Skip to main content

Andersen espère vivre un scénario différent en séries avec Toronto

Le gardien veut prendre sa revanche contre les Bruins après l'élimination en première ronde de la saison dernière

par Mike Zeisberger @zeisberger / Journaliste NHL.com

BOSTON - Le signe le plus probant que Frederik Andersen est dans sa zone est quand il met de côté les partisans, les critiques et tout le bruit autour de lui.

C'est la raison pour laquelle il y a un optimisme discret autour du gardien des Maple Leafs de Toronto à la veille du match no 2 de la série de première ronde de l'Association de l'Est contre les Bruins de Boston, qui aura lieu samedi au TD Garden (20 h HE, TVA Sports, NBC, CBC).

« Même quand tout va bien, tu dois demeurer concentré sur les cinq prochaines verges plutôt que sur le kilomètre à franchir », a imagé Andersen vendredi. « Il faut prendre les choses étape par étape. »

À LIRE AUSSI : Les Maple Leafs s'imposent face aux Bruins dans le match no 1Bergeron frustre les adversaires des Bruins avec son excellence

Si les Maple Leafs veulent gagner leur première série depuis 2004, aucun autre joueur ne sera plus important qu'Andersen. Il est déterminé à améliorer la moyenne de buts alloués de 3,76 et le pourcentage d'arrêts de ,896 qu'il a affichés quand son équipe a été éliminée en sept parties en première ronde contre Boston il y a un an.

Pour ce faire, Andersen a mis les difficultés du passé derrière lui, et sa seule préoccupation est d'aider les Maple Leafs à prendre les devants 2-0 dans la série après un gain de 4-1 dans le match no 1 jeudi. Andersen a stoppé 37 tirs et n'a eu aucune chance sur le seul but des Bruins, une passe parfaite de Brad Marchand directement sur la lame du bâton de Patrice Bergeron, qui a donné les devants 1-0 à Boston à 9:31 de la première période.

La foule s'est ensuite moquée d'Andersen en scandant son nom pour tenter de lui rappeler ses problèmes des séries 2018. Au lieu de se laisser atteindre, Andersen a ignoré leurs moqueries et a blanchi les Bruins lors des 50:29 restantes.

« Ils ont de bons partisans ici, mais les partisans ne sont pas sur la glace avec toi, a dit Andersen. Tu peux seulement te soucier des choses que tu contrôles et non de celles que tu ne contrôles pas. »

Ces mots sont comme de la musique aux oreilles de l'entraîneur de Toronto Mike Babcock, dont la confiance en son gardien numéro un n'a jamais été ébranlée durant le passage à vide d'Andersen dans la dernière ligne droite de la saison. Le vétéran gardien a remporté trois parties et a montré un pourcentage de ,881 à ses 10 dernières rencontres, entrant en séries du mauvais pied.

Malgré tout, Babcock continuait d'affirmer qu'Andersen retrouverait ses repères une fois en séries. Un match ne fait pas une série, mais Andersen va assurément dans la bonne direction.

« Je pense que nous vivons tous de l'adversité dans notre vie, a mentionné Babcock. Tu essaies de puiser dans tes ressources pour que ce soit le plus court possible. On aime tous être bons dans ce que l'on fait. C'est la vie. Tu veux que les bons passages soient plus longs que les mauvais. Quand tu puises dans tes ressources chaque jour, tu ne connais pas de très longues mauvaises séquences.

« Nous avons confiance en Freddy. Il est un véritable leader au sein de notre équipe. Il travaille fort, il est fier de ce qu'il accomplit et il voulait évidemment retrouver ses repères. Il l'a fait dans le match no 1. »

Avec un peu d'aide de ses amis en bleu et blanc, bien sûr.

Dans le match no 2, attendez-vous à ce que la défensive des Maple Leafs continue d'essayer de garder les attaquants des Bruins à l'extérieur du demi-cercle d'Andersen et de les forcer à jouer en périphérie, une recette qui a fait ses preuves dans le match no 1. Deux joueurs particulièrement efficaces dans cet aspect sont Jake Muzzin et Nikita Zaitsev, qui ont passé une bonne partie de la rencontre à limiter les occasions du premier trio de Boston composé de Marchand, de Bergeron et de David Pastrnak.

« Il faut jouer avec robustesse contre eux, limiter leur temps et leur espace comme c'est le cas face aux meilleurs trios à travers la Ligue, a expliqué Muzzin. Je pense que nous avons fait du bon travail pour les contenir. Je n'ai pas trouvé qu'ils ont eu beaucoup d'occasions en surnombre. Mais le plus important est que Freddy a fait les arrêts. »

Muzzin a affirmé que toute l'équipe a confiance en Andersen, même après sa fin de saison difficile.

Video: TOR@BOS, #1: Kadri aide Nylander à faire 3-1

« Les performances de Fred ne m'inquiètent pas, et je crois que c'est la même chose pour tous les autres, a dit Muzzin. Il est calme. Il a de l'assurance. Il a fait les arrêts quand nous en avions besoin et il nous a gardés dans le match quand ils ont inscrit le premier but. »

Andersen s'attend à ce que les Bruins lui rendent la tâche plus difficile en tentant de lui bloquer la vue et en circulant autour de son demi-cercle. Si c'est le cas, il tentera de garder son calme et de composer avec la situation. C'est cette attitude qui lui a permis de retrouver ses repères.

« Tu finis par passer à travers des moments comme ceux-là, a expliqué Andersen. Tu traverses différentes périodes où ça va bien et moins bien. J'ai déjà vécu ça. Tu apprends de tout ça et tu continues d'avancer. Éventuellement, tu finis par t'en sortir et bien te sentir à nouveau.

« Parfois, la rondelle ne te suit pas, mais si tu continues d'y mettre l'effort, tu vas t'améliorer et te sentir bien de nouveau. »

C'est exactement ce qu'Andersen vit actuellement.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.