Skip to main content

La malchance continue de s'abattre sur les Ducks d'Anaheim

Corey Perry est le dernier nom à avoir été ajouté à une longue liste de blessés

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Est-ce que les joueurs des Ducks d'Anaheim sont passés sous une échelle ou bien est-ce qu'ils ont brisé un miroir? C'est du moins l'une des hypothèses qui pourraient expliquer ce mauvais sort qui colle à la peau de la formation californienne depuis le début de la saison.

La plus récente victime de cette malchance généralisée : Corey Perry. L'ailier droit de 32 ans a vu son nom être ajouté à la déjà très longue liste des blessés de l'équipe. 

Perry a quitté le match de lundi soir face aux Hurricanes de la Caroline en raison d'une blessure au bas du corps. Le tout s'est produit après une collision avec Jeff Skinner, dans une rencontre remportée par les Ducks, par la marque de 3-2.

Donc, après Hampus Lindholm, Sami Vatanen et Ryan Kesler en début de saison, suivi de Ryan Getzlaf, Jakob Silfverberg et Rickard Rakell, en plus de Ryan Miller et Cam Fowler à un certain point, c'est au tour de Perry à passer par l'infirmerie. 

Tout ça, alors que Getzlaf et Silfverberg viennent tout juste de revenir au jeu. Comble de malheur, Perry était le meilleur pointeur de sa formation avec 22 points, dont six buts, en 31 matchs. 

Malgré toute cette malchance, les Ducks continuent de s'accrocher. Ils ne sont qu'à un seul point de la dernière place donnant accès aux séries dans l'Association de l'Ouest; celle de quatrième as détenue par les Flames de Calgary.  

Comment est-ce possible? Avec du travail acharné et un sentiment d'unité, selon Kevin Bieksa.

« Ça prend une mentalité de guerrier. Nous avons beaucoup de joueurs dans cette équipe. Oui, nous avons joué sans nos deux meilleurs centres depuis le début de l'année, mais nous avons de la profondeur et des gars capables de jouer de grosses minutes et de remplir différents rôles. Nous restons toujours unis », a déclaré le robuste défenseur au réseau ESPN. 

Bieksa, qui a lui-même raté quelques matchs en raison d'une blessure, devra cependant en donner un peu plus. Le défenseur de 36 ans, qui a déjà récolté 43 points avec les Canucks de Vancouver en 2008-09, n'a amassé que quatre petits points depuis le début de la campagne. De plus, il présente le pire différentiel du club avec un très décevant moins-9.

Quoi faire pour s'en sortir?

Sans surprise, les Ducks représentent l'équipe la plus hypothéquée par les blessures cette saison. La formation de Randy Carlyle a raté jusqu'à présent 183 matchs pour cette raison. Les Golden Knights de Las Vegas sont deuxièmes sur cette liste, mais ont raté une soixantaine de matchs de moins qu'Anaheim. C'est dire à quel point la malchance des Ducks est incroyable. 

La perte de tous ces joueurs de centre a poussé le directeur général, Bob Murray à se départir des services du défenseur Sami Vatanen pour acquérir Adam Henrique des Devils du New Jersey. 

Le changement d'air semble avoir porté ses fruits dans le cas d'Henrique, alors que ce dernier a inscrit trois buts en plus d'ajouter trois passes en six matchs dans son nouvel uniforme. Avant de quitter le New Jersey, il n'avait amassé que six points à ses 14 dernières rencontres.

La situation est telle que les joueurs de soutien et les jeunes espoirs de la formation sont forcés d'occuper des rôles plus importants par les temps qui courent.

Derek Grant (27 ans), qui pivote normalement le quatrième trio de la formation californienne avec en moyenne huit à neuf minutes d'utilisation par match, s'est soudainement retrouvé à jouer des 18, 19, 20 minutes par rencontre. Il connaît d'ailleurs sa meilleure saison en carrière jusqu'ici avec 13 points.

Chris Wagner (26 ans), a lui aussi vu ses responsabilités accroître et n'a pas déçu son entraîneur jusqu'ici, connaissant lui aussi la meilleure campagne de sa carrière avec 13 points. Il y a également le jeune Ondrej Kase (22 ans), qui a également été appelé à jouer de grosses minutes, récoltant 11 points en 18 matchs.

Les gardiens se lèvent

Une raison pour laquelle Anaheim est en mesure de garder la tête hors de l'eau se retrouve entre les deux poteaux. Les deux gardiens de l'équipe, John Gibson et Ryan Miller ont élevé leur jeu d'un cran à tour de rôle. 

Gibson, qui n'a que neuf victoires en 24 départs cette saison, a repris du galon à ses cinq dernières sorties, avec une fiche de 2-1-2, un pourcentage d'arrêts de ,925 et une moyenne de buts alloués de 2,58.

De son côté, Miller aussi connaît de bons moments, avec un dossier de 2-0-2 à ses cinq derniers matchs, un pourcentage d'arrêts de ,944 et une moyenne de buts alloués de 1,53. Il a d'ailleurs blanchi les Sénateurs d'Ottawa à sa dernière sortie, repoussant les 29 tirs dirigés vers lui.

Avec une séquence éreintante de six matchs consécutifs sur la route - en 10 jours - qui débute ce jeudi, les Ducks auront besoin que tous les joueurs mettent l'épaule à la roue, afin de s'accrocher jusqu'au retour des éclopés.

Or, avec des adversaires comme les Blues de St. Louis, les Capitals de Washington, les Devils du New Jersey et les Islanders de New York, entre autres, la tâche s'annonce compliquée pour les hommes de Randy Carlyle. 

Peut-être devront-ils commencer à être superstitieux pour contrer cette vilaine malchance…

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.