Skip to main content

Les Islanders veulent demeurer en vie face à Tampa

La « fraternité » n'est pas prête à entamer une saison morte pleine d'incertitude

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

BRANDON, Floride - À la suite d'un voyage en avion et en autobus samedi, les Islanders de New York se sont réunis dans un vestiaire exigu d'une patinoire récréative dans une banlieue de Tampa. Ils ont discuté de la fin de la dernière saison et à quel point ils se sont améliorés, ayant remporté 100 points pour une deuxième saison régulière de suite avant de remporter la première série éliminatoire de la Coupe Stanley de l'équipe depuis 1993.

Ils parlent toujours de la « fraternité », a indiqué l'entraîneur des Islanders Jack Capuano, et maintenant ces frères d'armes font face à l'élimination contre le Lightning de Tampa Bay dans le match no 5 de leur série de deuxième ronde de l'Association de l'Est dimanche (15 h (HE); TVA Sports, SN, NBC). Une défaite signifierait encore plus que la fin de la saison.

 

« Les gars veulent continuer de jouer, a dit Capuano. Ils veulent venir au boulot le lendemain et traîner avec leurs coéquipiers. Nous avons discuté du travail d'équipe et de l'unité, et ils veulent travailler aussi dur que possible et laisser leur éthique de travail déterminer le résultat d'un match. »

Personne ne veut en parler. Personne ne veut s'y attarder. Mais tout le monde le sait: peu importe ce qui se passe dimanche, il pourrait y avoir plusieurs grosses modifications à la formation pendant la saison morte. Frans Nielsen, Kyle Okposo et Matt Martin pourront devenir joueurs autonomes sans compensation. Travis Hamonic a demandé une transaction pour des raisons personnelles afin qu'il puisse être plus près de sa maison au Manitoba.

Ce sont deux attaquants du top-6, un membre de ce qui peut être le meilleur quatrième trio dans la LNH et un défenseur de première paire. Ce sont quatre joueurs repêchés par les Islanders qui se sont développés dans l'organisation et qui ont aidé l'équipe à retrouver sa respectabilité alors qu'elle déménageait du Nassau Coliseum à Long Island au Barclays Center à Brooklyn. Ce sont quatre membres de longue date de la fraternité.

Nielsen, 32 ans, a été un choix de troisième ronde (87e au total) du repêchage 2002 de la LNH. Okposo, 28 ans, a été le septième choix au total en 2006. Martin, 26 ans, a été choisi au cinquième tour (148e au total) de la cuvée 2008 et Hamonic, 25 ans, a été repêché en deuxième ronde (53e au total) en 2008.

Qui va demeurer? Qui va partir? Qui les remplacerait?

Qui sait?

« Nous en discutons au début de la saison, a affirmé Capuano. Mais nous n'en parlons jamais par la suite ».

Ils ne doivent pas en parler.

« Il y a une fraternité ici parce que tu ne sais pas si tu vas continuer de jouer avec les joueurs à tes côtés, a expliqué Capuano. C'est un groupe spécial. C'est un lien fort. C'est ce dont nous discutons toujours. Ce n'est pas différent d'être dans la cour d'école avec tes frères. Si quelque chose arrive, tu es soucieux de les protéger. Et c'est la mentalité que nous voulons avoir ici. Nous voulons être un groupe serré et nous voulons nous battre l'un pour l'autre. »

Les Islanders se sont battus dans cette série. Ils croient qu'ils auraient pu mener la série 3-1, même s'ils tirent de l'arrière 3-1. Après que les deux équipes ont partagé les honneurs des deux premiers matchs à Tampa, les Islanders ont dominé le Lightning dans les deux rencontres à New York. Ils ont toutefois laissé filer des avances en troisième période avant de perdre chaque match en prolongation.

Après le match no 3, Capuano a qualifié la défaite de « démoralisante ». Il est quand même demeuré optimiste et il était encore plus confiant samedi que l'équipe allait redresser la barre en soulignant tout ce que l'équipe a bien fait.

« Si nous jouons comme ça, c'est le hockey des Islanders », a lancé Capuano.

Les Islanders auraient pu hésiter à sauter sur la glace samedi. Ils ont néanmoins tenu une séance optionnelle pendant 30 minutes, et presque tout le monde y participait. Personne ne semblait être mécontent. À certains moments, ils ressemblaient à un groupe de frères jouant un match improvisé et s'amusant.

« Nous profitons vraiment de la compagnie de nos coéquipiers, a dit Hamonic. Tu ne veux jamais que ça se termine. Nous avons plusieurs voix différentes dans cette équipe, que ce soit le personnel d'entraîneurs ou les joueurs. Je crois que le fait que nous avons beaucoup de leaders nous bénéficie beaucoup. Je crois qu'à certains moments, des personnes différentes se font entendre. Je pense que nous sommes prêts pour le match demain. Nous avons perdu deux matchs en prolongation, mais nous avons assez bien joué. »

La voix la plus claire parmi les joueurs appartient au capitaine John Tavares, le visage de l'équipe et finaliste pour l'obtention du trophée Mark Messier Leadership, présenté par Bridgestone. Il garde à l'esprit la chose qui fait d'une équipe une fraternité pour toujours : un championnat.

« Nous voulons gagner la Coupe Stanley, a dit Tavares. C'est une partie du processus. Nous avons le dos au mur. Nous devons commencer avec une victoire demain. Je ne veux pas exagérer l'importance du match.

« Je crois que nous leur donnerons tout ce que nous avons, nous bâtirons sur toutes les bonnes choses que nous faisons et nous trouverons le moyen de faire les jeux cruciaux. Tout le monde compte l'un sur l'autre.

« Nous avons de toute évidence surmonté beaucoup d'obstacles cette saison et alors nous voulons que la saison se poursuive. Nous sommes allés très loin. Nous avons fait beaucoup de sacrifices, nous avons travaillé avec acharnement. C'est une occasion que nous ne voulons pas gaspiller. »

 

En voir plus