Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

L’embauche de MacLean a changé le jeu pour les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Paul MacLean a attendu près d’une décennie avant de décrocher son premier poste d’entraîneur-chef dans la LNH et il a déjà du succès derrière le banc avec les Sénateurs  (André Ringuette/NHLI via Getty Images).

Il y a 12 mois, il parlait avec enthousiasme d’avoir enfin la chance d’être entraîneur-chef dans la Ligue nationale de hockey.

Un an plus tard, on peut certainement dire ceci — le 14 juin 2011 a effectivement été une date de changement dans le jeu, non seulement dans la vie de hockey de Paul MacLean, mais aussi dans le sort des Sénateurs d’Ottawa. C’est une organisation qui peut parler aujourd’hui d’un avenir beaucoup plus brillant que lors du jour quand le directeur général Bryan Murray a présenté MacLean en tant que 10e entraîneur-chef de la franchise moderne.

Cet après-midi-là, à la Place Banque Scotia, la première question des médias à laquelle MacLean a répondu concernait une certaine curiosité qui est rapidement devenue une de ses marques de commerce — sa moustache en broussaille. Mais avant la fin de la saison, parler de la moustache est tombé loin derrière le travail d’entraîneur que MacLean a effectué pour transformer les Sénateurs à partir d’une équipe parmi les autres en pré-saison, selon beaucoup de monde, en une formation qui a poussé les champions de l’Association de l’Est, les Rangers de New York, à la limite dans la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

«Inutile de dire que Paul a été le catalyseur de ce qui s’est produit ici, a dit Murray en évaluant la transformation massive des Sénateurs (un saut de 18 points par rapport à 2010-11). Il a apporté du professionnalisme avec son personnel. Il a permis aux joueurs — plusieurs joueurs vétérans, en particulier — d’atteindre ce dont ils sont capables. Il les a inclut, il leur a donné un sens de propriété de l’équipe … son plan de match, soir après soir, a donné aux gars une chance (de gagner).»

L’après-saison était supposée n’être qu’un rêve, ou à peu près, pour ce groupe, selon les «experts». Mais avec MacLean qui montrait le chemin, les Sénateurs se sont rapidement développés en candidats, peut-être même encore plus rapidement que certains de ses patrons s’y attendaient. Ses efforts ont certainement été remarqués dans la Ligue alors que l’homme d’Antigonish, en N.-É., a été choisi un des finalistes pour le trophée Jack Adams présenté chaque année à l’entraîneur par excellence dans la LNH.

C’est une nomination qui serait sans aucun doute soutenue dans tous les coins du vestiaire des Sénateurs.

«Il a joué le jeu, a dit le centre Jason Spezza au sujet de MacLean, une ancienne vedette avec les Jets de Winnipeg originaux dans les années 1980. Il connaît les hauts et les bas qui viennent avec et il sait que nous pouvons être frustrés par moments et nous savons qu’il peut être frustré. Cela résonne comme un cliché, mais nous étions tous sur la même page ensemble pendant toute l’année et je pense que c’est ce qui a fait notre succès.»

Murray a dit: «La chose avec Paul est qu’il communique. C’est un gars qui comprend ce que c’est qu’être un joueur dans la Ligue et il écoute, interagit avec eux, il leur fait confiance … et ils lui font confiance. Il a du plaisir avec le jeu parce que c’est un jeu et le résultat final est une très bonne harmonie dans l’équipe.»

Depuis le jour quand MacLean, âgé de 54 ans, a été embauché, il a parlé qu’il voulait que son équipe «s’améliore un peu chaque jour». Cela et bâtir une base pour le succès à long terme ont été sa religion pendant toute sa première saison au poste et on peut dire maintenant qu’il a eu du succès sur les deux points.

«Je suis vraiment fier du fait que j’ai pu être entraîneur dans la Ligue nationale de hockey et que j’ai pu être entraîneur des Sénateurs d’Ottawa et que j’ai eu cette occasion, a dit MacLean. Je suppose que je me suis donné de la crédibilité et que je peux dire que je peux le faire. Maintenant, la portion difficile est de le refaire … Mais je vais de l’avant et je suis excité par septembre et de revenir ici pour le camp d’entraînement et de recommencer.»

Le tour de MacLean a été long à venir, effectivement. Il a passé huit saisons à diriger des équipes dans les ligues mineures avant de se joindre au personnel de Mike Babcock comme entraîneur adjoint dans la LNH à Anaheim et à Détroit — une autre période de huit ans qui a inclus une conquête de la Coupe Stanley avec les Red Wings en 2008.

En cours de route, MacLean s’est beaucoup fié à une qualité qui continue de bien le servir à Ottawa — même s’il vous dira qu’il lui a fallu quelques années pour l’acquérir.

«Quand j’étais enfant, je n’étais pas très patient, a dit MacLean, qui a été finaliste pour le poste avec les Blue Jackets de Columbus un an avant de se joindre aux Sénateurs. Mon père m’a toujours dit : ‘tu dois être patient, tu dois être patient.’ Finalement, un jour, j’ai appris ce qu’était la patience et à quel point elle peut vous être utile.

«J’ai essayé d’être patient pour obtenir ce poste dans la Ligue nationale de hockey et, maintenant je suis là, je ne serai pas très pressé de le quitter.»

En voir plus