Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Un prélude aux séries

Les Canadiens affronteront les Sénateurs trois fois en huit jours

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BROSSARD - Les Canadiens affronteront les Sénateurs d'Ottawa trois fois en huit jours et les deux premiers duels auront lieu samedi en Outaouais et le lendemain, à Montréal.

Des rivaux, une bataille pour le premier rang de l'Atlantique et trois rendez-vous en si peu de temps, tous les ingrédients sont réunis pour écrire un autre chapitre de la guerre de la 417.

«Ce seront un peu comme des matchs de séries. On veut finir premiers de la section, alors la motivation est là. Si elle n'est pas là, il y a un problème!» s'est exclamé Phillip Danault au terme d'un entraînement intense, jeudi au Complexe Bell de Brossard.

Video: Phillip Danault sur la rivalité avec les Sénateurs

Le Québécois a bien résumé l'histoire des deux équipes.

«On sait qu'on ne les aime pas et qu'ils ne nous aiment pas non plus. Le fait qu'on joue contre eux trois fois en une semaine, ça va certainement augmenter la tension sur la glace. C'est un peu une préparation pour les séries, un trois de cinq. On va être prêts», a-t-il assuré.

Jordie Benn ne connaît pas l'historique récent de la rivalité Montréal-Ottawa. Le défenseur récemment acquis des Stars de Dallas a toutefois une bonne idée de ce qui l'attend.

«Tout ce que je sais, c'est que c'est une autre équipe canadienne que tout le monde à Montréal veut qu'on batte, alors ce sera une bonne série aller-retour», a mentionné le numéro 8, qui a inscrit un but en sept matchs depuis son arrivée avec le Tricolore.

À peu près tous les gars dans le vestiaire ont parlé de ces prochains matchs comme étant des matchs dans une ambiance de séries. Les clichés des matchs de quatre points, on devrait les entendre souvent au cours des prochains jours. Mais c'est que… ce seront en effet tous des «matchs de quatre points». En date de jeudi après-midi, les Canadiens ont 86 points, soit un seul de plus que les Sénateurs. Ces derniers ont toutefois deux matchs en main.

«Tout le monde veut la première place et on verra qui la veut le plus. On doit être prêts à batailler», a indiqué Paul Byron, qui jouera devant plusieurs proches, puisqu'il est natif d'Ottawa.

Video: Paul Byron sur sa saison

Un bon temps pour s'unir

Andrew Shaw s'est amené à Montréal avec deux bagues de la coupe Stanley dans ses bagages, remportées avec les Blackhawks de Chicago en 2013 et en 2015. Il sait donc ce que ça prend pour gagner en séries et il sait aussi que cette période de l'année est la plus importante dans bien des aspects. Oui, il faut peaufiner son jeu, mais il faut aussi travailler la chimie.

«Il reste quoi, 12 matchs ? C'est maintenant qu'il faut se lever. Ce sera un grand défi pour nous, les Sénateurs jouent bien dernièrement et on doit leur montrer qu'on est prêts à les affronter et on est prêts à tout faire ce qu'il faut pour les battre. C'est cette période-ci de l'année qui installe une chimie dans le vestiaire, qui apporte du caractère et c'est ce que tu as besoin pour aller en séries. Ce sera un dur weekend, mais on aime les défis, a souligné le numéro 65, ajoutant que ces matchs ont une grande signification.

«C'est là où tu veux voir ton équipe se regrouper, s'unir pour faire face à l'adversité. Ce sont des matchs qui peuvent aider à avoir du succès par la suite en séries» a poursuivi l'attaquant.

Video: Phillip Danault sur la rivalité avec les Sénateurs

Les Sénateurs jouent un style robuste et les nouvelles acquisitions du CH comme Andreas Martinsen, Dwight King et Steve Ott lui permettront de rivaliser dans ces rencontres qui serviront de baromètre.

«Ils ont une grosse équipe et les nouveaux nous aident, car ça nous donne une autre dimension. On sera prêts à jouer», a noté Byron, qui fait un peu baisser la moyenne de l'équipe avec ses 5 pi 9 po et 160 lb.

Par ailleurs, le petit attaquant en étonne plusieurs avec ses 18 buts cette saison. Qui sait, il atteindra peut-être le plateau des 20 buts pour la première fois de sa carrière lors d'un des matchs contre l'équipe de sa ville natale.

«Ça va bien pour moi cette année, mais j'essaie de ne rien changer à mon jeu», a-t-il dit humblement.

Son coéquipier Phillip Danault, lui, ne s'est pas gêné pour lui envoyer des fleurs.

«Paulie est un joueur qui m'inspire. Il est petit, mais il joue avec un gabarit de 6 pi 5 po. Il est super fort, très talentueux, bon passeur, rapide… Selon moi, c'est un joueur complet, autant défensivement qu'offensivement. Il l'a prouvé cette année. Je ne suis pas inquiet qu'il aura les 20 buts et pas juste cette année», a dit Danault en touchant du bois pour ne pas porter malheur à son collègue.

En voir plus