Skip to main content

Sébastien Bordeleau: De Montréal à Nashville, encore une fois

Le Québécois s'est joint au nouveau groupe d'entraîneurs au développement des Predators

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LAVAL - Presque 21 ans jour pour jour après avoir été échangé des Canadiens aux Predators en pleine saison morte, Sébastien Bordeleau a effectué le même trajet - de son plein gré, cette fois.

L'ancien choix de troisième ronde du Tricolore en 1993 a quitté le poste d'entraîneur au développement des aptitudes qu'il occupait à Montréal depuis 2017 pour devenir entraîneur au développement des attaquants des Predators, l'équipe avec laquelle il a disputé 146 rencontres au début des années 2000.

À LIRE AUSSIThomas Bordeleau s'inspire du parcours de Jack Hughes | Tolvanen espère accélérer son développement à Nashville

Les deux postes peuvent sembler similaires à première vue, mais le Québécois de 44 ans aura davantage de responsabilités à Nashville.

« Mon rôle dans le développement, ce n'est pas juste sur la patinoire, a-t-il expliqué. Avec les Canadiens, c'était vraiment au niveau des aptitudes individuelles sur la glace, mais avec Nashville, mon rôle englobe tout. Je dois savoir comment ça va dans leur vie, avec leur entraîneur, comment ils se nourrissent, etc.

« Je dois les aider à trouver le bon équilibre pour qu'ils atteignent la LNH. »

Bordeleau a été embauché en juin dernier alors que les Predators ont amélioré leur département de développement en ajoutant également l'ancien défenseur Rob Scuderi et l'entraîneur des gardiens Dave Rook à leur équipe.

Quand est venu le temps de dénicher un entraîneur pour les attaquants, disons que la feuille de route de Bordeleau était plutôt bien remplie et qu'il répondait aux critères recherchés par l'organisation. Le fait qu'il accompagne de près son fils Thomas - admissible au prochain repêchage de la LNH - dans son développement a aussi joué en sa faveur.

« Je suis sûr que ça m'a aidé, a reconnu celui qui a aussi joué 10 saisons dans la Ligue nationale A en Suisse. Ils savent que je connais bien la génération qui s'en vient. Ils cherchaient aussi un joueur qui avait déjà joué dans la LNH et qui avait de l'expérience en Europe.

« Depuis 2012, je suis un enseignant. J'essaie de développer des joueurs, mais aussi de m'améliorer. À force de travailler et d'échanger avec des athlètes de haut niveau, je suis pas mal meilleur que quand j'ai commencé. Je ne pense pas avoir la science infuse, mais le hockey, ce n'est pas sorcier. Je reste humble dans tout ça parce que j'en ai encore beaucoup à apprendre. »

Video: Bordeleau returns to the Preds as development coach

Bordeleau a participé à son premier camp de perfectionnement avec les Predators quelques jours après le dernier repêchage et a commencé à se familiariser avec les espoirs de l'organisation. Il doit rapidement bâtir une relation de confiance avec eux puisqu'il leur rendra visite à plusieurs occasions en cours de saison.

« Je veux vraiment le bien de mes joueurs et je suis là pour eux, a-t-il conclu. Pour moi, le plus beau cadeau, c'est quand un joueur effectue un virage ou un geste de protection de rondelle par instinct sans s'en rendre compte. On a de beaux espoirs à Nashville et je suis très heureux d'être de retour dans l'organisation. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.