Skip to main content

Sharks : Wilson se souvient de la gentillesse de Howe

L'icône du hockey s'était souciée de l'état de santé du DG des Sharks alors qu'il était un défenseur recrue

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

SAN JOSE - L'esprit du directeur général des Sharks de San Jose Doug Wilson est encore bien dirigé vers le match no 6 de la Finale de la Coupe Stanley contre les Penguins de Pittsburgh dimanche au SAP Center (20 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC). Cependant, le décès de Gordie Howe vendredi à l'âge de 88 ans a poussé Wilson à se rappeler la gentillesse que « M. Hockey » avait témoignée envers lui lorsqu'il jouait.

Howe avait 51 ans et était de retour dans la LNH pour une dernière saison avec les Whalers de Hartford en 1979-80. Wilson était un jeune défenseur avec les Blackhawks de Chicago, a rencontré la légende pour la première fois dans des circonstances douloureuses.

« On m'a fait tomber contre le poteau, et à l'époque, les filets étaient fixés dans la glace par de longues tiges, a raconté Wilson samedi. Je me suis fait très mal au genou, et on m'a transporté à l'extérieur de la patinoire. Je me trouvais dans notre infirmerie quand, après la première période, M. Howe entre dans la pièce. Il a dû faire tout le tour de la patinoire avec son équipement afin de venir s'assurer que j'allais bien. Il était le gars le plus dur en plus d'avoir probablement été le plus grand joueur de l'histoire, et il a pris le temps de voir si j'allais bien. Je m'en suis toujours souvenu. »

Howe avait la réputation de jouer de manière robuste, alors Wilson n'était pas certain de ses intentions lorsqu'il est entré dans la pièce.

« Je croyais qu'il venait me frapper, a blagué Wilson. Mais j'étais simplement en admiration. Notre soigneur était là, et il m'a juste demandé : "Est-ce que tu vas être OK? J'espère que tout va bien". Et il a ajouté : "Tu vas connaître une grande carrière". Je n'étais qu'un jeune, et le simple fait qu'il pense à faire cela, et qu'il le fasse réellement, cela vous dit tout ce qu'il y a à savoir à propos de cet homme. »

Il arrivait à Howe de tester physiquement ses jeunes adversaires pour voir comment ils allaient répondre. Wilson a admis qu'il ne savait pas si Howe avait contribué à sa chute contre le poteau, mais « que même si c'était le cas, c'était un accident. »

« Il était l'un de ces gars qui, s'il tentait de vous frapper, vous frappait très fort, a rappelé Wilson. Mais le fait qu'il ait pris le temps de faire le tour de l'aréna pour venir me voir, encore aujourd'hui, je ne peux y croire. C'est ce qui rend notre sport si fantastique, de voir des gens faire preuve de compassion. Jouer dur et avec intensité, mais se soucier des autres. »

Wilson, âgé de 58 ans, a compris ce jour-là ce que tant d'autres avant lui avaient dit pendant des années à propos de Howe.

« L'une des raisons qui fait que notre sport est si merveilleux, c'est grâce à des joueurs comme Gordie Howe, Jean Beliveau, Stan Mikita, Bobby Orr et Wayne Gretzky, a-t-il mentionné. Au-delà de leurs exploits sur la glace, ils étaient simplement des personnes fantastiques qui réalisaient à quel point les gens et la famille étaient importants. »

Wilson a joué au golf avec Howe des années plus tard, et il l'a remercié pour l'intérêt qu'il avait démontré ce jour-là.

« Je lui ai dit à quel point cela avait été important pour moi, a indiqué Wilson. Certaines choses dans votre carrière, surtout à des moments précis, où vous êtes [jeune] et que vous pensez que vous êtes sérieusement blessé, et qu'il ait pris le temps de faire ce qu'il a fait, cela montre qu'il était incroyable. »

Wilson a noté que cela faisait « probablement sept ou huit ans » qu'il avait parlé à Howe. Il rencontre souvent son fils, Mark Howe, qui est dépisteur pour les Red Wings, et qu'il lui a déjà raconté l'histoire de sa première rencontre avec son père.

« Lorsque j'ai joué contre lui, il avait (51 ans) et il nous terrifiait toujours autant, a souligné Wilson. Mais les gars qui ont joué contre lui à son apogée disent qu'il était simplement incroyable. Vous ne pouvez tous les comparer, mais vous pouvez affirmer qu'il est le meilleur attaquant de tous les temps. Dans mon esprit, Bobby Orr a été le meilleur défenseur. [Gretzky] fait également partie de la conversation. Il ne s'agit ici que de ses qualités en tant qu'être humain. »

 

En voir plus