.

« Il y a une panoplie de projets dont je ne tiens pas à discuter sur la place publique », a résumé Daly.

En voir plus