Skip to main content

L'intelligence de Pietrangelo sert bien les Blues

La capacité du défenseur à lire le jeu a aidé St. Louis à créer l'égalité face aux Bruins en Finale de la Coupe Stanley

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

BOSTON - Quand les amis de longue date Joe Pietrangelo, Chris Stamkos et Steven Del Zotto se réunissent comme ils le font sur une base régulière au nord de Toronto, ils discutent souvent de leurs fils dans la LNH.

« Ils se vantent probablement, disant qu'ils sont la raison pour laquelle nous sommes ici, parce qu'ils ont été nos entraîneurs », a déclaré Alex Pietrangelo en riant, mercredi.

Mais ces jours-ci, ils vantent Alex plutôt qu'eux-mêmes, et avec raison.

À LIRE Les Blues ne se préoccupent pas du statut de Chara | Gagné: Une guerre de tranchées entre les Bruins et les Blues | Perron ne voulait pas revivre 2018

Le défenseur est le capitaine des Blues de St. Louis, qui sont à égalité 2-2 avec les Bruins de Boston en Finale de la Coupe Stanley 2019. Le match no 5 aura lieu au TD Garden de Boston, jeudi (20 h (HE); TVAS, NBC, CBC, SN).

Pietrangelo a parcouru un long chemin depuis le moment où Joe, Chris et Steven ont fondé une équipe de hockey estival appelée les Blues de l'Ontario il y a 18 ans, une formation dans laquelle évoluaient leurs fils âgés de 11 ans. L'équipe, qui a compilé une fiche de 49-0-1, a misé sur six joueurs qui allaient éventuellement atteindre la LNH: leurs fils - Pietrangelo, Steven Stamkos (Lightning de Tampa Bay) et Michael Del Zotto (Blues) -, John Tavares (Maple Leafs de Toronto), Michael Hutchinson (Maple Leafs) et Cody Hodgson (retraite).

Presque 20 ans se sont écoulés, mais une chose n'a pas changé : la vision incroyable d'Alex Pietrangelo et sa capacité à lire le jeu. Il s'agit d'une qualité que Chris Stamkos a remarquée chez Alex dès le départ.

« On pouvait déjà voir à ce moment-là qu'il allait devenir un très bon défenseur », a affirmé Chris Stamkos lors d'un entretien téléphonique, mercredi. « Dans le jargon d'aujourd'hui, on dirait qu'il possédait un bon QI de hockey. Il avait une excellente connaissance du hockey, et il voyait très bien toute la surface de jeu.

« Il n'était pas le plus rapide, et quand nous avons fondé cette équipe, il il n'était pas e défenseur le plus dou pour patiner à reculons. Mais il sait depuis toujours comment jouer et comment lire le jeu en attaque et en défense. Dans l'ensemble, il était un joueur très, très intelligent. »

Chris Stamkos et Michael Del Zotto ont chacun cité le but gagnant dans la victoire de 4-2 des Blues contre les Bruins dans le match no 4, lundi, comme exemple de l'intelligence de Pietrangelo.

La marque était égale 2-2 quand Pietrangelo a vu que les Bruins ont tardé à compléter leur changement de trio. Il s'est donc empressé d'amorcer une attaque en surnombre sur l'aile droite. Il s'est brièvement arrêté afin de permettre à l'attaquant Ryan O'Reilly de se rendre vers le filet, puis il a décoché un tir frappé haut.

Le plan a fonctionné à merveille. Tuukka Rask a effectué l'arrêt, mais il n'a pu immobiliser le disque, permettant à O'Reilly de frapper la rondelle au vol sur le retour et de donner l'avance aux Blues à 10:38 de la troisième période.

Video: BOS@STL, #4: O'Reilly rétablit l'avance une 2e fois

« Je n'allais pas marquer sur ce jeu-là, a admis Pietrangelo. Je tentais d'attendre le plus longtemps possible pour que nous puissions saisir le retour. Nous avions quelques joueurs qui fonçaient au filet.

« J'ai effectué un jeu semblable il y a quelques matchs, un tir des poignets, et [Rask] l'a facilement repoussé. Alors cette fois-ci, j'ai décidé de viser le haut du filet, en espérant qu'il aille du mal à faire l'arrêt. O'Reilly a fait un excellent travail en frappant la rondelle au vol. »

Del Zotto, retranché de l'alignement des Blues pendant toutes les séries éliminatoires de la Coupe Stanley, voit Pietrangelo réaliser de tels jeux depuis que les deux joueurs se sont affrontés dans le hockey mineur dès l'âge de huit ans.

« Son QI de hockey est très élevé, a noté Del Zotto. Il était par quelques pouces plus grand que tout le monde à l'époque, mais il a toujours très bien pu lire le jeu. Une de ses vraies forces est sa capacité à voir et prédire le jeu. C'est la raison pour laquelle il est un joueur si spécial.

« Il savait qu'il n'allait pas marquer de si loin l'autre soir, mais il sait que s'il décoche un tir haut, il y aura un retour. Peu de gens peuvent anticiper ces jeux, mais ce sont ces détails subtils qui peuvent faire la différence entre la victoire et la défaite. »

Pietrangelo a admis avoir depuis toujours un talent pour décortiquer les petits détails de son sport.

« Je suis fier de mon sens de hockey, a-t-il dit. Je tente de garder le jeu simple et de lire le jeu avant qu'il ne se produise. Ça me rend la tâche encore plus facile.

« [Nos pères] l'ont probablement remarqué bien avant que je le fasse à l'époque. Mais je tente surtout de tirer profit de cette force. »

Video: STL@DAL, #6: Pietrangelo donne l'avance aux Blues

Pietrangelo a ajouté qu'il demeure un ami proche de Stamkos et Del Zotto, comme leurs pères sont demeurés proches. Tavares est également un ami.

Il est maintenant en position de devenir le premier joueur de ce groupe à soulever la Coupe Stanley.

Au nord de Toronto, l'attention des trois pères, comme celle du reste du monde de hockey, se tourne vers lui.

« Il a joué de manière très constante -- bon, il a probablement connu un ou deux matchs plus difficiles, mais ça s'explique habituellement par le jeu de l'équipe plutôt que par celui d'un joueur. Mais dans la majorité des matchs que j'ai regardés, il a très bien joué, il a bien bougé la rondelle, a dit Chris Stamkos. J'estime qu'il s'agit d'un niveau de jeu physique de la vieille école, auquel il n'est pas habitué, mais je crois que ça s'explique par la présence de son entraîneur (Craig Berube).

« On a toujours pu voir qu'il allait être un bon joueur. C'est exactement ce qu'il est devenu. »

Pietrangelo, qui a récolté 15 points (deux buts) en 23 matchs des séries, se retrouve soudainement sous le feu des projecteurs en Finale de la Coupe Stanley.

« Le fait qu'il ne joue pas dans le plus grand marché de hockey pourrait lui nuire, mais je crois qu'il aime y jouer, a affirmé Del Zotto. Il aime passer sous le radar, il n'aime pas l'attention, c'est un gars très modeste.

« Mais il attire beaucoup d'attention maintenant, et c'est bien mérité. Il est un excellent joueur, un homme de grande qualité et un capitaine fantastique. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.