Skip to main content

Poolers : Des nouvelles de l'infirmerie

Un survol des principaux blessés dans la LNH et de l'impact de leur absence sur le rendement de leurs coéquipiers

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

Les blessures font partie de la réalité de la LNH, et elles sont un facteur déterminant dans la saison des poolers. Elles ont évidemment un impact direct sur le rendement des joueurs qui tombent au combat, mais elles offrent la chance à certains joueurs de se faire valoir. Tout au long de la saison, je donnerai une mise à jour du statut des joueurs blessés des différentes équipes de la LNH, tout en analysant lesquels de leurs coéquipiers verront leur rendement fluctuer en leur absence.

 

Filip Forsberg, Predators de Nashville (absence de quatre à six semaines en date du 3 janvier)

Le meilleur buteur des Predators au cours des trois dernières saisons a subi une blessure au haut du corps il y a deux semaines. Ses deux compagnons de trio habituels Ryan Johansen et Viktor Arvidsson auront la lourde tâche de continuer à produire sans lui. Les deux joueurs sont parvenus à récolter trois points au cours des cinq premiers matchs sans Forsberg, mais c'est toutefois le calme plat du côté des différents joueurs qui ont été appelés à remplacer le Suédois. Après avoir accordé une chance à Calle Jarnkrok de se faire valoir, l'entraîneur Peter Laviolette a confié le poste vacant sur le premier trio à Pontus Aberg. Ce dernier a toutefois été blanchi à ses huit derniers matchs, et il ne serait pas surprenant qu'un autre joueur obtienne sa chance sur la première unité au retour de la pause obligatoire de cinq jours des Predators, mardi contre les Golden Knights de Vegas. S'il a perdu sa place avec Johansen et Arvidsson à forces égales, Jarnkrok bénéficie toutefois d'un peu plus de temps de glace en avantage numérique avec l'absence de Forsberg.

Video: EDM@NSH: Arvidsson profite d'un rebond fortuit

Tyson Barrie, Avalanche du Colorado (quatre à six semaines en date du 27 décembre)

Alors qu'il se trouvait à égalité au deuxième rang des pointeurs de la ligue parmi les défenseurs avec une récolte de quatre buts et 23 passes, Barrie s'est malheureusement fracturé la main contre les Coyotes de l'Arizona. Son absence n'a pas empêché l'Avalanche de signer sept gains de suite, mais il demeurait un élément central du Colorado sur le jeu de puissance. L'Avalanche utilisait un système à un défenseur sur la première vague lorsque Barrie était en uniforme, et ce système a basculé vers une utilisation de deux défenseurs au début de l'absence de Barrie, Erik Johnson et Samuel Girard. L'entraîneur Jared Bednar est ensuite revenu à un système à un défenseur, et contre les Ducks d'Anaheim, c'est Girard qui s'est retrouvé avec Nathan MacKinnon, Gabriel Landeskog, Mikko Rantanen et Tyson Jost, et il a passé 7:42 sur la glace sur le jeu de puissance. Le défenseur québécois a tiré son épingle du jeu depuis que Barrie est sur la touche avec six points à ses huit derniers matchs, dont cinq en avantage numérique.

Chris Kreider, Rangers de New York (réévalué dans six semaines en date du 5 janvier)
 
La durée exacte de l'absence de Kreider est difficile à évaluer, comme c'est souvent le cas dans le cas d'un caillot sanguin. Il a subi une résection d'une côte le 7 janvier, et il sera réévalué dans six semaines. Rien ne garantit qu'il va revenir au jeu au terme de ce délai, ni même qu'il reviendra au jeu cette saison. Chose certaine, son absence a ruiné l'équilibre fragile qui régnait au sein des trios des Rangers, qui n'ont inscrit que 13 buts en huit matchs depuis que Kreider a été limité à 5:04 de temps de glace le 27 décembre contre les Capitals de Washington. Les trios ont été remaniés, et les deux compagnons de trio les plus fréquents de Kreider, Mika Zibanejad et Pavel Buchnevich, en arrachent. Zibanejad a récolté trois points en huit parties alors que Buchnevich n'a obtenu qu'un point en sept rencontres, lui qui a même été laissé de côté pendant un match. Les Rangers ne formaient déjà pas une grande machine offensive, la perte de Kreider pourrait être fatale pour la valeur de leurs attaquants.

Mark Scheifele, Jets de Winnipeg (six à huit semaines en date du 28 décembre)

Le centre numéro un des Jets s'est blessé au haut du corps, mais Winnipeg a le luxe de pouvoir miser sur une grande profondeur à l'attaque. Ce ne sont pas toutes les équipes qui peuvent remplacer sans sourciller ou presque un joueur de la trempe de Scheifele, mais les Jets ont pu faire passer Mathieu Perreault du quatrième trio au top-6, où il occupe une variété de rôles en plus d'être souvent utilisé en avantage numérique. Perreault a récolté six points à ses sept derniers matchs, dont trois ont été récoltés en avantage numérique. Comme il reste encore au moins un mois d'absence à Scheifele, la production de Perreault ne devrait pas diminuer de manière marquée de sitôt.

Video: SJS@WPG: Perreault touche la cible en A.N.

S'approchent d'un retour…
Bo Horvat, Canucks de Vancouver : six semaines en date du 8 décembre (pied)
Jeff Carter, Kings de Los Angeles : durée indéterminée en date du 18 octobre (bas du corps)
Jaden Schwartz, Blues de St. Louis : six semaines en date du 10 décembre (cheville)

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.