Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Emery travaille en vue d'un retour

par Rob Brodie / Ottawa Senators
John Paddock avait clairement indiqué que le résultat importait peu.


L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa souhaitait surtout que Ray Emery connaisse plutôt une soirée très occupée dans l’uniforme des Senators de Binghamton, vendredi.

« Je souhaite qu’il reçoive une quarantaine de lancers, a déclaré Paddock, vendredi matin, alors qu’il expliquait les réels motifs du séjour de conditionnement d’Emery avec la filiale des Sénateurs dans la Ligue américaine. « Qu’il accorde deux ou cinq buts, cela n’a pas d’importance, j’espère seulement qu’il aura beaucoup de travail. »

Mission accomplie, en quelque sorte.

Le Crunch de Syracuse a bombardé Emery de 38 lancers vendredi soir, au Broome County Veterans Memorial Arena à Binghamton, N.Y. Le gardien numéro un des Sénateurs, qui se remet toujours d’une intervention chirurgicale à un poignet, en a repoussé 34 dans un revers des B-Sens, par la marque de 4-1, face au Crunch.

« Je me sentais bien, de dire Emery. Je me sentais comme ça après le premier match hors-concours de l’année. J’essaie seulement de reprendre le dessus. Je suis content d’avoir effectué cette sortie. 

« Ma main (gauche) a bien réagi. Je suis parvenu à la tester. Je veux gagner même si j’ai connu un bon départ. Par contre, le résultat fut décevant pour l’équipe. »

Emery affirme que son poignet gauche n’est pas encore rétabli à 100 pour cent mais il peut maintenant reprendre le jeu.

Et c’est ce qui compte le plus en ce moment. Paddock a indiqué vendredi matin que le plus gros obstacle que doit surmonter Emery est de retrouver ses réflexes en situation de jeu. Il n’a disputé que deux périodes de jeu en matchs hors-concours et affronté neuf tirs seulement.

C’est pourquoi Emery a demandé à être cédé à Binghamton, pour se dérouiller. Il doit être devant le filet aussi ce soir contre les Bears de Hershey.

« C’est comme un petit cours accéléré avant de revenir (à Ottawa), a dit Emery. Je savais que je n’étais pas au sommet de mon art et il est important pour moi d’être dans la meilleure forme possible avant d’effectuer un retour. J’ai demandé à ces joueurs s’ils devaient jouer en début de semaine, et ils m’ont répondu que non. Lorsque j’ai su qu’ils avaient deux rencontres ce week-end, j’ai décidé d’aller les rejoindre. »

Alors qu’il attrapait des rondelles lors des entraînements pendant trois ou quatre jours, Emery savait que ce ne serait pas la même chose en situation de jeu.

« Ma main se débrouillait assez bien (vendredi soir), dit-il. Mais il faut que je continue à travailler, je n’ai pas eu la chance de m’entraîner beaucoup donc c’est pour cela que je suis ici à Binghamton. »

Emery croit que ce séjour de deux matchs à Binghamton lui sera bénéfique et lui permettra de s’attaquer à la besogne avec le grand club, la semaine prochaine.

« J’ai confiance que je peux reprendre le collier, a-t-il déclaré. Je veux revenir (à Ottawa), donc je serai devant le filet ici (ce soir). Les Sénateurs joueront leur prochain match jeudi, et je devrais être prêt à ce moment-là. »

Entre-temps, Martin Gerber en sera à son sixième départ de la saison pour les Sénateurs ce soir, contre les Rangers à New York (19 h, non télévisé, Team 1200). Jusqu’à présent, il présente un dossier de 4-1-0, une moyenne de buts alloués de 2,19 et un pourcentage d’arrêts de .934.
En voir plus