Skip to main content

Le hockey en chiffres : les Sharks étouffent

Bouchard : Les Penguins forcent les Sharks à abandonner leur jeu de possession

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Les Penguins de Pittsburgh n'ont pas que remporté le match no 4 de la Finale de la Coupe Stanley de lundi soir. Ils l'ont fait en enlevant aux Sharks de San Jose leur meilleure arme.

Les Sharks étouffent

Ces deux équipes se sont rendues en finale grâce à leur jeu de possession de rondelle. L'une comme l'autre a basé cette possession, au fil des rondes des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, sur une capacité sans cesse renouvelée à construire en zone neutre des poussées leur permettant de rentrer en zone ennemie en possession du disque.

Or, depuis le début de la série, les Penguins ont réussi à effriter cette facette du jeu des Sharks. En divisant le nombre d'entrées de zone en possession du disque par le nombre de rejets purs et simples en fond de zone ennemie, on voit apparaître cet effritement de manière très nette. C'est encore plus clair lorsqu'on distingue ces ratios en fonction du score; en effet, un club change sa façon de jouer lorsqu'il tire de l'arrière, il tend alors à chercher à placer la rondelle à tout prix en zone offensive.

Les Sharks ont perdu le contrôle de la transition offensive lors du deuxième match. S'ils ont réussi à le retrouver lors du retour à San Jose (l'avantage de la glace y est probablement pour quelque chose), les Sharks se sont à nouveau effondrés lors du quatrième affrontement, les Penguins ne recommençant à leur céder l'entrée en possession de rondelle qu'une fois obtenue l'avance de deux buts.

Cet effondrement n'est nulle part plus apparent que dans les performances affichées par le deuxième tandem défensif des Penguins. Olli Maatta et Ben Lovejoy ont complètement fermé l'accès à la zone défensive lors du quatrième match.

Maatta et Lovejoy ont encore une fois affiché, au terme du match, un solde négatif aux chances (+2/-5 à 5 contre 5), mais à l'image de leur club, ils ont donné l'essentiel de ces occasions alors qu'ils défendaient leur avance.

Si les Sharks terminent au bout du compte avec un avantage de 15-12 aux chances de marquer, le détail de la chose montre à quel point leur poussée était insuffisante. Ce n'est qu'en troisième période qu'ils déclassent vraiment les Penguins aux chances à forces égales (7-3) et, surtout, ils n'ont encore une fois guère été menaçants en avantage numérique, n'obtenant aucune chance de marquer en quatre minutes de jeu.

Le fait que cette série soit disputée de manière aussi serrée joue à l'avantage des Penguins en enlevant à San Jose l'avantage le plus net dont ils disposent lorsqu'on regarde les différentes positions. Le gardien des Penguins Matt Murray n'est, en effet, pas un gardien aussi aguerri que Martin Jones, et c'est en le menaçant le plus souvent possible qu'on peut arriver à le faire craquer. Or, depuis le début de la série, les Sharks n'ont jamais réussi à faire virer le vent vers une de ces confrontations où les chances de marquer fusent de toute part. Les Penguins, patients, attendent leur tour.

Phil Kessel, joueur le plus utile?

Le rôle central de Phil Kessel pour l'attaque des Penguins est l'autre élément qui ressort de plus en plus de cette série. Kessel est extrêmement actif, et ce dans toutes les phases du jeu, pas seulement en attaque. Pour chaque chance de marquer, entrée et sortie de zone en possession de rondelle, je note le joueur qui effectue l'action. Ensemble, je les désigne comme actions de possession directe. Je note aussi, lorsque c'est le cas, l'identité du joueur ayant directement contribué à cette action. Je nomme celles-ci actions de possession indirectes. Enfin, je note aussi tous les changements de zone effectués en perdant le contrôle du disque, les dégagements et les rejets en zone ennemie (l'un comme l'autre comprend aussi les passes manquées).

Ces trois éléments nous donnent donc une mesure de l'implication d'un joueur dans le jeu dans les trois zones. Le total brut de ces actions donne en plus une idée de l'importance du temps de jeu accordé au joueur.

Voici le tableau des actions pour les attaquants des Penguins.

Je ne suis pas surpris de voir Kessel dominer ainsi le jeu de transition. S'il n'est pas le plus actif en fond de zone défensive, il est toujours prêt à s'impliquer en relance. C'est la fondation de l'excellent jeu de possession de son trio avec Nick Bonino et Carl Hagelin, qui affiche par ailleurs le meilleur différentiel de chances depuis le début de la série. À forces égales, Kessel et ses sbires ont aidé leur club à coller 20 chances de marquer aux Sharks, contre six seulement accordées. Et dans l'implication directe dans ces chances de marquer, il est encore une fois parmi les meilleurs de son club.

 

Il n'est donc pas exagéré de considérer Kessel comme joueur par excellence de cette série. Loin d'être ce marqueur unidimensionnel au regard fuyant qu'on a si souvent décrié à Toronto, Kessel est ce joueur qui, au sein d'un trio à vocation défensive, s'impose massivement sur le jeu de transition, en plus de créer ces buts et ces passes qu'on attend de lui. Il ne frappe pas, ne se bat pas, ne crie pas sur le banc, mais il fait sentir sa présence dans chaque zone, laisse sa marque sur une quantité inégalée de poussées offensives. Il mérite certainement le titre de joueur le plus utile. Les Sharks n'ont jamais su quoi faire pour l'empêcher de semer le chaos dans leur système défensif.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.