Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Des offres alléchantes… et refusées

Marc Bergevin fait le point sur les joueurs autonomes

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BROSSARD - Même si le directeur général des Canadiens Marc Bergevin a été très occupé samedi lors de l'ouverture du marché des joueurs autonomes, ce sont plutôt les contrats qui n'ont pas été signés qui ont retenu le plus l'attention dimanche, lorsqu'il a rencontré les médias.

Bergevin a été très clair. Si Andrei Markov et Alexander Radulov veulent porter l'uniforme des Canadiens l'an prochain, ils devront faire quelques concessions, car il croit avoir fait les meilleures offres possible aux deux joueurs autonomes sans compensation. 

En raison de la masse salariale, il indiqué que les Canadiens ne peuvent se permettre de garder les services des deux Russes «à leurs conditions».

«Si je me fie à leurs demandes, c'est impossible», a laissé tomber Bergevin.

Et si les deux vétérans revoyaient leurs demandes à la baisse ?

«Il y a une possibilité, oui», a nuancé le directeur général.

Sinon, ce serait «premier arrivé, premier servi.»

Mais pour le moment, il n'a pas de nouvelles des deux joueurs qui sont devenus libres comme l'air samedi à midi. Et comme les offres ont été refusées, elles ne sont plus sur la table.

«J'ai parlé aux deux joueurs et on a fait des propositions qu'ils ont décidé de ne pas prendre pour aller sur le marché des joueurs autonomes. C'est leur droit, c'est leur choix. Je respecte ça», a tenu à dire Bergevin.

Selon lui, l'agent de Radulov ne comprend peut-être pas la réalité actuelle du marché, alors que le plus long contrat qui a été accordé à un joueur samedi est de cinq ans (Karl Alzner, 28 ans, à Montréal).

«C'est certain qu'on veut ramener Radulov à Montréal, mais pas à ses termes à lui. Les DG sont plus prudents. Si je vous racontais mes premières conversations avec l'agent d'Alex en janvier, vous tomberiez en bas de votre chaise. Tranquillement, il a réalisé que ce qu'il voulait avoir n'était pas une réalité. On est mieux placés pour connaître le marché et j'ai essayé de l'expliquer à son agent, mais il ne voulait pas vraiment écouter et aujourd'hui, Alex est encore joueur autonome, a expliqué Bergevin.

«Il y a un an, quand personne dans la LNH ne s'est levé pour lui donner un contrat, les Canadiens l'ont fait. On lui a fait une offre qui était très, très alléchante et il a décidé d'aller sur le marché, mais comme le dit l'expression en anglais, si tu cherches la loyauté, achète-toi un chien. Il n'y a pas d'animosité, je respecte le fait qu'il veuille tester le marché. À lui de décider s'il veut faire partie d'une bonne équipe à Montréal, ou aller ailleurs, ça lui appartient», a-t-il précisé.

Video: Conférence de presse de Marc Bergevin

Et s'ils ne revenaient pas? Bergevin serait tout de même en confiance avec sa formation. Ce serait à d'autres joueurs de prendre la relève.

«J'espère que Charles Hudon sera une belle surprise au camp et qu'il pourra nous aider à remplacer les buts qu'Alex aurait marqués s'il n'est plus là. On devra faire ça en équipe. On ne commencera pas à inventer des joueurs qui ne sont pas là. On aimerait que ces joueurs soient de retour, mais il y a des limites à ce qu'on peut faire», a-t-il poursuivi.

Selon lui, sa nouvelle acquisition Jonathan Drouin peut certainement prendre le relais.

Et à la ligne bleue, le DG montréalais a hâte de voir ce que le Tchèque Jakub Jerabek peut faire et il prévoit une compétition à l'interne, notamment avec l'arrivée de Joe Morrow, que l'entraîneur-chef Claude Julien connaît bien.

«Il y a des postes ouverts et ce sera au plus méritant», a-t-il conclu.

 

En voir plus