Skip to main content

Larsson se sert du hockey pour faire son deuil

Le défenseur est de retour à Edmonton après les funérailles de son père et il pourrait être en uniforme jeudi

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

EDMONTON - Le défenseur Adam Larsson croit que le hockey sera bénéfique pour lui, maintenant qu'il a rejoint les Oilers d'Edmonton à la suite du décès de son père, Robert, le 1er février.

Robert Larsson visitait son fils à Edmonton lorsqu'il a fait une crise cardiaque le 25 janvier.

Adam Larsson a raté huit matchs pour être auprès de sa famille en Suède, puis il a rejoint l'équipe le 17 février. Il a disputé sept matchs le temps que les arrangements funéraires soient préparés et il est retourné en Suède pour les funérailles, qui ont eu lieu vendredi, et il a raté les deux dernières parties des siens.

Larsson s'est entraîné lundi, mais il n'affrontera pas les Coyotes de l'Arizona (21 h HE, SNOL, FS-A PLUS, NHL.TV). Il devrait plutôt disputer la rencontre face aux Islanders de New York jeudi. Les Oilers ont 19 points de retard sur les Kings de Los Angeles, qui occupent la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans l'Association de l'Ouest.

« Même ces quelques matchs dans les deux dernières semaines m'ont fait du bien, a dit Larsson. Évidemment, des funérailles font ressurgir beaucoup d'émotions et de souvenirs, donc ce fut trois jours difficiles à la maison. Je pense que le hockey me fera du bien pour la suite des choses. »

Robert Larsson a été défenseur pour Skelleftea en Suède de 1985 à 1995. Il a été sélectionné par les Kings en sixième ronde (no 112) du Repêchage 1988 de la LNH, mais il n'a jamais joué dans la Ligue.

Adam, qui a joué trois saisons avec Skelleftea avant d'être sélectionné au quatrième rang total par les Devils du New Jersey au Repêchage 2011, a dit ressembler beaucoup à son père.

« Nous sommes similaires de plusieurs façons, a-t-il expliqué. Il était calme et il avait la capacité de prendre un pas de recul pour réfléchir sur lui-même et il m'a transmis cela. Il était drôle. Ma famille et moi n'avons que des souvenirs bons et positifs de lui. »

Larsson, 25 ans, dit avoir été trop jeune pour se souvenir de la carrière de joueur de son père.

« Nous avons parlé de hockey ensemble chaque jour jusqu'à la toute fin, a décrit Larsson. J'ai vécu un grand vide au terme de mon premier match après sa mort, c'était difficile. »

Les coéquipiers et les entraîneurs de Larsson étaient heureux de le voir à l'aréna lundi.

« Nous comprenons le fait qu'il soit drainé émotionnellement depuis un mois maintenant, a avancé l'entraîneur Todd McLellan. En fait, je pense que ç'a affecté notre équipe un peu, mais nous sommes humains. Les joueurs sont humains. »

Larsson a dit ne pas avoir pensé au fait que son travail fait en sorte qu'il est connu et que, s'il avait une autre profession, moins d'attention aurait été portée sur lui durant son deuil.

« Dans ce cas-là, je n'aurais probablement pas eu 24 à 30 personnes autour de moi pour m'aider chaque jour. C'est le côté positif de mon travail. Je suis très heureux de les avoir », a-t-il philosophé.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.