Skip to main content

Weber se réapproprie son titre du Tir le plus puissant

Après une absence de deux ans, le défenseur des Canadiens remporte l'épreuve pour la quatrième fois

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste LNH.com

ST. LOUIS - Shea Weber savait qu'il était l'homme à battre dans le concours du tir le plus puissant au Match des étoiles et le vétéran défenseur des Canadiens de Montréal a été à la hauteur en survolant la compétition au Enterprise Center, vendredi.

Dernier des six concurrents à s'élancer, Weber a décoché les deux plus retentissantes frappes, qui ont atteint 105,9 et 106,5 milles (171,4 km/h), respectivement.

« Avant même la compétition, je pouvais ressentir la pression, a-t-il admis. Les attentes étaient élevées à mon endroit. Je voulais obtenir un bon résultat. J'étais un peu nerveux. Je regardais les autres joueurs s'élancer et la marque ne cessait d'augmenter. »

Le défenseur John Carlson des Capitals de Washington avait atteint 104,9 milles à l'heure sur le radar (168,2 km/h). Carlson a remporté l'épreuve l'année dernière, avec un tir de 102,8 milles à l'heure.

Pour Weber, c'était un quatrième titre au Match des étoiles, à sa septième participation à l'événement. Il a remporté le défi en 2017 avec un tir de 102,8 milles à l'heure (165,4 km/h), en 2016 avec un tir de 108,1 milles à l'heure (174,0 km/h), et en 2015 avec un tir de 108,5 milles à l'heure (174,6 km/h).

Video: Résumé : Tir le plus puissant Enterprise

Le maître incontesté de l'épreuve avec sept titres en carrière, l'ancien défenseur des Blues de St. Louis Al MacInnis, a montré qu'il est encore capable de tirer fort pour un quinquagénaire de 56 ans.

« C'était génial de le voir sur la glace. C'était un des défenseurs que je regardais attentivement jouer quand j'étais jeune. Rob Blake en a été un autre, mais j'ai eu la chance de jouer contre lui. J'ai eu la chance de lui glisser quelques mots avant la compétition. Il a réussi un bon tir avec son bâton en bois, je voulais lui emprunter. »

Weber a dit l'avoir emporté avec un bâton non modifié. Il arrive parfois que les puissants tireurs se fassent fabriquer des bâtons pouvant propulser la rondelle à des vitesses vertigineuses uniquement pour le concours du Match des étoiles.

« Vous pouvez venir vérifier mes bâtons. Ce sont les mêmes que j'utilise pour les matchs », a assuré le capitaine du Tricolore.

« Peut-être que dans quelques semaines, pour le concours d'habiletés de l'équipe au Centre Bell (le 9 février), je ferai l'essai d'un bâton modifié », a-t-il lancé en terminant.

Ann-Renée impressionnée

La gardienne de but québécoise Ann-Renée Desbiens, qui a suivi le concours au niveau de la patinoire en compagnie de ses coéquipières canadiennes, a été subjuguée par la vélocité des tirs.

« On dit des gardiens de but qu'ils sont des êtres spéciaux. En voyant l'épreuve des tirs, je me disais justement qu'il fallait effectivement être spécial pour se mettre devant des lancers semblables, a commenté Desbiens. Je ne sais pas qui a eu la brillante idée d'essayer ça. Apparemment, c'est nous. Cela dit, je dirais que suis quand même normale pour une gardienne… »

Résultats de l'épreuve

Shea Weber, Canadiens de Montréal - 106,5 milles à l'heure (171,4 km/h)
John Carlson, Capitals de Washington - 104,5 (168,2 km/h)
Elias Pettersson, Canucks de Vancouver - 102,4 (164,8 km/h)
Victor Hedman, Lightning de Tampa Bay - 102,1 (164,3 km/h)
Mark Giordano, Flames de Calgary - 102,1 (164,3 km/h)
Seth Jones, Blue Jackets de Columbus - 98,8 (159,0 km/h)

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.