Skip to main content

Tkachuk fait de la compétition à Pettersson pour le Calder

L'attaquant des Sénateurs pourrait surpasser le joueur de centre des Canucks malgré une utilisation différente

par Rob Reese / Journaliste NHL.com

« Derrière les chiffres » est une chronique qui se penche hebdomadairement sur les tendances des joueurs et des équipes, en mettant l'accent sur les statistiques avancées. Cette semaine, nous jetons un œil aux deux favoris pour remporter le trophée Calder, remis à la recrue de l'année dans la LNH.

L'attaquant des Sénateurs d'Ottawa Brady Tkachuk est tranquillement en train de démontrer qu'il pourrait surpasser le joueur de centre des Canucks de Vancouver Elias Pettersson comme favori dans la course au trophée Calder.

Pettersson a pris une longueur d'avance en obtenant 17 points (10 buts, sept passes) à ses 11 premiers matchs. Mais depuis le 10 novembre, Pettersson est revenu sur Terre et Tkachuk a gagné du terrain, une tendance renforcée par les chiffres lorsqu'on les regarde plus en profondeur.

Tkachuk mène toutes les recrues de la LNH avec six points (trois buts, trois aides) en cinq parties depuis le 20 novembre et il totalise 16 points (neuf filets, sept mentions d'aide) en 15 rencontres cette saison. Il a raté 11 matchs en raison d'une blessure au bas du corps. Pettersson a amassé un but et une passe à ses quatre plus récentes sorties et il cumule 21 points (13 buts, huit aides) en 21 matchs. Il a manqué six parties à cause d'une blessure au haut du corps.

À LIRE AUSSI : Poolers: Pacioretty a démarré la machine à Vegas | Poolers: Le top-100 des attaquants de la LNH

Tkachuk présente des chiffres de possession (pourcentage de tirs tentés de 54,21) semblables à ceux de Pettersson (54,40), même s'il entame ses présences en zone offensive à 5-contre-5 dans une proportion de 47,5 pour cent du temps. Pettersson, de son côté, commence en zone offensive à 5-contre-5 dans une proportion de 66,67 pour cent du temps, ce qui suggère que Tkachuk joue un style de jeu plus complet sur 200 pieds en raison de l'ajout de responsabilités défensives.

Video: OTT@PHI : Tkachuk réduit l'écart en 3e période

Afin de démontrer encore plus la différence dans leur style de jeu respectif, Tkachuk a distribué 32 mises en échec en 15 rencontres, une moyenne de 2,13 par match. Parmi les recrues qui ont joué au moins 14 parties, Samuel Blais (3,6), des Blues de St. Louis, et Austin Wagner (2,4), des Kings de Los Angeles, sont les seuls attaquants avec plus de mises en échec par rencontre. Pettersson a 12 mises en échec (0,5), au 23e rang parmi les recrues qui répondent aux critères énumérés précédemment.

Les attaquants Alex Ovechkin (2,1), des Capitals de Washington, et Gabriel Landeskog (2,7), de l'Avalanche du Colorado, sont les deux seuls gagnants du trophée Calder depuis 2006 à avoir distribué en moyenne au moins deux mises en échec par match.

Pour prédire quel joueur a le plus de chances de maintenir son rythme de production offensive, tournons-nous vers le pourcentage de réussite aux tirs. Tkachuk marque sur 19,1 pour cent de ses lancers, alors que Pettersson touche la cible sur 27,7 pour cent de ses tirs.

L'histoire démontre que les deux joueurs ne devraient pas finir au-dessus du sommet de 23,4 pour cent dans la LNH, atteint par le centre de l'Avalanche Alexander Kerfoot et le centre des Golden Knights de Vegas William Karlsson la saison dernière, le plus haut pourcentage depuis 2011-12.

L'attaquant des Rangers de New York Petr Prucha (23,1 en 2005-06), le centre des Penguins de Pittsburgh Jordan Staal (22,1 en 2006-07), l'attaquant des Stars de Dallas Fabian Brunnstrom (21,0 en 2008-09), l'attaquant des Blue Jackets de Columbus Sonny Milano (20,3 la saison dernière) et l'attaquant des Sénateurs d'Ottawa Patrick Eaves (20,0 en 2005-06) sont les seules recrues depuis 2005-06 à avoir joué plus de 50 parties et à avoir présenté un pourcentage de réussite aux tirs d'au moins 20 pour cent.

Tkachuk décoche en moyenne 3,13 tirs par rencontre, le plus haut total chez les recrues, comparativement à 2,13 pour Pettersson, qui vient au quatrième rang.

Video: OTT@DAL : Tkachuk donne l'avance aux siens en A.N.

Il importe de noter que Pettersson passe plus de temps sur la glace par match (18:15, premier chez les attaquants recrues) que Tkachuk (15:17, troisième), mais s'il continue de produire, Tkachuk pourrait réduire cet écart. Même avec moins de temps de glace, Tkachuk pourrait profiter du fait que les Sénateurs sont la cinquième équipe à marquer le plus de buts par parties (3,54) comparativement aux Canucks, qui se classent au 21e rang avec 2,86 filets par rencontre.

À ce rythme, Tkachuk est en route pour une saison de 80 points (45 buts, 35 passes) en 71 matchs, et Pettersson est en voie d'obtenir 76 points (47 filets, 29 mentions d'aide) en 76 parties. Si les deux demeurent en santé, Tkachuk pourrait surpasser la production de Pettersson malgré une utilisation différente.

Peu importe leur total de points, les deux pourraient être en excellente compagnie, avec le centre des Islanders de New York Mathew Barzal (85 points, 2017-18), le centre des Penguins Evgeni Malkin (85, 2006-07), Ovechkin (106, 2005-06) et l'attaquant des Jets de Winnipeg Teemu Selanne (132, 1992-93), en remportant le trophée Calder avec plus de 80 points, si l'on remonte jusqu'à la saison 1990-91.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.