Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Face à face avec… Jordan Harris

L'espoir du Tricolore a vu son acharnement être récompensé avec une invitation au camp de développement de l'équipe américaine en prévision du Championnat mondial junior

par Dan Braverman, traduit par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Ce fut une année excitante pour Jordan Harris. Lors de sa première saison au sein des rangs de la NCAA, il a aidé les Huskies de l'Université de Northeastern a remporté le tournoi Beanpot en plus d'obtenir une invitation au camp de développement des États-Unis en vue du Championnat mondial junior. Nous nous sommes entretenus avec le défenseur de 19 ans lors du Camp de perfectionnement pour en apprendre davantage sur sa première saison au niveau collégial, sur l'opportunité qu'il aura de représenter son pays et bien plus.

Tu es à ton deuxième Camp de perfectionnement. As-tu abordé celui-ci un peu différemment?
JORDAN HARRIS:
Oui, un peu. Dans l'ensemble, je me sens un peu plus détendu. Je ne me sentais pas aussi à l'aise lors de ma première année. Tout va très vite et tu rencontres plusieurs nouvelles personnes. Lors de la deuxième année, tu sais un peu plus à quoi t'attendre. Je pense que j'ai également un peu plus de confiance pour montrer ce que je sais faire sur la glace. Frankie [ entraîneur du développement des joueurs, Francis Bouillon] et Ramage [ directeur du développement des joueurs, Rob Ramage] sont déjà venus me voir jouer… ils connaissent mon jeu. Je dirais que je suis plus détendu.

As-tu établi un certain plan avec Ramage et Bouillon?
JH:
Oui. Je sais qu'ils sont venus me voir à quelques reprises. J'ai eu la chance de parler aux deux à propos de mon jeu. C'est bien de voir qu'ils se soucient de nous en tant que joueur. C'est bien de pouvoir bâtir une relation de la sorte.

Dirais-tu que tu agis à titre de leader avec les joueurs qui sont à une première expérience ici?
JH:
Oui exactement. Surtout avec Jayden [Struble] puisque je le connaissais auparavant. Il m'a posé quelques questions. C'est bien d'être capable de répondre aux questions et d'être présent pour les plus jeunes joueurs. Ce fut bien.

Les réglementations de la NCAA vous interdisent de participer à d'autres camps avec les Canadiens (par exemple, le camp des recrues). Est-ce que cela change ton approche pour le Camp de perfectionnement?
JH:
Je n'avais jamais pensé à cela. Pour être honnête, j'essaie juste d'en apprendre le plus possible. Et ils font un excellent travail ici en enseignant tous les aspects du hockey. Je ne pense pas que je dois être plus concentré ou que j'ai moins d'opportunité, mais j'ai l'impression qu'ils font un bon travail pour tout expliquer. J'essaie juste d'apprendre le plus possible.

L'année dernière, tu t'es présenté au camp après ta dernière saison au lycée. Est-ce que tu trouves qu'il y a une différence, maintenant que tu as joué au niveau collégial?
JH:
Je pense que oui. Il y a beaucoup plus de talents et d'habiletés au niveau collégial. Les gars ici sont un peu plus vieux, alors c'est plus représentatif. Venant du lycée, il y avait quelques bons joueurs, mais le talent n'est pas aussi élevé et le jeu ne se déroule pas aussi vite. J'ai donc l'impression qu'avec une saison de plus à mon actif, cela m'a permis de gagner en confiance en tant que joueur.

Bust it.

A post shared by Jordan Harris (@jordanharris04) on

Qu'as-tu ressenti lorsque tu as été invité à participer au camp de développement des États-Unis en vue du Championnat mondial junior?
JH:
C'est très excitant. C'est spécial à chaque occasion que tu as de représenter ton pays. Je n'ai jamais représenté les États-Unis auparavant, alors j'espère être en mesure de faire l'équipe. Mais c'est vraiment excitant, simplement d'avoir une opportunité de la sorte. C'est spécial à chaque fois que tu es reconnu pour le travail que tu as accompli et d'avoir la chance de jouer au niveau de la scène internationale.

Nous avons parlé à ton ancien entraîneur du Kimball Union, Tim Whitehead, l'été dernier. As-tu rejoué à la crosse depuis ce temps?
JH:
Non, mon entraîneur ne voulait pas. Je n'ai pas touché à un bâton de crosse depuis ce temps. C'est juste le hockey désormais.

Est-ce que ça te manque?
JH:
Un peu. C'était le fun, mais je me concentre sur le hockey maintenant.

En voir plus