Skip to main content

Poolers : Le top-50 des défenseurs de la LNH

Rielly et Barrie connaissent un excellent début de saison chez les Maple Leafs; Dahlin entre dans le top-15

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com vous propose un classement hebdomadaire des 50 meilleurs défenseurs de la LNH pour les poolers pour la saison 2019-20. Le classement a été dressé en tenant compte de statistiques attendues bien précises : les buts, les mentions d'aide, les points en avantage numérique, les tirs au but, les mises en échec et le différentiel.

L'excellent début de saison que connaissent les Maple Leafs de Toronto et Morgan Rielly sur le plan offensif fait en sorte que ce dernier s'empare du premier rang du top-50 cette semaine.

Les Maple Leafs ont inscrit 16 buts en quatre rencontres, et Rielly a participé à près du tiers d'entre eux avec une récolte de cinq mentions d'aide, dont deux en avantage numérique, et neuf tirs au but. Le joueur de 25 ans est un habitué des bons débuts de saison. Rappelez-vous la saison dernière, alors qu'il avait obtenu 13 points (trois buts, 10 passes) à ses six premières rencontres. Cette séquence de six parties avec au moins un point était la plus longue par un défenseur dans l'histoire des Maple Leafs.

À LIRE AUSSI : Le top-100 des attaquants de la LNH | Poolers : Le top-25 des gardiens de la LNH

Tout ça n'est pas surprenant avec tout le talent offensif qu'il y a à Toronto, et l'autre qui en profite est Tyson Barrie. Plusieurs poolers s'inquiétaient que la baisse de son temps de jeu en avantage numérique à cause de la présence de Rielly affecte son rendement. C'est vrai, ses points dans cette situation vont fort probablement diminuer cette saison, tout comme sa production en général, mais cette baisse sera probablement moins drastique qu'anticipée en raison de son déploiement à 5-contre-5.

Chez les Maple Leafs, Barrie est généralement employé en même temps qu' Auston Matthews et William Nylander à forces égales, selon Natural StatTrick. Quand ce n'est pas le cas, il se retrouve avec John Tavares et Mitchell Marner. Soyons francs, il n'y avait pas autant de talent sur la glace au Colorado, sauf quand Barrie était déployé avec le trio de Nathan MacKinnon. Les chances sont donc bonnes qu'il amasse plus de points à forces égales cette saison et il n'est donc pas surprenant de constater que trois de ses quatre points jusqu'ici ont été obtenus à 5-contre-5.

Les Maple Leafs sont la dernière équipe à avoir misé sur deux défenseurs ayant obtenu 60 points ou plus en une saison (2005-06 : Bryan McCabe, 68; Tomas Kaberle : 67), mais ça ne devrait pas se reproduire 14 ans plus tard avec le duo Barrie-Rielly. D'abord, Barrie n'a jamais atteint le plateau des 60 points en une saison et, tôt ou tard, la baisse de son temps de jeu en avantage numérique lui nuira. Il demeure un atout important dans un pool, mais il faut tout de même modérer les attentes.

Si Rielly prend le premier rang, Brent Burns écope pour le difficile début de saison des Sharks de San Jose. Ces derniers ont inscrit seulement cinq buts lors des quatre premières parties de la saison - quatre défaites - et ç'a fait mal à Burns, qui n'a obtenu qu'un but et deux mentions d'aide. 

Le jeu de puissance des Sharks semble à plat et ce n'est rien pour aider Burns, qui n'a jamais obtenu moins de 25 points avec l'avantage d'un homme au cours des quatre dernières saisons. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé : les Sharks ont déployé leur jeu de puissance à 17 reprises depuis le début de la saison, le total le plus élevé dans la LNH, et ils n'ont inscrit qu'un seul but. 

Évidemment, quatre matchs ne font pas une saison et Burns et les Sharks ont amplement le temps de renverser la vapeur, mais dans l'immédiat, Rielly est probablement une meilleure option avec la machine offensive de Toronto. En outre, Burns et son coéquipier Erik Karlsson affichent un différentiel combiné de moins-11.

Enfin, difficile de passer sous silence le début de saison de Rasmus Dahlin et des Sabres de Buffalo. Ces derniers ont surpris un peu tout le monde en inscrivant 13 buts en trois matchs et leur jeu de puissance fonctionne à plein régime (6-en-10). Ça sourit à Dahlin, qui a déjà cinq points (un but, quatre mentions d'aide), dont trois avec l'avantage d'un homme, après trois rencontres.

Video: BUF@PIT: Dahlin bat Murray du côté de la mitaine

Dahlin intègre le top-15 cette semaine et sa progression va de toute évidence se poursuivre. En première moitié de saison l'an dernier, il devait partager son temps de jeu en avantage numérique avec Rasmus Ristolainen, puis il a tranquillement pris le dessus en deuxième moitié de campagne pour terminer l'année avec 20 points en supériorité numérique. Cette saison, il est le quart-arrière incontesté, alors que Ristolainen est relégué à la deuxième vague avec Colin Miller. Si Buffalo poursuit dans la même veine, on peut s'attendre à ce que la production de Dahlin explose.

Voici le classement des 50 meilleurs défenseurs de la LNH. Sous le nom de certains d'entre eux, vous trouverez un peu plus de détails sur leur rendement ou sur des changements qui pourraient influencer leur utilisation.

