Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les Sénateurs et Heatley peuvent encore bien s'entendre

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le DG des Sénateurs Bryan Murray croit que l’attaquant Dany Heatley peut encore jouer un grand rôle dans l’avenir de l’organisation si sa demande d’échange n’est pas réalisée (Photo par Andre Ringuette/NHLI via Getty Images).
Bryan Murray n’a pas complètement abandonné tout espoir dans sa tentative de satisfaire la demande d’échange de Dany Heatley.


Mais le directeur général des Sénateurs d’Ottawa croit que le moment approche rapidement quand les deux camps devront envisager la possibilité grandissante qu’ils devront trouver une manière de travailler ensemble de nouveau.

C’est quelque chose qui pourrait très bien se produire, a-t-il ajouté. Heatley a confirmé, plus tôt aujourd’hui, que s’il est toujours un Sénateur d’Ottawa le 12 septembre, il sera à la Place Banque Scotia pour la première journée du camp d’entraînement.

«Nous voulons qu’il vienne au camp si nous ne l’avons pas échangé, a dit Murray aux journalistes au cours d’un appel conférence, vendredi après-midi. Si nous en arrivons là, ce sera une question de passer du temps ensemble et de voir si nous pouvons trouver une solution (au différent).

«À ce moment-ci de l’année, je continuerai de présenter des offres, mais si un échange ne se produit pas, nous devrons travailler ensemble pour que cela fonctionne et en espérant que les joueurs, les partisans et les journalistes l’acceptent comme un bon joueur en règle avec l’équipe.»

Murray a admis «qu’il doit y avoir des explications avec les joueurs. Je pense qu’ils doivent savoir comment il revient, dans quel état d’esprit il est.»

Cela étant dit, Heatley a indiqué, plus tôt aujourd’hui, que sa demande d’échange est toujours valide. Et Murray continue de passer une bonne partie de ses journées à essayer de trouver le bon partenaire pour que cela se produise.

«À deux semaines du camp, nous sommes au neutre, dit-il. Je pense que j’ai passé de deux à quatre heures par jour d’une manière ou d’une autre à parler de ce problème. Nous continuons de parler. J’ai parlé plusieurs fois, hier, à des directeurs généraux. Je pense qu’il y a une possibilité. Il ne faut qu’environ une heure pour effectuer un échange si nous pouvons trouver les bons éléments.

«Les équipes avec qui je parle sont assez intéressées. C’est une question de vouloir aller de l’avant et de donner une valeur juste qui permet à Ottawa de dire ‘au moins nous avons une équipe compétitive et nous avons dû poser un geste que nous ne voulions pas vraiment, mais qui malgré tout nous aide encore’. En ce qui concerne le temps, nous pouvons encore le faire, mais nous devons simplement inciter quelques équipes à nous répondre assez rapidement.»

Étant donné que le gros contrat d’Heatley a une durée d’encore cinq ans, la tâche est loin d’être facile.

«C’est le plus gros problème. C’est un joueur très bien payé avec un contrat de longue durée, a dit Murray. Pour qu’une équipe fasse son acquisition, elle doit en avoir les moyens (sous le plafond salarial), pour commencer. Et la liste (des équipes) que j’ai  qu’ils ont approuvées impose une limite jusqu’à un certain point. Ce sont des équipes qui sont parmi les meilleures dans la ligue et qui sont déjà remplies de joueurs avec de gros salaires et qui, pour pouvoir l’obtenir, doivent faire d’autres gestes.

«C’est le dilemme dans lequel nous sommes. Vous devez trouver une équipe qui a besoin d’un bon joueur, qui est prête à payer le prix pour lui et qui a aussi de la place sous le plafond salarial.»

Uniquement les Oilers d’Edmonton, qui ont proposé d’envoyer les attaquants Dustin Penner et Andrew Cogliano et le défenseur Ladislav Smid aux Sénateurs pour Heatley, le 30 juin dernier, ont trouvé la bonne combinaison pour satisfaire Murray. Mais Heatley a refusé de laisser tomber sa clause de non-échange pour approuver l’entente et il a dit, plus tôt aujourd’hui, qu’il veut voir «plus d’options.»

Toutefois, Murray a dit que la liste des équipes convenables encore intéressées à acquérir les services d’Heatley est maintenant réduite à uniquement deux équipes qu’il considère «très, très sérieuses».

«Croyez-moi, s’il y avait eu un échange adéquat qui aurait rendu Dany heureux et qui aurait rendu les Sénateurs d’Ottawa heureux, J’y aurais travailler très fort, a ajouté Murray. Je pense que le camp d’Heatley croyait que je leur aurais présenter un groupe de quatre équipes qui auraient donné à Ottawa ce qu’elle voulait pour lui et parmi lesquelles il aurait pu choisir où il voulait aller. Cela n’a pas du tout été le cas. Il y a encore quelques équipes avec qui je parle, mais leurs offres sont loin d’être ce dont j’ai besoin pour protéger cette franchise.

«J’ai parlé à beaucoup d’équipes, mais il n’y avait plus que quelques équipes la semaine dernière. Il n’y aura pas trois ou quatre équipes, ni même deux équipes. Je pense que si je peux trouver un autre échange qui ressemble à ce qu’Edmonton proposait …  si je peux trouver un autre échange qui soit quelque peu réaliste pour notre équipe et que je peux le leur proposer, alors ce sera probablement la limite.»

Qu’est ce qui rendrait Murray le plus heureux? Trouver une manière de garder son marqueur de deux fois 50 buts dans la formation des Sénateurs. Le directeur général d’Ottawa a répété encore une fois aujourd’hui qu’il sera pratiquement impossible de trouver une valeur égale pour Heatley dans un échange.

«Il (Heatley) pourrait revenir et jouer très bien pour nous, a dit Murray. Je pense qu’il y a des explications qui doivent être faites et que nous devons garder l’esprit ouvert. Mais je dois penser présentement que nous sommes suffisamment intelligents pour que cela se produise.

«J’aimerais voir Dany Heatley, s’il revient avec notre équipe, trouver une solution à ce problème avec ses coéquipiers et le personnel et ensuite jouer aussi bien qu’il le peut. Ensuite nous nous occuperons de ce que nous devons nous occuper. Que j’aime cela ou non, j’aimerais simplement qu’il joue bien et qu’il aide cette équipe de hockey à retourner là où elle doit être.»

En voir plus