Skip to main content

Nikita Nesterov s'amène à Montréal

Bouchard : Le Tricolore se donne des options en allant chercher un défenseur de la LNH à bas prix

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Il est plutôt rare de voir deux équipes d'une même division transiger ensemble, mais le Canadien de Montréal et le Lightning de Tampa Bay ont conclu un échange mineur, jeudi soir. Nikita Nesterov, qui peinait à se tailler une place avec le Lightning, s'amène chez le Canadien pour une bouchée de pain.

Cet échange ne marque certainement pas, pour le Lightning, le début de cette vente de feu qui me semblait imminente lorsque j'ai écrit mon dernier article. En envoyant Nesterov sous d'autres cieux pour un si faible prix, Steve Yzerman laisse entendre qu'il est pour l'instant satisfait de son premier quatuor défensif, constitué de Victor Hedman, Anton Stralman, Andrej Sustr et Jason Garrison. Surtout, on semble satisfait de la présence Braydon Coburn sur la troisième paire défensive. Le vétéran gaucher de 31 ans a deux autres saisons à écouler à son actuel contrat, occupant 3,7 millions sous le plafond salarial. Dans ce contexte, bloqué derrière Coburn, Garrison et Hedman, et sachant que Nesterov ne peut être envoyé dans la LAH sans être soumis au ballottage, on a décidé de l'envoyer sous d'autres cieux.

Cette décision me surprend au plus haut point. Garrison a rendu de fiers services à son équipe depuis quelques années, mais il connaît une campagne difficile aux côtés de Sustr et Coburn ne semble plus être utilisé que comme défenseur de troisième paire depuis deux ans maintenant.

Il est vrai de Slater Koekkoek, lui aussi gaucher, devra avoir sa chance éventuellement. Mais après avoir supplanté Matt Carle au cours des séries du printemps dernier, on l'a renvoyé dans les mineures après 29 matchs passés essentiellement aux côtés de Coburn.

Mais l'équipe coule au classement, la défensive vieillit et on vient de se débarrasser d'un joueur qui, justement, était jusqu'ici devant Koekkoek dans la hiérarchie du club, et ce, dans un contexte ou on aurait pu utiliser la dernière portion du calendrier pour le laisser faire ses preuves dans des situations plus exigeantes. Est-on si attaché aux vétérans, ou est-ce que leurs lourds contrats rendent impossible la tâche de les échanger avant l'été? Le fait que Nesterov commençait à lorgner du côté de la KHL a probablement convaincu Yzerman de couper les ponts dès maintenant. Mais le prix reste diablement faible.

Marc Bergevin, dans ce contexte, est celui qui profite de l'aubaine. Le DG des Canadiens aime répéter qu'une équipe n'a jamais trop de défenseurs, expression qui prend tout son sens lorsqu'on regarde l'alignement de son équipe. Le retour imminent d'Andrei Markov laisse pas moins de 8 défenseurs à la disposition des entraîneurs du club, dont cinq gauchers. Nesterov va avoir quelques minutes, on s'en doute, mais sa situation ne semble pas vraiment améliorée par le changement d'équipe.

S'il peut arracher du temps de glace, c'est à Mark Barberio ou Zach Redmond. Barberio, le plus qualifié des deux, a démontré l'an dernier qu'il pouvait se débrouiller à droite, ce qui rend Redmond plus vulnérable. Mais il est peu probable qu'un de ces joueurs supplante Nathan Beaulieu, et si Markov doit s'absenter de nouveau, le numéro 28 va être celui qu'on va envoyer aux côtés de Jeff Petry.

Reste que les Canadiens, depuis le début de la campagne, ont su se débrouiller avec une troisième paire défensive souvent peu inspirante, en donnant du temps de jeu à des joueurs comme Ryan Johnston ou encore Joel Hanley. La présence de Carey Price devant le filet, ainsi que de Jeff Petry et Shea Weber (deux véritables éponges à temps de jeu) sur les deux premières paires font du troisième duo un lieu relativement peu exigeant, où on peut se prêter à des expériences.

On verra à l'usage, mais il n'est pas inutile, aussi, de se prêter ici à quelques spéculations. Si Andrei Markov, qui vient de connaître quatre saisons quasi exemptes de blessures, reste en santé, Marc Bergevin aura, grâce à Nesterov, une police d'assurance supplémentaire qui pourrait lui donner le luxe de placer Nathan Beaulieu sur le marché des échanges. Le gaucher de 24 ans a encore trois saisons à écouler avant d'atteindre l'autonomie complète et son salaire est à peine plus élevé que celui de Nesterov.

Il représente certes un morceau important pour l'avenir du club, mais il est évident que les Canadiens ne sont plus en mode construction. L'équipe a besoin de renforts, notamment à l'attaque, pour tenter d'aller chercher la Coupe Stanley et Beaulieu peut faire la différence si on veut arracher un attaquant de premier plan à une autre équipe. Sachant qu'en présence de Markov, Beaulieu est confiné à la troisième paire défensive, il n'est pas farfelu de remplacer ce dernier par Barberio ou Nesterov.

Marc Bergevin vient donc de bouger une première pièce en obtenant un joueur qui, au premier regard, peut sembler redondant. Reste à voir s'il va tenter un gros coup d'ici la date limite des transactions.

En voir plus