Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Scherbak apprend aussi à être patient

Le jeune espoir peut compter sur l'appui et les conseils de compatriotes comme Radulov

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BROSSARD - Si Nikita Scherbak a appris une chose depuis qu'il a fait le saut chez les professionnels, il y a un an et demi, c'est bien que la patience est une des meilleures armes pour réussir à atteindre ses objectifs.

Le jeune ailier droit doit travailler sur la sienne ces temps-ci. Blessé à une épaule au moment où les Canadiens procèdent à une tonne de rappels, Scherbak doit se contenter de regarder plusieurs de ses coéquipiers, dont son meilleur ami Michael McCarron, vivre leur rêve dans la grande ligue.

«Je suis heureux pour les gars qui se font rappeler. C'est bien de voir qu'un jour, McCarron et moi jouons à des jeux vidéo et le lendemain il joue dans la LNH. Je me dis que mon temps viendra, a sagement dit le choix de premier tour des Canadiens en 2014, qui devrait revenir au jeu autour du 1er janvier.

«Cette année, j'ai appris qu'il faut être patient. Montréal est une des meilleures organisations de la ligue. Il y a tellement de bons joueurs qui y jouent que c'est difficile de percer la formation. Certains se blessent, d'autres ne jouent pas bien, alors ça va toujours changer. Je dois faire mon boulot, montrer ce que je peux faire et surtout, mériter ma place ici», a-t-il enchaîné.

Le Russe a évidemment vécu de la déception - et même de la frustration - en étant retranché de son dernier camp d'entraînement dans la LNH. Son entraîneur-chef, Sylvain Lefebvre, l'a bien senti. Mais ce dernier souligne qu'après seulement quelques matchs en début de saison, l'attaquant s'est mis à produire.

«Il y a eu un petit relâchement à un moment donné, quand les joueurs se sont fait rappeler, car je pense qu'il était un peu déçu, mais juste avant qu'il se blesse, il a joué quelques bons matchs», a précisé Lefebvre.

C'est que Scherbak s'est mis beaucoup de pression sur les épaules cette saison. Il a passé presque tout l'été à Montréal à s'entraîner avec Pierre Allard, l'entraîneur en préparation physique du Tricolore.

«J'aime m'entraîner avec lui. Il sait ce que je dois améliorer en gymnase pour être meilleur sur la glace. C'est l'été au cours duquel j'ai le plus travaillé. Je suis arrivé au camp prêt à jouer parce que l'an dernier, je n'ai pas su montrer qui j'étais. J'ai aussi eu une blessure difficile, alors je veux faire mes preuves à nouveau, montrer qu'il y a une raison pour laquelle j'ai été repêché ici», a admis le Moscovite.

Des conseils de Radu

Scherbak était de passage à Montréal avant la pause des Fêtes et il en a profité pour aller souper avec les autres joueurs russes du CH. Non seulement il a pu passer une soirée à discuter dans sa langue maternelle, mais en plus, il a pu compter sur de précieux conseils de ses amis.

«Leur support est très important pour moi. Ils me donnent de leur temps, essaient de m'aider et je l'apprécie beaucoup. Ce sont des super vedettes dans la LNH et je veux juste en apprendre d'eux», a-t-il dit.

Alexander Radulov a beaucoup d'expérience et il se fait un plaisir de la partager avec son compatriote.

«Il me dit d'être patient, de jouer mon jeu, d'écouter les entraîneurs et de m'entraîner fort. Il sait ce que c'est. Il s'est déjà retrouvé à la même place quand il était dans la Ligue américaine à ses débuts avec les Predators de Nashville. Il m'a parlé du fait que c'est très difficile de passer de junior à professionnel. Il me conseille et je l'écoute», a poursuivi Scherbak, qui fêtera ses 21 ans le 30 décembre.

Il espère que c'est ainsi qu'il pourra un jour passer ses années en entier dans la métropole et pas seulement ses étés.

«C'est un rêve. En espérant que ça arrive bientôt», a conclu l'auteur de neuf buts et huit mentions d'aide en 23 matchs cette saison avec les IceCaps.

En voir plus