Classement des 50 meilleurs défenseurs

1. Morgan Rielly, Maple Leafs de Toronto
2. Brent Burns, Sharks de San Jose
3. Erik Karlsson, Sharks de San Jose
4. Victor Hedman, Lightning de Tampa Bay
5. John Carlson, Capitals de Washington
6. Roman Josi, Predators de Nashville
7. Torey Krug, Bruins de Boston
8. Keith Yandle, Panthers de la Floride
9. Kris Letang, Penguins de Pittsburgh
10. John Klingberg, Stars de Dallas
11. P.K. Subban, Devils du New Jersey
12. Jacob Trouba, Rangers de New York
13. Tyson Barrie, Maple Leafs de Toronto
14. Mark Giordano, Flames de Calgary
15. Rasmus Dahlin, Sabres de Buffalo
16. Erik Gustafsson, Blackhawks de Chicago
17. Seth Jones, Blue Jackets de Columbus
18. Matt Dumba, Wild du Minnesota
19. Shea Weber, Canadiens de Montréal
20. Thomas Chabot, Sénateurs d'Ottawa
21. Alex Pietrangelo, Blues de St. Louis
22. Oliver Ekman-Larsson, Coyotes de l'Arizona
23. Cale Makar, Avalanche du Colorado

Comme il fallait s'y attendre, Makar profite d'un déploiement avantageux chez l'Avalanche, alors qu'il côtoie régulièrement MacKinnon, Landeskog et Rantanen à 5-contre-5 et en avantage numérique. Ses deux points en deux matchs ont été obtenus avec l'avantage d'un homme, et on peut s'attendre à ce qu'il continue à produire sur une base constante dans une telle situation.

24. Drew Doughty, Kings de Los Angeles
25. Zach Werenski, Blue Jackets de Columbus
26. Dougie Hamilton, Hurricanes de la Caroline

Comme prévu, le départ de Justin Faulk fait du bien à Hamilton, qui s'impose sur le jeu de puissance. Trois de ses cinq points ont été obtenus avec l'avantage d'un homme, et il décoche en moyenne 2,5 tirs par rencontre. Son inconstance au cours des dernières saisons a frustré beaucoup de poolers. Est-ce enfin l'année où il s'imposera comme un véritable quart-arrière offensif?

27. Shea Theodore, Golden Knights de Vegas

Le départ de Miller à Buffalo jouait déjà en faveur de Theodore, et voilà que Nate Schmidt est aux prises avec une blessure au bas du corps et est réévalué sur une base hebdomadaire. Ça ouvre la porte encore plus grande à Theodore, qui pourrait se mettre en marche rapidement dans les prochains jours.

28. Josh Morrissey, Jets de Winnipeg
29. Ryan Suter, Wild du Minnesota
30. Rasmus Ristolainen, Sabres de Buffalo
31. Miro Heiskanen, Stars de Dallas
32. Shayne Gostisbehere, Flyers de Philadelphie
33. Darnell Nurse, Oilers d'Edmonton
34. Mikhail Sergachev, Lightning de Tampa Bay
35. Quinn Hughes, Canucks de Vancouver
36. Charlie McAvoy, Bruins de Boston
37. Aaron Ekblad, Panthers de la Floride
38. Ivan Provorov, Flyers de Philadelphie
39. Ryan Ellis, Predators de Nashville
40. Mattias Ekholm, Predators de Nashville
41. Oscar Klefbom, Oilers d'Edmonton

Klefbom fait son entrée dans le top-50 cette semaine. La semaine dernière, j'ai mentionné qu'il y aurait une lutte entre Nurse et lui pour le poste de défenseur sur la première vague du jeu de puissance des Oilers, et tout indique que c'est Klefbom qui a le dessus jusqu'ici. Le joueur de 26 ans a déjà quatre passes au compteur, dont deux en avantage numérique, et il faudra revoir les projections dans son cas, car plusieurs s'attendaient à ce que Nurse occupe ce rôle. Quand tu passes la rondelle à Connor McDavid et à Leon Draisaitl, les points sont généralement faciles à obtenir et on pourrait peut-être voir Klefbom battre son sommet personnel de 38 points en une saison, atteint en 2016-17.

42. Filip Hronek, Red Wings de Detroit
43. Jared Spurgeon, Wild du Minnesota
44. Ryan Pulock, Islanders de New York
45. Alexander Edler, Canucks de Vancouver
46. Justin Faulk, Blues de St. Louis
47. Samuel Girard, Avalanche du Colorado
48. Vince Dunn, Blues de St. Louis
49. Will Butcher, Devils du New Jersey
50. Jeff Petry, Canadiens de Montréal

Blessés : Dustin Byfuglien, WPG (congé personnel); Nate Schmidt, VGK (bas du corps), Brandon Montour, BUF (main); 

Mentions honorables : Kevin Shattenkirk, TBL; Jake Gardiner, CAR; Justin Schultz, PIT; Colton Parayko, STL; Jake Muzzin, TOR; Cam Fowler, ANA; Neal Pionk, WPG; Jaccob Slavin, CAR; Duncan Keith, CHI; Noah Hanifin, CGY; Tyler Myers, VAN; Dennis Cholowski, DET

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.