Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Wiercioch poursuit son rêve

par Rob Brodie / Ottawa Senators
L'espoir des Sénateurs Patrick Wiercioch est l’un des 38 espoirs qui sont réunis dans la capitale ce week-end pour tenter de représenter le Canada au Championnat mondial junior 2009 de l'IIHF (Photo par André Ringuette/Freestyle Photography/Hockey Canada).
Un jour, il aimerait s’y établir de façon permanente pour jouer au hockey.


Mais pour commencer, Patrick Wiercioch passera le temps des Fêtes à la Place Banque Scotia, l’amphithéâtre duquel les Sénateurs d’Ottawa lui ont déroulé le tapis rouge en juin dernier, lorsqu’ils ont fait de lui leur choix de deuxième ronde au Repêchage amateur de la LNH de 2008.

« Honnêtement, je ne pensais pas revenir ici aussi rapidement », a déclaré Wiercioch avec un large sourire vendredi soir, après le premier d’une série de matchs intraéquipes rouge et blanc, qui permettra à Hockey Canada de déterminer son alignement final en vue du Championnat mondial junior 2009 de l’IIHF.

Le grand défenseur de 18 ans originaire de Burnaby (C.-B.) est l’un des 38 espoirs qui sont réunis dans la capitale ce week-end pour participer au camp de sélection d’Équipe Canada en vue du CMJ, qui aura lieu du 26 décembre au 5 janvier à la Place Banque Scotia et au Centre municipal d’Ottawa. Hockey Canada annoncera lundi la composition de l’alignement final de 22 joueurs qui aura la commande de remporter une cinquième médaille d’or consécutive au mondial junior.

Si Wiercioch parvient à être du groupe, il réalisera un rêve de hockey qu’il caresse depuis qu’il a vu la Finlande rafler l’or à Helsinki au CMJ de 1998.

« Cela a marqué mon Noël », a dit Wiercioch à propos du mondial junior. « J’ai regardé toutes les éditions jusqu’à celui de Halifax (en 2005), j’ai assisté à celui de Vancouver (en 2006) et au match entre le Canada et les États-Unis la veille du jour de l’An à Vancouver.

« J’ai quelques bons amis qui y ont participé, comme Kyle Turris (des Coyotes de Phoenix, qui a gagné l’or il y a un an en République tchèque). C’est toute une sensation d’avoir ton nom aux côtés de ces gens-là. »

Remontant aussi récemment qu’à septembre, Wiercioch ne figurait même pas sur l’écran radar d’Équipe Canada pour cet événement. Mais lorsqu’Al Murray, le dépisteur en chef de Hockey Canada, a aperçu l’athlète de 6 pieds 4 pouces jouer à sa première année à l’Université de Denver il y a quelques mois, il fut impressionné par l’amélioration du jeu de Wiercioch. Il n’en fallait pas plus pour l’inviter au camp de sélection.

Wiercioch affirme que c’est grâce au camp de perfectionnement des Sénateurs, auquel il a pris part au début juillet qu’il l’a amené à l’opportunité dont il jouit aujourd’hui.
Vêtir le chandail (rouge) de la feuille d’érable est un rêve dont je caresse véritablement depuis ma tendre enfance, mais je ne pensais jamais que cela pourrait survenir aussi tôt. Particulièrement à ma première année dans les rangs universitaires, c’est difficile de ressortir du lot comme cela tôt en saison. Je suis très ravi d’être ici. - Patrick Wiercioch

« J’ai franchi un grand pas avec ma participation au camp de perfectionnement ici, a dit Wiercioch. Je pensais que, généralement, j’étais un athlète travaillant et déterminé autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. Une fois le camp de perfectionnement commencé, j’ai vu des gars comme (Nick) Foligno et Cody Bass, qui étaient à un pas d’atteindre la LNH, ainsi que les (Jesse) Winchester qui travaillaient très forts. Cela m’a replacé les idées en perspective.

« Tout ce que j’ai appris au camp — sur la patinoire et hors glace — au cours de mes neuf jours ici, m’a aidé tout au long de l’été afin d’obtenir le bon état d’esprit pour amorcer ma carrière universitaire. »

Malgré tout, Wiercioch n’avait pas prévu d’en arriver à ce stade-ci de sa carrière aussi rapidement.

« Vêtir le chandail (rouge) de la feuille d’érable est un rêve dont je caresse véritablement depuis ma tendre enfance, mais je ne pensais jamais que cela pourrait survenir aussi tôt, dit-il. Particulièrement à ma première année dans les rangs universitaires, c’est difficile de ressortir du lot comme cela tôt en saison. Je suis très ravi d’être ici. »

Les souvenirs du CMJ 2006 à Vancouver sont toujours frais dans sa mémoire.

« Le match Canada vs États-Unis affichait complet et il était disputé dans le vieux « Coliseum », a dit Wiercioch. J’arrive à peine à décrire ce moment. Lorsque le Canada a gagné, vous le saviez, même si vous n’avez pas regardé la partie. En marchant dans la rue, il y avait des drapeaux partout. Le retour à la maison s’est fait en 4 heures et demie. Ce fut une expérience que je n’oublierai jamais. »

Il aimerait sans doute recréer cette sensation dans la ville et l’amphithéâtre dont il souhaite revoir régulièrement au cours des prochaines années.

« J’aimerai rester ici pour les deux prochaines semaines après la fin de ce camp, affirme Wiercioch. Mon objectif est aussi de devenir un membre des Sénateurs un jour. C’est une excellente organisation et je suis très fier d’avoir été repêché par eux. »


En voir plus