Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cracknell : Rien que de l'amour pour Vegas

C'est à Las Vegas qu'Adam Cracknell a été en mesure de propulser sa carrière professionnelle

par Matt Cudzinowski. Traduit par Jennyfer Exantus. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Adam Cracknell n'est pas du tout surpris de voir l'accueil chaleureux des habitants de Las Vegas à l'endroit des Golden Knights.

Lorsque l'attaquant de 32 ans arborait les couleurs des Wranglers de Las Vegas, dans la ECHL, de 2006 à 2008, il y avait un intérêt similaire pour le hockey dans la ville du vice.

Des années plus tard, Cracknell se souvient très bien d'avoir joué devant les fidèles partisans des Wranglers au Orleans Arena, qui est situé à l'ouest de la Strip et à seulement environ 5 kilomètres à l'ouest du T-Mobile Arena.

«On a toujours reçu un énorme soutien des partisans. Ils aiment vraiment leur hockey. Ils aimaient la vitesse. Ils aimaient l'intensité. C'était incroyable jouer au Orleans Arena, a indiqué Cracknell, qui a été acquis par les Canadiens le 30 novembre, et qui joue depuis ce temps avec le Rocket de Laval.

«Les gens venaient même à nos entraînements juste pour nous saluer. Ils étaient vraiment amicaux. La ville nous soutenait vraiment quand je jouais là-bas.»

C'était certainement le cas lorsque les Wranglers ont décroché le titre de l'Association nationale pour se tailler une place en finale de la Coupe Kelly en 2008 contre les Cyclones de Cincinnati, une équipe affiliée aux Canadiens à l'époque.

«On jouait à guichets fermés à domicile. On a même reçu des encouragements avant de partir. Notre autobus a quitté en retard en raison de tous les partisans présents à notre aréna, a raconté Cracknell en riant.

«Même lorsqu'on est revenu [après avoir perdu au sixième match], les partisans étaient fébriles de nous voir. Évidemment, ç'aurait été bien de ramener la coupe Kelly à la maison et d'avoir un party de championnat à Vegas, mais c'était tout de même une belle expérience.»

Même si la saison de Cracknell ne s'est pas terminée comme il l'aurait souhaité, il s'agissait tout de même d'une campagne mémorable pour le natif de Prince Albert, en Saskatchewan. Il a terminé au deuxième rang de son équipe avec 29 buts et il a partagé la deuxième position avec 59 points en 61 matchs de saison régulière. Il a également mené les Wranglers avec neuf buts et 22 points en 21 rencontres en séries éliminatoires.

Ses statistiques notables lui ont servi de tremplin pour atteindre la Ligue américaine, se joignant aux Flames de Quad City l'année suivante.

Néanmoins, le choix de neuvième tour des Flames de Calgary n'oubliera jamais que la première fois où il a vraiment goûté au succès dans les rangs professionnels, c'était dans le désert.

«Je suis allé jouer à Omaha (LAH) après mon passage dans les rangs juniors, mais l'équipe a déménagé à Quad City et j'ai été rétrogradé à Vegas. Ce n'était pas une longue route à emprunter, mais chaque fois que tu es rétrogradé, tu ressens ce petit coup dans l'estomac. Je devais utiliser ça pour me motiver, a expliqué Cracknell.

«Je conduisais avec mon bon chum Ryan Donally, qui avait aussi été rétrogradé. On se disait : "On est à Vegas. Amusons-nous. Jouons bien. "»

Et c'est exactement ce que Cracknell a fait, absorbant tout ce qu'il pouvait de l'entraîneur-chef de l'époque, Glen Gulutzan.

«J'ai beaucoup appris de choses de notre personnel d'entraîneurs. On avait un bon groupe de vétérans. Tu apprends un peu comment devenir un joueur professionnel, alors je crois vraiment qu'aller à Vegas a forgé la personne que je suis aujourd'hui, a soutenu Cracknell, qui a inscrit 17 buts et 28 points en 29 rencontres avec le Rocket.

«Les entraîneurs m'ont également donné davantage de responsabilités. Ç'a vraiment élevé mon jeu d'un cran. Je savais que je devais être un de ces joueurs qui performent chaque soir pour aider son équipe à connaître du succès. Tu apprends beaucoup de ces situations.»

Dans cette optique, Cracknell ne pourrait pas être plus heureux de voir le hockey s'épanouir de cette façon à son ancienne maison de hockey - mais on peut dire sans se tromper qu'il espère une victoire des Canadiens samedi, bien sûr.

«Les gens voient la qualité de jeu qu'il y a dans cette ville, et c'est beau de les voir se rassembler autour de l'équipe, a conclu Cracknell. C'est bien de voir Las Vegas réussir de la sorte. C'est bon pour le hockey.»

En voir plus