Skip to main content

Vigneault demeure stoïque face aux propos de Boucher

Le pilote des Rangers ne croit pas aux bienfaits de la joute verbale

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

OTTAWA - Alain Vigneault pourrait apporter des changements à la formation des Rangers de New York en vue du match no 2 de la série de deuxième tour de l'Association de l'Est contre les Sénateurs d'Ottawa, samedi après-midi (15 h (HE); TVA Sports, CBC, NBC).

L'entraîneur des « Blueshirts » a envoyé le message à plusieurs de ses troupiers qu'ils doivent élever leur niveau de jeu, vendredi, au lendemain de la défaite de 2-1 des siens encaissée au Centre Canadian Tire.

« Je n'identifierai personne en particulier, mais plusieurs joueurs de notre groupe doivent mieux jouer que lors du premier match. Cela dit, je ne veux rien enlever aux Sénateurs qui ont été très bons. »

Vigneault n'a pas voulu réagir aux propos de son homologue québécois Guy Boucher, qui a déclaré au terme de la soirée de jeudi que ses troupiers avaient été motivés par la crainte d'être victimes du balayage de la série quatre de sept.

« C'est pas mal comme déclaration. Je vais m'en rappeler pour la prochaine fois, s'est d'abord esclaffé Vigneault. C'est une superbe déclaration. Je ne l'avais jamais entendue, a-t-il ensuite ajouté en français. C'est sa perception. S'il trouve utile de dire ça, tant mieux pour lui. »

Vigneault a soumis que les à-côtés d'une série, comme les guerres psychologiques, n'affectent pas son déroulement.

« Les joueurs sont dans leur bulle. Nous leur demandons de rester concentrés sur leur tâche. Les organisations pour lesquelles j'ai œuvré ont fait du bon travail pour les aider en ce sens-là. » 

On a pu constater de visu que la déclaration de Boucher n'a pas fait de chemin chez les joueurs des Rangers.

Pour revenir aux choses sérieuses, Vigneault a dit que les Rangers devront surtout être meilleurs au chapitre des unités spéciales dans le match no 2.

« Les Sénateurs ont remporté la bataille des unités spéciales. Les deux équipes ont réussi un but en quatre occasions chacune en supériorité numérique, mais les Sénateurs ont créé d'excellentes chances de marquer et ils se sont donné du rythme. 

« Sous les cases "chances de marquer" et "unités spéciales", les Sénateurs peuvent inscrire des crochets. Ils ont été la meilleure équipe. »

Vigneault a dit que les Sénateurs ne représentent pas un défi différent que celui que représentaient les Canadiens de Montréal au premier tour, même s'ils préconisent un style plus hermétique en zone neutre.

« Nous avons été capables de manœuvrer en zone neutre. Ce n'est pas la seule équipe qui se replie à trois au centre. Nous savons exactement ce que nous devons faire. Il s'agit de le faire davantage et mieux », a-t-il mentionné, en donnant le mérite aux Sénateurs pour leur bonne première sortie dans la série.

Burrows en rajoute

Dans le camp des Sénateurs, on a continué de jouer la carte des négligés. L'ailier Alexandre Burrows a entonné le même refrain que son entraîneur. Maintenant, on va jouer avec la crainte de perdre la série en cinq matchs!

« Nous nous attendons à une forte réplique. Je connais Alain Vigneault, il va bien préparer son équipe. Il sait peser sur les bons boutons, a averti Burrows. Si nous ne sommes pas prêts, nous pourrions perdre les quatre matchs suivants. Nous devons respecter notre identité comme équipe : travailler fort, s'appliquer en défense, prendre de bonnes décisions avec la rondelle et espérer avoir un peu de chance. C'est de cette façon que nous pouvons peut-être souhaiter gagner la série. »

Burrows a relevé que la fenêtre d'opportunité des Rangers pour remporter la Coupe Stanley est grande ouverte.

« On y va pour la Coupe, ç'a sans doute été le message d'Alain pendant la saison. Les Rangers ne sont pas en séries que pour gagner une ronde ou deux. Ce sera inacceptable, un constat d'échec, s'ils ne vont pas jusqu'au bout. Ils ont l'équipe pour le faire. »

Karlsson a choisi la bonne position

Le capitaine Erik Karlsson a dit que ses coéquipiers et lui devront enchaîner avec une meilleure performance que celle qu'il estime a été leur plus inspirée des séries cette année, jeudi.

« Il y a plusieurs changements de rythme dans le déroulement d'un match. Nous avons fait du bon travail jeudi afin de limiter leurs charges même s'ils ont créé plusieurs occasions de marquer », a indiqué Karlsson. 

Le défenseur vedette a publié sur Instagram une photo de lui dans son enfance revêtant l'équipement de gardien de but. 

« La photo a été prise deux jours avant que j'abandonne l'idée d'être un gardien, a-t-il lancé à la blague. Je trouvais ça "cool" de porter tout cet équipement. Tout le monde pouvait essayer dans l'équipe. Je suis heureux de ne pas avoir persévéré, mais content d'avoir essayé. »

Boucher veut de la constance

Boucher a mentionné que l'attaquant Tom Pyatt est prêt à effectuer un retour au jeu, mais qu'il pourrait devoir patienter avant de réintégrer la formation.

« C'est difficile de retirer un joueur de l'alignement. Tous ont très bien fait dans les deux derniers matchs - le sixième de la série de premier tour face aux Bruins de Boston et le premier contre les Rangers. »

Boucher n'a pas voulu admettre que les Sénateurs avaient gagné en confiance en enlevant les honneurs du premier round.

« La confiance, nous en avions. Nous avions défait les Rangers deux fois en trois rencontres en saison régulière. Nous savions que nous étions de calibre avec eux, a-t-il énoncé. Mais avec l'expérience qu'ils possèdent en séries, leur vitesse et leur gardien qui arrête tout, ce n'est pas une affaire de confiance pour nous, mais de constance. C'est la seule chance que nous avons. Nous avons été très constants jeudi, et nous n'avons marqué que deux buts grâce à 43 tirs. Il va en falloir beaucoup pour les vaincre. »

Il a été grandement question des quelque 2000 billets qui ont été invendus pour le premier match. Les joueurs ont tous dit ne pas avoir remarqué qu'il y avait autant de sièges libres.

« Nous, on se concentre sur notre préparation. Ce qui se passe à l'extérieur, les partisans et les arbitres, nous ne perdons pas d'énergie avec ça, a commenté Burrows. Ce que je peux dire, c'est que les quelque 17 000 (16 744) présents jeudi ont été très bruyants et qu'ils nous ont bien encouragés. Je leur accorde une note de A+ pour leur effort. Ils nous ont donné de l'énergie, même quand nous étions en retard 1-0 au score. Tant mieux s'ils sont plus nombreux samedi. Ce sera plus intéressant. »

En voir plus