Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Trois Sénateurs sous les feux de la rampe à Las Vegas

par Rob Brodie / Ottawa Senators

Pierre Dorion peut sourire assez facilement maintenant lorsqu’il se plait à raconter une histoire au sujet de la jeune vedette émergente de son équipe.

Le directeur du personnel des joueurs des Sénateurs se souvient du repêchage de 2008, qui a eu lieu à la Place Banque Scotia, lorsque le directeur général Bryan Murray a conclu une transaction pour monter de trois places et obtenir le 15e rang en première ronde.

« Lorsque je me suis tourné vers Bryan et lui ai dit : ‘’nous allons choisir Erik Karlsson’’, il m’a dit : 'combien de temps veux-tu travailler pour moi?' », a déclaré un Dorion souriant au sujet du défenseur qui, à l'époque, était un frêle athlète d’à peine 5’11’’ et 161 livres.

Alors que tout le monde dans la Ligue nationale de hockey le sait maintenant, cette sélection s'est avérée être très habile pour Murray, Dorion et les Sénateurs. Une autre preuve de cette perspicacité aura lieu ce soir, alors que Karlsson — qui, à 22 ans, vient tout juste de parapher un nouveau contrat qui lui permettra de rester à Ottawa pour les sept prochaines années —assistera à la remise des trophées de la LNH en tant que finaliste pour le trophée James-Norris, remis chaque année au meilleur défenseur de la ligue.

Karlsson, qui a été spectaculaire dans la LNH avec une saison de 78 points et 25 de plus que n'importe quel autre défenseur de la ligue, rejoindra Shea Weber, des Predators de Nashville, et Zdeno Chara, des Bruins de Boston. Et les deux autres membres des Sénateurs également en lice pour un trophée ne peuvent pas imaginer quelqu'un d’autre que le flamboyant Suédois remporter la statuette.

« On n’a pas vu un défenseur aussi habile et rapide (dans la LNH) depuis Paul Coffey avec les Oilers tout au long des années 1980 », a déclaré l'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, qui est aussi finaliste pour le trophée Jack-Adams à titre d’entraîneur de l’année. « Et je crois que ses habiletés sur patins distinguent Erik des deux autres candidats. Je pense que le total de points le distingue. Il défend peut-être son territoire d’une façon différente des deux autres gars, mais il demeure qu’il évolue néanmoins encore contre les meilleurs joueurs de l'équipe adverse soir après soir et à ce titre, il mérite le Norris. »

Il s’agit d’une impression partagée le capitaine des Sénateurs, Daniel Alfredsson. Ce dernier est l’un des finalistes pour le trophée Bill-Masterton, qui représente le mieux les qualités de persévérance, d’esprit sportif et de dévouement à son sport.

« Statistiquement, il a connu une saison incroyable, ce qui ne s’était pas vu depuis longtemps pour un défenseur, a déclaré Alfredsson. Je ne pense pas que je n'ai jamais vu quelqu'un d’aussi rapide que lui sur la glace. Pour un joueur de sa taille, il possède un équilibre incroyable et il est extrêmement fort, ce qui lui permet d'exceller comme il l'a fait.

« Ce fut une saison spectaculaire et je ne vois pas comment il ne pourrait pas gagner ce trophée. »

MacLean, de son côté, s’est empressé de donner son appui à Alfredsson, qui a rebondi après avoir été ennuyé par des maux de dos qui mettaient sa carrière en péril, alors qu’il a récolté 27 buts, son plus haut total en quatre campagnes. Mais ce n’est pas le chiffre qui a impressionné tant MacLean.

« C'est sa fierté », a déclaré l'entraîneur des Sénateurs au sujet de son capitaine. « Il veut être bon, il s'attend à ce qu’il performe à la hauteur et son éthique de travail a été exemplaire. Il a un désir ardent de gagner et de jouer, et c'est ce qu’il faut avoir pour durer aussi longtemps dans cette ligue. »

Alors que MacLean préfère partager — ou même décliner — tout crédit pour le succès des Sénateurs en 2011-2012, Karlsson et Alfredsson s’empressent à affirmer que rien de tout cela n'aurait été possible sans le chef d’orchestre derrière le banc.

« Paul s’est amené et il a été formidable pour toute l'équipe, a déclaré Karlsson. Il a vraiment réussi à rassembler tout le monde et ce fut une année de plaisir pour tous au sein de l’équipe. Nous avons atteint les séries éliminatoires et c'est ce que nous voulions. Sa façon de voir le hockey et sa façon d’être, il s’entend à merveille avec tout le monde au sein de l'organisation et je suis très heureux de l'avoir parmi nous. »

Alfredsson a ajouté : « Paul a fait un travail incroyable. J’ignore s’il sait à quel point son travail fut significatif, parce qu'il ne savait pas ce qui s'est passé ici auparavant et à quel point nous avons des difficultés. Il a fait un très bon travail en amenant tout le monde sur la même longueur d’onde et en faisant en sorte que tous les joueurs se sentent bien au sein du groupe. Il ne s’agissait pas d’une affaire de quatre ou cinq joueurs qui transportaient le train chaque soir. Il fait en sorte que nous avons pu obtenir l’apport de tout le monde. »

De son côté, MacLean a déclaré que le fait que les Sénateurs comptent trois nominations pour le gala de la remise des trophées 2012 en dit long sur le genre de saison que l'équipe a connue dans son ensemble.

« Nous avons trois personnes en nomination pour des prix individuels dans la Ligue nationale de hockey, a-t-il dit. Cela signifie que votre équipe a bien joué cette année et avec constance. Il s’agit d’un témoignage du travail acharné de notre personnel d'entraîneurs, de soigneurs, des préposés à l’équipement et de nos joueurs.

« L'équipe a connu beaucoup de succès et elle a été constante dans l'ensemble cette année. Et nous sommes tous fiers d'être ici. »

En voir plus