Skip to main content

Le Wild admet que l'élimination hâtive est « difficile à avaler »

Le Minnesota a été limité à cinq matchs contre les Blues après une saison régulière record

par Jessi Pierce / Correspondante LNH.com

ST. PAUL, Minnesota - Le Wild du Minnesota s'attendait à jouer au hockey en juin, ou à tout le moins de jouer après la première ronde de l'Association de l'Ouest en avril.

Mais les Blues de St. Louis ont mis un terme à ces plans en l'emportant 4-3 en prolongation contre le Minnesota dans le match no 5 présenté au Xcel Energy Center samedi, éliminant ainsi le Wild des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« C'est très difficile à avaler, a admis l'attaquant du Wild Zach Parise. Aucun d'entre nous ne s'attendait à cela. Ce sera assurément une longue saison morte. Nous avons tenté de revenir dans la série, mais lorsque vous tirez de l'arrière 3-0, c'est beaucoup demandé. Non pas que nous avons abandonné, nous n'abandonnons jamais, nous avons essayé, nous avons joué avec intensité jusqu'à la fin, mais, comme je l'ai dit, nous formons maintenant un groupe de joueurs [déçu]. »

Le Minnesota est éliminé en première ronde pour la deuxième saison de suite. Le Wild s'était incliné en six matchs contre les Stars de Dallas l'an dernier.

Le Wild a embauché Bruce Boudreau au poste d'entraîneur et a ajouté les centres Eric Staal, comme joueur autonome, et Martin Hanzal, à la date limite des transactions de la LNH. 

Le Minnesota a conservé une fiche de 49-25-28 pour un total de 106 points, un record d'équipe pour le Wild, ce qui lui a permis de terminer en deuxième place dans l'Association de l'Ouest. Ils ont aussi établi des records pour la plus longue séquence de victoires (12, 4 au 29 décembre) et la plus longue séquence de matchs avec au moins un point (13 matchs, 12-0-1), et ils ont terminé au deuxième rang de la LNH avec un différentiel de buts de plus-58.  

Avec 13 marqueurs d'au moins 10 buts (à égalité au premier rang de la LNH), le Minnesota a terminé en deuxième place dans la ligue avec 263 buts (les Penguins de Pittsburgh en ont inscrit 278). 

Mais en séries, le Wild a été limité à huit buts en cinq parties, réussis par six joueurs (Parise avec deux, Charlie Coyle avec deux; Martin Hanzal, Ryan Suter, Mikko Koivu et Jason Zucker avec un chacun). Tout cela malgré une domination de 182-133 au chapitre des lancers.

« C'est très décevant a répété Parise. La dernière chose à laquelle nous pensons est la qualité de notre saison régulière. C'est une fin décevante pour notre saison. »

Le capitaine Mikko Koivu a indiqué qu'il n'avait pas le sentiment que la fenêtre de l'équipe pour remporter la Coupe Stanley se refermait.

« Pas du tout, a affirmé l'attaquant de 34 ans. Nous nous sentions très bien avant la série. J'ai trouvé que nous avons connu une excellente saison avant d'aborder les séries éliminatoires, et nous avons bien joué, mais simplement pas assez bien. [St. Louis] est parvenu, d'une manière ou d'une autre, à inscrire un but de plus que nous quatre fois sur cinq. Comme je l'ai dit plus tôt, il est impossible de choisir une raison qui explique pourquoi nous sommes arrivés à court comme ça. »

Parise a souligné que c'est cette élimination hâtive, et non le succès de l'équipe en saison régulière, qui allait définir cette édition du Wild. 

« D'habitude, notre principal souvenir est la dernière chose que nous avons vécue, alors malheureusement, nous allons nous souvenir de cette élimination en cinq matchs », a-t-il expliqué.

En voir plus