Skip to main content

Entre les poteaux : l'art saisissant des masques de gardiens

Notre chroniqueur Mathieu Garon nous parle de la conception de ses propres masques et de ses masques préférés parmi les autres gardiens

par Mathieu Garon @OuiOui_32 / Chroniqueur LNH.com

Mathieu Garon a disputé 12 saisons dans la LNH et signé 144 victoires en 341 matchs. Il a porté les couleurs des Canadiens de Montréal, des Kings de Los Angeles, des Oilers d'Edmonton, des Penguins de Pittsburgh, des Blue Jackets de Columbus et du Lightning de Tampa Bay. Il a soulevé la Coupe Stanley en 2009 avec les Penguins. Mathieu a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine pour nous faire découvrir l'univers des gardiens de la LNH.

L'un des aspects positifs d'avoir joué pour autant d'équipes pendant ma carrière a été d'avoir la possibilité de changer de masque régulièrement. 

On peut dire que j'ai su garder Michel Lefebvre, celui qui fabriquait mes masques, bien occupé. Au début de ma carrière, ce gourou d'équipement de gardien de but avait fait un moule de ma tête pour être capable de recréer le même masque au fil du temps. Une fois que la production était terminée, une nouvelle mission attendait Sylvie Poitras, l'artiste peintre en charge de mettre de la couleur dans ma vie. 

Plusieurs gardiens ont une idée fixe de ce qu'ils veulent avoir sur leur masque. Pour moi, la seule chose que je voulais absolument était d'avoir les initiales de mes enfants sur la plaque derrière mon masque. Sur cette image, j'avais demandé à mes jeunes enfants de dessiner quelque chose qui les représentait. À l'époque mon garçon aimait le football, et ma fille le cheerleading.

On voit ici le masque que j'allais porter au cours de mon passage avec le Lightning de Tampa Bay pendant l'étape de la conception.

 


Mon masque a eu droit à une petite séance photo après ma conquête de la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh.

 

Des classiques et des innovations

Comme la plupart des amateurs de hockey, j'ai grandi en appréciant l'évolution de l'art exprimé sur les masques de gardiens de but. Que dire du masque de Gerry Cheevers qui ajoutait des semblants de points de suture chaque fois qu'il recevait un tir qui lui aurait procuré une blessure au visage ou a la tête.

 

Trois masques qui sont pour moi des incontournables sont ceux d'Ed Belfour, Curtis Joseph et Félix Potvin. Ces trois gardiens étoiles ont toujours gardé le même concept de peinture, et ce, peu importe avec quelle équipe ils évoluaient. Eddie « The Eagle », « Cujo » et Félix « Le chat ». 
 

 
 

De nos jours, les gardiens semblent vouloir faire preuve d'originalité. À chaque évènement spécial, comme les matchs extérieurs ou le mois du Hockey contre le cancer, nous pouvons voir de nouveaux concepts faire leur apparition. 

Ceux qui évoluent pour des équipes au passé glorieux ou avec l'une des six originales ont la chance de rendre hommage aux anciennes vedettes de cette franchise. C'est pourquoi lorsque j'évoluais pour les Oilers d'Edmonton, j'avais opté pour un masque illustrant Bill Ranford et Grant Fuhr, deux de mes idoles d'enfance. Certains iront même jusqu'à imiter les anciens masques en peinturant des oreilles sur le côté pour donner l'impression que celles-ci sont laissées à découvert comme à l'époque.

Il y a beaucoup de chefs d'œuvres présentement dans la LNH. Malgré le fait qu'il évolue toujours avec la même équipe, Carey Price trouve toujours le moyen d'apporter de nouvelles idées à son palmarès. Pour sa part, Jonathan Quick garde toujours son même concept d'armure avec les Kings, mais le change minimalement au fil des saisons. 

 

Un masque que j'aimais beaucoup, non pas pour son design, mais plutôt pour son originalité, était celui de Ben Bishop, qui illuminait dans le noir.

Je m'en voudrais de passer sous silence le masque que Marc-André Fleury portait le printemps dernier avec les Penguins. Il avait décidé de faire un clin d'œil à ses coéquipiers préférés au fil des saisons en illustrant certains d'entre eux à l'avant du masque, et en écrivant les noms d'autres à l'arrière. Après avoir été suspendu à la suite d'un coup douteux à l'endroit de Sidney Crosby au cours de la série qui opposait les Penguins aux Capitals de Washington, le nom de Matt Niskanen a soudainement disparu du masque de Fleury.

C'est ce qu'on peut voir en haut à gauche sur cette photo.

Tweet from @MarcPDumont: Fleury taped over Niskanen's name on his mask. pic.twitter.com/qmU5SImOIV

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.