Skip to main content

Un groupe de joueurs des Sharks espèrent jouer ensemble aux JO de Vancouver

LNH.com @NHL

SAN JOSE, Californie - Les parents de Joe Thornton ont figuré que leur fils avait des bonnes chances de faire Equipe Canada depuis qu'ils ont obtenu l'approbation de Don Cherry.

L'animateur de "Coach's Corner" a affirmé le mois dernier que le premier trio en entier des Sharks, composé de Thornton, Dany Heatley et Patrick Marleau, devrait recevoir une invitation pour Vancouver en raison de leur solide jeu et de leur aisance à jouer ensemble. Personne n'était plus heureux d'entendre cela que le principal intéressé.

"Je lui ai levé mon pouce en disant: 'C'est ça Don', a dit Thornton jeudi, lorsqu'on lui a demandé quelle avait été sa réaction à la suite des commentaires de Cherry. C'est amusant d'entendre Don dire cela parce que ce serait vraiment bien de retrouver notre trio. Mes parents ne connaissent rien au hockey et ils m'ont appelé pour me dire: 'Don Cherry l'a dit, alors ça doit sûrement être vrai'. Mais nous devons attendre pour voir."

Lorsque Steve Yzerman annoncera sa sélection finale le 30 décembre, les Sharks pourraient être l'organisation la mieux représentée. En plus des trois attaquants, Dan Boyle pourrait également recevoir un appel.

Avant les matchs de jeudi, Thornton était au sommet des pointeurs de la ligue et Heatley et Marleau figuraient tous les deux dans le top-15. Ils ont aussi passé beaucoup de temps ensemble, même si l'entraîneur Todd McLellan les a récemment séparés.

Avec seulement un entraînement avant le premier match contre la Norvège le 16 février, Equipe Canada pourrait utiliser quelques joueurs qui ont déjà développé une chimie.

"Je pense que dans un tournoi d'une courte durée comme celui-là, ça aide d'avoir des joueurs qui sont habitués de jouer ensemble, a admis Thornton, qui faisait partie de l'équipe olympique en 2006. Dany, Patty et moi avons joué ensemble durant huit ou neuf matchs d'affilée. Je ne suis pas objectif, mais je pense que ça pourrait aider."

Thornton et Heatley semblent être un parfait mariage sur la glace, soit un duo composé d'un des meilleurs fabricant de jeu et d'un des meilleurs francs-tireurs de la ligue. Marleau, lui, est polyvalent, d'une rapidité à couper le souffle et il peut remplir une variété de rôles.

Thornton est le seul à avoir avoué qu'il pensait souvent à la formation olympique et qu'il s'était déjà demandé après quelques bons matchs si les dirigeants de l'équipe canadienne l'avaient regardé jouer. Heatley et Marleau ont quant à eux affirmé qu'ils ne s'étaient concentrés que sur les Sharks. Boyle, lui, indique qu'il ne s'agit pas d'une distraction parce qu'il est passé par là en 2006, faisant partie des réservistes.

McLellan ne croit pas que ce soit vrai. "Probablement que dans le fin fond de leurs pensées, c'est là, a-t-il dit. Ils font ce qu'ils peuvent, d'une part pour aider l'équipe, et d'autre part pour se qualifier pour le tournoi. Ce serait un fait saillant dans leur carrière de participer à un tel événement."

Les Sharks pourraient voir jusqu'à huit de leurs joueurs à Vancouver - quatre Canadiens, l'attaquant Joe Pavelski (Etats-Unis), le défenseur Douglas Murray (Suède) et les gardiens Evgeni Nabokov (Russie) et Thomas Greiss (Allemagne).

Les Canadiens sont évidemment nerveux en attendant le 30 décembre. L'occasion de participer aux Jeux à domicile est très attrayante.

"Ce serait le plus grand honneur et le plus haut niveau auquel on peut jouer, a dit Marleau. Pourquoi voudrais-je y jouer? Je pourrais représenter mon pays. La liste des raisons est longue. Jouer en sol canadien, devant nos partisans et nos familles, il n'y a rien qui se compare à cela."

Heatly était beaucoup plus concis lorsqu'on lui a demandé pourquoi il voulait faire partie d'Equipe Canada.

"Pour remporter la médaille d'or, c'est ce qui compte. Les joueurs auront différents rôles à jouer, tout ce que ça prendra pour remporter l'or."

En voir plus