Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

«Je m'attends à ce qu'il connaisse une grosse deuxième moitié de saison»

Cole Caufield est de retour sur le campus de l'Université du Wisconsin et il sera en action ce vendredi soir

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre-Antoine Mercier. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Même si Cole Caufield n'a pas été en mesure de remplir le filet au Championnat mondial junior, ce ne sera certainement pas le cas lors de son retour au Wisconsin.

Caufield et les Badgers de l'Université du Wisconsin entament la deuxième moitié de saison ce vendredi soir en disputant deux rencontres contre Ohio State, classé huitième. L'entraîneur-chef Tony Granato s'attend à ce que l'espoir des Canadiens reprenne là où il a laissé avant de se joindre à l'équipe américaine.

« Je m'attends à ce qu'il connaisse une excellente deuxième moitié de saison et ça commence ce week-end », a dit Granato, qui a vu Caufield récolter 12 buts et 20 points en 18 matchs jusqu'à maintenant cette saison. « Il est de retour avec ses compagnons de trio habituel, il connaît sa position et son rôle au sein de l'équipe. Je sais qu'il veut retrouver son niveau de jeu du début de saison. »

Crédit photo: University of Wisconsin Athletics

Si on met les statistiques de Caufield en perspective, les 20 points qu'il a amassés représentent un sommet chez les attaquants de première année depuis que son idole Joe Pavelski a enregistré 21 points en 18 rencontres pour amorcer la saison 2004-2005.

Et son total de 12 buts représente un sommet depuis que Dany Heatley a marqué 15 buts en 18 matchs lors de sa première année en 1999-2000.

Disons qu'il se retrouve en très bonne compagnie, et Granato s'attend à en voir encore plus.

« Le Championnat mondial junior a été une embûche sur sa route. Ça fait partie du métier. On doit comprendre que ça ne peut pas toujours être parfait. Mais lorsque ce n'est pas parfait, tu as l'occasion d'apprendre et de faire mieux la prochaine fois. Tu peux t'enlever le poids des épaules. C'est ce dont à quoi je m'attends de sa part », a ajouté Granato. « Lorsque tu regardes sa carrière jusqu'à maintenant, il a toujours trouvé une façon de s'en sortir. Si ça ne fonctionne pas, il va trouver un moyen. C'est ce que font les bons joueurs selon moi. »

Granato adore le fait que Caufield et ses coéquipiers du Championnat mondial junior sont déjà de retour au travail depuis leur retour. 

C'est le remède parfait pour oublier leur défaite crève-coeur qu'ils ont subie en République tchèque.

« Tu dois passer par-dessus et te préparer pour ton prochain défi. Heureusement pour Cole, il va jouer contre l'une des meilleures équipes de notre conférence et du hockey universitaire », a mentionné Granato. « Il a une autre chance de sauter sur la glace et d'avoir du plaisir à faire ce qu'il aime, c'est-à-dire marquer des buts et gagner des matchs de hockey. »

Crédit photo: University of Wisconsin Athletics

Caufield a toujours été un expert pour faire scintiller la lumière rouge.

Ses statistiques avec le Programme de développement américain avant d'être repêché par Montréal étaient tout simplement remarquables.

Et il a continué dans cette lignée au Wisconsin avec son tir dévastateur. Granato veut d'ailleurs le voir utiliser son tir davantage.

Gardez à l'esprit que Caufield mène les Badgers avec 79 tirs au but et un sommet en carrière de 12 tirs contre Michigan State le 7 décembre dernier.

« Décoche des tirs autant de fois que tu veux. Tu traverses la ligne bleue, je m'attends à ce que la rondelle soit au but. Le gardien doit s'en attendre, tout comme la foule. Tout le monde devrait s'attendre à ce qu'il tire. C'est quelque chose qu'il fait mieux que tous les autres joueurs, certainement dans notre ligue et probablement aussi bien que plusieurs bons marqueurs de la LNH. C'est ce que nous voulons qu'il fasse », a déclaré Granato. « Il doit être sur la feuille de pointage et être une menace chaque fois qu'il franchit la ligne bleue. J'aimerais qu'il décoche cinq ou six tirs par rencontre. Je m'attends à ce qu'il soit capable de le faire. »

Selon Granato, Caufield a dû frapper 16 ou 17 poteaux, peut-être plus, lors de la première moitié de saison et durant environ six semaines de suite, il avait une moyenne de deux poteaux par rencontre. Il est convaincu que sa production ne fera qu'augmenter à l'avenir.

Granato souhaite pousser le joueur originaire de Stevens Point afin de voir la meilleure version possible.

« On doit lancer des défis à nos joueurs. Cole en a besoin. Cole le veut. Et Cole doit avoir ça. C'est un tremplin pour se préparer pour le prochain niveau lorsqu'il jouera à Montréal », a expliqué Granato. « En tant qu'entraîneur, tu dois pousser et défier tes joueurs pour les aider à comprendre ce qu'il faut pour être prêt afin de surmonter le prochain défi. »

Crédit photo: University of Wisconsin Athletics

Maintenant que Caufield s'est adapté au niveau de jeu universitaire, Granato croit que le moment est venu de lui en donner plus.

« Je donne toujours une période d'ajustement aux étudiants de première année. Il a très bien géré ça. Mais c'est maintenant terminé Tu es ici et tu comprends ce que tu dois faire pour aider ton équipe à gagner des matchs. Il doit accepter une énorme responsabilité. Il doit faire une différence soir après soir. Il a compris la courbe d'apprentissage et il n'est plus un étudiant de première année. Il est un joueur de niveau universitaire », a souligné Granato. « Il n'est plus une recrue, un joueur de première année et un jeune joueur. Tu comprends le jeu, tu as affronté presque chaque équipe de la conférence, tu as joué dans des amphithéâtres difficiles, tu as joué à domicile et tu as appris à connaître tes coéquipiers. »

Caufield risque d'être amusant à regarder jouer.

En voir plus