Skip to main content

Pierre-Olivier Joseph, au coeur de la belle histoire des Islanders

Le défenseur et capitaine de la formation des Maritimes a réussi à établir un fort esprit d'équipe à sa troisième campagne

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Ça devait être une saison de misère à Charlottetown. Une saison d'apprentissage qui marquerait le début d'un nouveau cycle pour une formation au noyau complètement transformé après une participation aux demi-finales des dernières séries de la LHJMQ.

Bref, les Islanders formaient une équipe qui ne devait pas gagner.

« Toute la saison, on s'est fait dire qu'on n'allait pas gagner, a raconté Pierre-Olivier Joseph, le défenseur et capitaine de la formation des Maritimes. Même qu'avant la saison, on disait qu'on allait finir 18e et qu'on ne participerait pas aux séries. »

Joseph, le choix de premier tour (23e au total) des Coyotes de l'Arizona au dernier repêchage, avait cependant autre chose en tête. Nommé capitaine avant le début de la campagne, il voulait établir un esprit d'équipe qui permettrait à sa troupe d'accomplir de grandes choses.

« L'année passée, nous avions beaucoup de talent offensif, mais je ne pense pas que la chimie était numéro 1, a-t-il fait valoir. La première chose que j'espérais cette année, c'était de bâtir une chimie avant de bâtir une bonne équipe de hockey.

« Aujourd'hui, les gars bataillent les uns pour les autres et non pas pour le nom qu'ils portent derrière leur chandail. C'est ce qui nous a amenés où on est en ce moment. »

Sept mois plus tard, voilà que les Islanders sont sur le point d'affronter l'Armada de Blainville-Boisbriand en demi-finale de la Coupe du Président pour la deuxième année de suite, après avoir conclu la saison au neuvième rang du classement général avec une fiche de 37-24-7.

Tout cela n'aurait cependant pas été possible si l'état-major de l'équipe, le directeur général et entraîneur de la formation Jim Hulton en tête, n'avait pas d'abord eu confiance en sa formation.

« Jim est l'un des responsables à 100 pour 100, a vanté Joseph. Je pense que les entraîneurs et l'organisation ont cru en nous avant même que nous croyions en nous-mêmes. Ça nous a donné beaucoup de confiance en tant qu'équipe. »

Sur leur chemin en séries, les Islanders ont d'abord disposé des Remparts de Québec (huitièmes) en sept rencontres avant de balayer les Mooseheads d'Halifax, qui avaient terminé la saison au quatrième rang du classement général, au deuxième tour.

Il semble que la recette de Joseph ait aussi porté ses fruits.

« C'est un leader naturel, nous l'avons remarqué dès sa première saison avec nous, a déclaré Hulton. Pour moi, les meilleurs leaders sont ceux qui montrent l'exemple. Il aime tellement le hockey, il est toujours le dernier joueur à quitter la glace.

« Il est très bon avec les joueurs anglophones, les francophones, les jeunes et les plus vieux. Il n'y a vraiment aucune discrimination dans ce vestiaire. »

Lourde tâche

Le défi qui se dresse devant les Islanders en demi-finale en est un de taille. L'Armada est l'équipe favorite depuis le début de la campagne et n'a pas déçue en récoltant 107 points (50-11-7) en saison régulière.

S'ils espèrent venger leur défaite en cinq matchs subie l'an dernier, les Islanders devront afficher toute la confiance et l'esprit de corps dont ils font preuve depuis le début du tournoi printanier.

Après tout, ils ne sont qu'à quatre victoires de réaliser un petit miracle.

« Personne ne nous voyait là au début de l'année, c'est le fun de battre les pronostics, a affirmé Joseph. Rendus où on est en ce moment, on y croit même si on ne veut pas voir trop loin. On peut croire en nous, en nos habiletés et en ce qu'on est en train de créer en ce moment comme équipe.

« Si on adopte la bonne mentalité et que tout le monde est dans le même état d'esprit, je pense qu'on a de bonnes chances. »

En voir plus