Skip to main content

Jon Cooper sera l'entraîneur de l'année dans la LNH

Le panel d'experts de LNH.com prédit que le pilote du Lightning de Tampa Bay sera préféré à Mike Babcock

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

C'est l'une des bizarreries de la vie, Mike Babcock n'a jamais remporté le trophée Jack-Adams. Et ça ne changera pas cette saison, estime le panel d'experts de LNH.com, qui prédit que le titre d'entraîneur de l'année reviendra plutôt à Jon Cooper, du Lighting de Tampa Bay, à l'issue de la campagne 2017-18 de la LNH.

Babcock, l'éternel entraîneur-chef de la meilleure équipe de hockey au monde, le Canada, et le pilote le mieux rémunéré dans la ligue, est l'un des deux candidats qui ont atteint le cap des 20 points lors du scrutin effectué auprès de nos experts. Cooper a toutefois reçu un point de plus, en vertu notamment de deux votes de première place.

Babcock risque donc de devoir se contenter d'être finaliste pour la quatrième fois.

Pour Cooper, ce serait un premier trophée Jack-Adams après qu'il eut été finaliste au printemps 2014, à l'issue de sa première saison complète à la barre du Lightning. Après avoir remporté la Coupe Calder avec l'équipe-école de Tampa Bay et avoir été nommé entraîneur de l'année dans la Ligue américaine au printemps 2012, Cooper s'est vu donner sa chance avec le grand club quand il a remplacé Guy Boucher le 25 mars 2013. Le Lightning n'a remporté que 18 matchs cette saison-là, mais l'hiver suivant, Cooper a mené Tampa Bay à une récolte de 46 victoires.

En 2014-15, Cooper a aidé le Lightning à atteindre le cap des 50 victoires pour la première fois dans l'histoire de la concession, puis à se rendre jusqu'en Finale de la Coupe Stanley.

Le joueur de centre du Lightning Tyler Johnson avait alors louangé Cooper, vantant sa volonté à intégrer les joueurs dans le processus de décision.

« Il est différent des autres entraîneurs que j'ai eus », avait alors dit Johnson de celui qui, l'automne dernier, a été nommé entraîneur adjoint au sein d'Équipe Amérique du Nord en prévision de la Coupe du monde de 2016. « À mes débuts, j'étais habitué à jouer sous les ordres d'entraîneurs de l'ancienne école, qui crient et hurlent. Mais il n'est pas tout à fait comme ça. Il y a un bon mélange d'un peu toutes les qualités chez lui. Il est très intelligent. »

Le Lightning a raté les séries la saison dernière, alors que l'équipe a vu sa campagne être torpillée par les blessures, notamment quand son chef de file à l'attaque, Steven Stamkos a dû être opéré au genou droit. Mais le capitaine ayant maintenant retrouvé la santé, bien des observateurs s'attendent à un retour à la normale cet hiver… c'est-à-dire l'excellence.

Quant à Babcock, ce sera pour la prochaine fois sans doute. Il sera toujours temps de le couronner plus tard puisque ses Maple Leafs de Toronto ne font que commencer à afficher de belles couleurs.

Au troisième rang du scrutin réalisé auprès des experts de LNH.com, on retrouve Todd McLellan, le seul autre entraîneur à avoir obtenu au moins 10 points (12). Le pilote des Oilers d'Edmonton a été finaliste pour le trophée Jack-Adams, la saison dernière, après avoir guidé la formation albertaine en séries pour la première fois depuis 2006.

Les entraîneurs francophones de la LNH ne seront pas à l'honneur en 2017-18, selon nos experts qu'on ne peut accuser de pécher par chauvinisme, puisque ceux-ci n'ont accordé que 3 points à Claude Julien, qui en sera à sa première saison complète à la barre des Canadiens de Montréal, et 1 point à Guy Boucher, pilote des Sénateurs d'Ottawa.

Résultat du scrutin (points accordés sur une base 5-4-3-2-1) : Jon Cooper, Lightning de Tampa Bay, 21 points (deux votes de première place); Mike Babcock, Maple Leafs de Toronto, 20 points; Todd McLellan, Oilers d'Edmonton, 12 points (un vote de première place); Bruce Boudreau, Wild du Minnesota, 9 points (un vote de première place); Ken Hitchcock, Stars de Dallas, 9 points; Mike Yeo, Blues de St. Louis, 7 points (un vote de première place); John Tortorella, Blue Jackets de Columbus, 7 points; Mike Sullivan, Penguins de Pittsburgh, 6 points (un vote de première place); Joel Quenneville, Blackhawks de Chicago, 5 points (un vote de première place); Peter Laviolette, Predators de Nashville, 3 points; Claude Julien, Canadiens de Montréal, 3 points; Bill Peters, Hurricanes de la Caroline, 2 points; Guy Boucher, Sénateurs d'Ottawa, 1 point.

En voir plus