Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

« C'est cinq fois plus de travail que pour le 3e choix au total »

Lorsque votre choix de premier tour se retrouve à être en milieu de ronde, cela demande encore plus de préparation

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

VANCOUVER - L'équipe de dépistage amateur des Canadiens a travaillé fort mercredi pour tenter de finaliser leur tableau en vue de la séance de repêchage.

Avec 10 choix à leur disposition avant le repêchage 2019 de la LNH, y compris le 15e choix au total, de nombreuses discussions et décisions ont dû être prises.

Reste à savoir quel espoir rejoindra les rangs des Canadiens lors de la ronde d'ouverture vendredi soir au Rogers Arena, mais le directeur général adjoint Trevor Timmins ne s'attend pas à ce que le nouveau membre de la franchise se joigne au grand club dès l'an prochain.

« Lorsque vous sélectionnez en début de repêchage, vous avez généralement la possibilité de choisir parmi les joueurs susceptibles de contribuer immédiatement à votre équipe, comme l'an dernier [Jesperi] Kotkaniemi a contribué à notre équipe la saison juste après son repêchage. En choisissant 15e au total, nous ne nous attendons pas à ce que ce joueur joue cette année ou peut-être même pas l'année suivante. Nous ne répondons donc pas à un besoin immédiat », a confirmé Timmins. « Si nous avons un besoin immédiat, Marc regardera ailleurs ou il tentera de s'entendre avec un agent libre. »

Video: Début des derniers préparatifs pour le Repêchage 2019

Selon le vétéran dépisteur des Canadiens, le fait de sélectionner un joueur en milieu de la première ronde demande davantage de préparation.

Même si le processus de recherche et de validation des espoirs reste le même, cela oblige l'équipe de dépisteurs à examiner leurs options de plus près.

« Ce qui est différent maintenant, c'est le nombre de joueurs possibles que nous avons pour notre premier choix. L'année dernière, nous avons sélectionné au troisième rang au total. Notre bassin d'espoirs était donc très petit pour ce premier choix et nous pouvions consacrer beaucoup de temps à se concentrer sur seulement quelques joueurs », a expliqué Timmins. « Cette année, avec le 15e choix au total, il y a beaucoup plus de joueurs à surveiller et sur lesquels nous devons passer beaucoup de temps et de recherche. C'est cinq fois plus de travail que pour le 3e choix au total. »

Timmins et son équipe planifient également tous les scénarios possibles qui leur permettraient d'avancer ou de reculer en première ronde.

Bien entendu, la planification est essentielle à cette période-ci de l'année.

« Nous voulons être prêts au cas où nous avancerions ou reculerions. Si nous reculons, le bassin de joueurs est encore plus grand. Repêcher en fin de première ronde demande beaucoup plus de travail qu'en début de ronde », a insisté Timmins. « Nous devons être prêts à toute éventualité. Beaucoup de choses peuvent se passer le jour du repêchage. Beaucoup de ces choses sont imprévisibles. Nous y sommes préparés et Marc [Bergevin] prépare l'équipe en fonction. Il jette des lignes à l'eau avec les directeurs généraux afin de se préparer à différents scénarios qui pourraient devenir disponibles, des options pour nous et des options que d'autres équipes pourraient nous proposer, que ce soit avant que nous soyons à la table vendredi ou même lors du repêchage. »

Les Canadiens possèdent également une paire de choix en deuxième ronde (46e et 50e au total).

« Vous pouvez obtenir de très bons joueurs au deuxième tour. En particulier dans la première partie du deuxième tour, il y a généralement des espoirs que vous aviez sur votre tableau, des espoirs du premier tour qui sont encore disponibles tôt samedi. L'année dernière, nous avons eu quelques choix en début de deuxième ronde qui pourraient nous rapporter », citant notamment l'attaquant finlandais Jesse Ylonen, le défenseur russe Alexander Romanov et l'attaquant suédois Jacob Olofsson. « Seul le temps nous le dira, mais ces choix sont tout aussi importants et peuvent assurément nous aider dans le futur. »

Video: Les Canadiens sont au Combine 2019 de la LNH

Dans l'état actuel des choses, les Canadiens possèdent également un choix au troisième tour (77), un au quatrième tour (108), trois au cinquième tour (131, 136 et 138), un au sixième tour (170) et un septième tour (206).

Ce qui compte le plus?

Pour une deuxième saison consécutive, les Canadiens ont mis en place un outil d'évaluation de la personnalité et du comportement permettant de rassembler des informations essentielles sur les espoirs potentiels.

Timmins est catégorique sur le fait que cela est important dans le processus décisionnel final, en relation avec les informations recueillies lors des tests physiques de la LNH et du propre Combine des Canadiens à Stockholm.

« L'une des informations les plus importantes que nous rassemblons concerne la personnalité. Nous mettons beaucoup d'emphase sur cela, en particulier dans des domaines spécifiques tels que le caractère, la compétitivité, la confiance, les aspects que les jeunes joueurs doivent avoir. Il y a aussi la volonté et la volonté de s'améliorer et de faire le travail pour évoluer en tant que joueurs de hockey », a déclaré Timmins. « Nous recherchons beaucoup d'attributs différents chez les espoirs, mais nous recherchons un attribut déterminant. C'est un attribut qui aidera le joueur à atteindre le niveau de la LNH et à s'y maintenir, qu'il s'agisse d'un tir puissant, d'un bon sens du hockey, d'un coup de patin, de l'effort, etc. »

Cependant, ce qui compte le plus est plutôt simple.

« Nous voulons des bons joueurs », a conclu Timmins. « Nous voulons des bons joueurs de la LNH. »

En voir plus