Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Mozes : Petry « me fait peur » avec son tir

L'entraîneur de musculation de Jeff Petry sait avec quelle vélocité le défenseur peut tirer une rondelle

par Matt Cudzinowski. Traduit par Olivier Beauregard. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - L'entraîneur de musculation, Dan Mozes, n'a pas été surpris du tout par l'impact du tir de 102 m/h de Jeff Petry.

L'ancien joueur de la NFL et de la NCAA, qui a formé Petry au Barwis Performance Center de Plymouth, au Michigan, pendant de nombreuses années, a été témoin à plus d'une reprise de la puissance du tir du défenseur des Canadiens.

« Je l'ai vu frapper des rondelles contre la vitre quand nous nous entraînons sur glace et je pouvais voir la vitesse derrière son tir frappé. Il me fait peur à chaque fois qu'il le fait », a déclaré Mozes en riant. « Je jure qu'éventuellement la vitre va se briser lors de nos exercices de vitesse et d'agilité. »

Video: Tir le plus puissant: Petry, Weber, et plus

Il y a beaucoup de facteurs dans la puissance du tir de Petry. Faire concurrence au capitaine Shea Weber lors du Concours d'habiletés des Canadiens présenté par RONA, n'est pas une simple coïncidence.

« C'est un maniaque de la génétique », a déclaré Mozes, avant d'expliquer certains traits uniques de Petry à 6 pieds 3 pouces. « Avec les longs bras qu'il a, vous ne verrez jamais un gars de la taille de Jeff être capable de faire un mouvement aussi rapide. Il lance les rondelles aussi vite que tout le monde. Les gars qui sont plus courts et qui ont une extension moins longue devraient avoir beaucoup plus de vélocité. Mais Jeff a plus de puissance que la plupart de ces gars-là, ce qui explique sa marque de 102 sur la glace. »

L'éthique de travail de Petry au gymnase est également inégalée, selon Mozes, ce qui ne fait qu'aider sa cause en termes de développement.

« Si nous avons des séances d'entraînement à sept heures du matin, il est là à 6h15 ou à 6h30 pour faire en sorte que son corps soit bien réchauffé. C'est comme cela chaque jour où nous sommes là-bas », souligne Mozes. « Il veut être excellent. Il ne veut absolument pas être médiocre. C'est un de ces gars qui vient et fait le travail. C'est un leader dans notre établissement, c'est certain. »

Il n'est donc pas surprenant que le défenseur âgé de 31 ans soit tout aussi sérieux sur la patinoire.

« C'est un compétiteur. S'il ne fait pas quelque chose de parfait sur la glace, il le montre. Il va casser son bâton. J'ai vu tellement de bâtons cassés de Jeff, c'est incroyable. Nous les ramenons tous au centre et nous les raccrochons », a déclaré Mozes. « Nous nous entraînons ensemble à la mi-juin et en juillet. Il est très fier de ce qu'il fait. Il veut être meilleur que toi, meilleur que lui et se pousser à un niveau supérieur. Le compétiteur en lui est ce qui le rend comme cela. »

Selon Mozes, le diplômé de l'Université de Michigan State a également intensifié ses activités de conditionnement physique depuis son départ pour Montréal l'été dernier.

« Il est très proactif cette année, plus que par le passé. Il en voit les avantages globaux », a mentionné Mozes, qui a reçu de nombreux courriels du n° 26 du Tricolore au sujet de programmes d'entraînement en cours de saison. « Il réalise que « plateau » n'est pas vraiment un mot, qu'il s'agisse d'un entraînement sur la glace ou d'un entraînement hors glace. C'est l'une de ces choses où vous allez suivre un certain protocole et vous assurer de connaître votre corps et de vous améliorer pendant toute la saison afin de ne pas vous heurter au mur. »

Jusqu'ici, tout va bien, évidemment. Petry occupe le quatrième rang de la formation, et le premier parmi les défenseurs des Canadiens avec 34 points en 50 matchs. Il se classe également deuxième chez l'équipe en enregistrant 23:37 de temps de glace par match.

« C'est une personne très dévouée qui veille au succès sur la glace », a expliqué Mozes. « Il le fait pour sa famille. Il le fait pour laisser un héritage derrière son nom et garder ce nom de Petry. »

Un bon présage ?

Les installations situées dans le sud-est du Michigan ont une tradition au moment même où les athlètes terminent leurs programmes d'entraînement hors-saison.

Ils essaient de jeter leurs chaussures d'entraînement sur une poutre au plafond afin de commémorer le temps consacré à perfectionner leur technique avec le personnel de Barwis.

C'est ce qui est arrivé à Petry lors de son premier essai en août, ce qui, selon Mozes, était un signe de plus de succès à l'horizon.

« Ce fut l'une des premières fois qu'il l'a fait », a conclu Mozes. « C'était un signe de bonnes choses à venir. »

En voir plus