Skip to main content

CMJ: Alexander Romanov impressionne Francis Bouillon

L'entraîneur au développement des joueurs du Tricolore aime bien ce qu'il voit de l'espoir russe depuis le début du tournoi

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

VANCOUVER - Comme la majorité des partisans des Canadiens de Montréal et des observateurs de la LNH, Francis Bouillon découvre peu à peu le défenseur Alexander Romanov à mesure que se déroule le Championnat mondial junior.

L'entraîneur au développement des joueurs du Tricolore ne l'a vu à l'œuvre que pour deux matchs, mais il a bien aimé ce que l'espoir russe a démontré à l'une de ses premières présences en Amérique du Nord. 

Il aurait été difficile de faire autrement.

En deux rencontres, Romanov a récolté un but et deux mentions d'aide et a été le défenseur le plus flamboyant du côté de la Russie. Il s'est montré efficace en relance et à la pointe en avantage numérique en plus de pincer solidement quelques-uns des joueurs qui ont eu le malheur de croiser son chemin.

« Je dirais que c'est l'une des belles surprises, a déclaré Bouillon. Il m'impressionne. Je ne l'avais pas vu jouer avant le repêchage, mais entre les quatre matchs de la Série Canada-Russie que j'ai vus (en novembre) et les rencontres du tournoi, je vois la progression. Il prend confiance et il a une fierté de jouer au hockey. »

Lorsqu'il a été repêché par le Tricolore en début de deuxième ronde (no 38) au dernier repêchage, peu de gens en connaissaient beaucoup sur cet arrière de 18 ans qui évoluait à Moscou en deuxième division russe. 

À LIRE AUSSI : CMJ : Kurashev découvre peu à peu son arme secrèteCinq choses à retenir du CMJ: Jour 4CMJ: Mads Søgaard veut imiter Andersen

Plusieurs étaient sceptiques, mais le directeur général adjoint Trevor Timmins était convaincu d'avoir effectué un vol. Il avait dit avoir été surpris que Romanov soit encore disponible alors que son nom n'apparaissait même pas sur la liste finale du Bureau central de dépistage de la LNH. 

Peut-être qu'au final, c'est simplement que le jeune homme n'avait pas été suffisamment évalué ou qu'il ne s'était pas assez démarqué pour attirer l'œil des dépisteurs au moment opportun. 

Parce qu'avec ce qu'il a accompli cette saison en se taillant un poste avec le CSKA de Moscou dans la KHL à 18 ans et la manière dont il se débrouille contre les meilleurs de son groupe d'âge, Romanov est assurément en train de donner raison à ses nouveaux patrons.

« C'est sûr qu'il gagne de la confiance en jouant contre des hommes en Russie, a avancé l'ancien défenseur. On sait tous que c'est le plus dur, quand tu fais le saut chez les professionnels. J'ai côtoyé beaucoup de joueurs d'âge junior qui avaient de la misère à s'adapter au niveau professionnel.

« En jouant déjà contre des hommes, il est arrivé au CMJ avec une longueur d'avance. Mais encore une fois, à son âge, de voir sa progression et la confiance qu'il a jusqu'à maintenant, ça m'impressionne. »

Brook doit prendre exemple sur Mete

En évaluant le défenseur Josh Brook au cours des rencontres du Canada, Bouillon a apprécié son jeu dans l'ensemble, mais il aimerait le voir se servir davantage de son corps dans les bagarres pour la rondelle. Le choix de deuxième tour (no 56 - 2017) du CH est efficace défensivement, mais il est vrai qu'il ne joue pas comme un joueur de 6 pieds 1 pouce et 192 livres.

« Dans sa zone, j'aimerais qu'il utilise plus son corps, a expliqué Bouillon. Ce n'est pas un joueur qui est très physique. Quand tu n'es pas un gros défenseur, tu dois être plus intelligent. L'an dernier, l'adaptation de Victor Mete a surpris tout le monde grâce à son positionnement sur la glace.

« C'est un joueur intelligent. Il va mieux utiliser son bâton, il va utiliser son corps pour ne pas se faire battre à 1-contre-1. C'est un peu ça que je dis à Brook; il doit prendre exemple sur Mete. […] Défensivement, quand tu tombes au niveau professionnel, tu dois bien jouer dans ta zone si tu n'es pas très physique. Il va devoir être très intelligent dans sa zone pour avoir une belle carrière professionnelle. » 

Même s'il se concentre davantage sur les espoirs du club à la ligne bleue, Bouillon a aussi pu voir à l'œuvre l'attaquant Nick Suzuki - l'espoir acquis des Golden Knights de Vegas dans la transaction de Max Pacioretty. L'Ontarien n'a toujours pas touché la cible, mais il a récolté trois mentions d'aide et a servi plusieurs superbes passes à ses coéquipiers.

« On sait tous qu'il a du talent, a déclaré Bouillon. C'est un gars qui amène beaucoup d'offensive et qui est aussi très créatif. Aussitôt qu'il a une chance, qu'il a la rondelle, il va la mettre sur la palette de son partenaire.

« Il a eu des hauts et des bas à ses deux premiers matchs, mais contre la République tchèque, il a été plus impliqué. Je pense qu'il mesure un peu ses efforts. Plus le tournoi va avancer, plus il va élever son jeu d'un cran. »

On pourra voir si c'est le cas dès lundi alors que Suzuki et Brook croiseront le fer avec les Russes d'Alexander Romanov lors du dernier match de la ronde préliminaire.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.