Skip to main content

Séries éliminatoires : Les éléments à retenir des matchs du 13 avril

Les gros canons doivent imiter Aho en Caroline; Nashville et Boston fidèles à leur identité

par LNH.com @LNH_FR

Tout au long des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, LNH.com va effectuer un retour sur les principaux éléments des matchs de la veille, que ce soit des statistiques étonnantes, des intrigues pertinentes en passant par les héros du jour. Voici ce qu'il faut retenir des matchs du 13 avril.


Les meilleurs joueurs des Hurricanes doivent imiter Aho


Les Hurricanes de la Caroline tirent peut-être de l'arrière 2-0 dans la série de première ronde de l'Association de l'Est contre les Capitals de Washington, mais ils peuvent se consoler avec un élément : leur meilleur joueur, Sebastian Aho, a trouvé le fond du filet.

Avant d'inscrire son premier but en carrière en séries éliminatoires à 16:49 de la deuxième période, Aho n'avait pas touché la cible depuis le 9 mars, une disette de 15 rencontres.

À LIRE AUSSI : Rask et les Bruins frustrent les Maple LeafsMacKinnon marque en prolongation, l'Avalanche égale la sérieLes Predators nivellent la série avec un gain en prolongationOrpik joue les héros en prolongation, les Capitals en avant 2-0

« Espérons que ce sera un point tournant », a affirmé l'entraîneur de la Caroline Rod Brind'Amour au sujet de la fin de la léthargie d'Aho. « Nous devons élever notre jeu d'un cran. »

Maintenant qu'Aho est sorti de sa torpeur, les autres gros canons des Hurricanes doivent l'imiter et contribuer offensivement. En deux rencontres jusqu'ici, Nino Niederreiter et Teuvo Teravainen n'ont toujours pas inscrit leur nom à la feuille de pointage, affichant un différentiel combiné de moins-6 et un total de huit tirs au but à deux. On peut même ajouter à ce groupe l'attaquant Micheal Ferland, qui est toujours à la recherche de son premier point après avoir obtenu 40 points (17 buts, 23 passes) en 71 rencontres cette saison.

Video: CAR@WSH, #2: Aho profite d'un bond sur Holtby

« Aho a un but, mais nos meilleurs joueurs ne s'inscrivent pas à la feuille de pointage. Les joueurs vedettes des Capitals le font, eux, a noté Brind'Amour. J'ai bon espoir que le vent peut tourner si nos joueurs se mettent en marche comme ils l'ont fait toute la saison. Ça nous donnera une meilleure chance de l'emporter, c'est certain. »

C'est ce qui fait la différence dans la série jusqu'à maintenant. Les Hurricanes sont dans le coup lors de chaque match, mais les meilleurs joueurs de Washington donnent l'avantage à leur équipe. Nicklas Backstrom, Alex Ovechkin, John Carlson et Evgeny Kuznetsov ont tous déjà au moins trois points au compteur. Samedi, c'est Kuznetsov qui a mis la table pour le but gagnant de Brooks Orpik en prolongation.

« Ce n'est pas comme si nous jouons mal, mais à ce stade de la saison, il faut élever notre jeu d'un cran et mieux jouer, a admis Aho. "Satisfaisant" n'est pas satisfaisant, alors nous devons tenter de jouer de notre mieux. »


Les Predators fidèles à leur identité défensive


Afin d'égaler la série de première ronde de l'Association de l'Ouest contre les Stars de Dallas, samedi, les Predators de Nashville sont revenus à ce qui a été l'une de leurs forces en saison régulière : le jeu défensif.

Dans leur victoire de 2-1 en prolongation dans le match no 2, les Predators ont limité les Stars à seulement 23 tirs au but et ont écoulé six jeux de puissance des Stars.

Il n'y a rien de surprenant à voir les Predators utiliser une telle recette pour gagner. En saison régulière, la troupe de Peter Laviolette a été la troisième équipe à accorder le moins de buts dans la LNH (212), à égalité avec les Bruins de Boston, et la neuvième pour le plus bas total de tirs alloués par rencontre (30,0).

« La défensive gagne des championnats, et la plupart du temps, elle te permet de remporter des matchs », a affirmé le défenseur de Nashville P.K. Subban. « Nous avons assez de joueurs qui peuvent créer de l'attaque ici, mais quand nous sommes impliqués en défensive, nous sommes une équipe difficile à affronter. »

Et surtout, les Predators ont offert un effort soutenu du début à la fin, contrairement au match no 1 au cours duquel ils sont inclinés 3-2.

Video: DAL@NSH, #2: Smith marque en prolongation

« Dès le coup d'envoi, on pouvait voir que nous étions dans le match », a noté le joueur de centre des Predators Ryan Johansen. « Je nous ai trouvés plutôt constants durant toute la rencontre. Évidemment, il y a de très bons joueurs de l'autre côté, et ils ont fait de beaux jeux à certains moments, mais nous avons fait du bon travail pour bien exécuter notre plan de match. »

C'est bien d'être avare au chapitre des buts et de faire preuve de constance, mais les Predators devront toutefois être plus opportunistes en attaque. Même s'ils ont bombardé Ben Bishop de 74 tirs en deux rencontres, les Predators n'ont inscrit que quatre buts. Samedi, Bishop a été de nouveau particulièrement efficace avec 40 arrêts et Nashville a bousillé trois jeux de puissance.

Les trois attaquants les plus productifs de Nashville en saison régulière, Ryan Johansen (64 points), Filip Forsberg (50) et Viktor Arvidsson (48), n'ont toujours aucun point durant la série. Les Predators auront besoin d'une meilleure contribution de leurs deux premiers trios, car leurs joueurs de soutien ne pourront pas toujours transporter l'équipe offensivement.


Les Bruins rebondissent de belle façon


Après avoir été amorphes dans le match no 1 de la série de première ronde de l'Est face à des Maple Leafs de Toronto très dynamiques, les Bruins ont échangé les rôles avec leurs adversaires dans le match no 2 samedi.

Les Bruins sont revenus à ce qui a fait leur force toute la saison. Ils ont été robustes, intimidants et menaçants offensivement pour finalement l'emporter 4-1 et égaler la série.

« Je pense que le match no 1 a été une claque au visage, ça nous a réveillés et les gars ont répondu ce soir », a affirmé David Backes, qui a été inséré dans la formation pour apporter l'énergie et la robustesse manquante aux Bruins dans le match no 1.

Backes n'a pas failli à la tâche, amassant une mention d'aide sur le premier but de la rencontre, celui de Charlie Coyle, et distribuant sept mises en échec, un sommet chez les joueurs des deux équipes.

« Il nous manquait un petit quelque chose », a déclaré l'entraîneur des Bruins Bruce Cassidy. « Nous avons réglé le problème. Nous avions besoin qu'il apporte cet élément et que d'autres joueurs le fassent également. »

Au total, Boston a distribué 44 mises en échec, 13 de plus que dans le match no 1, en plus de diriger 41 lancers vers le filet de Frederik Andersen et de toucher la cible une fois en avantage numérique. Les membres du premier trio se sont démarqués avec un total combiné de quatre points (deux buts, deux passes). Au total, huit joueurs différents de Boston ont obtenu au moins un point. 

Video: TOR@BOS, #2: Coyle complète le jeu de Backes

« Je pense que nous avons été fidèles à notre style de jeu », a noté le défenseur Charlie McAvoy. « Nous avons joué avec émotions, mais avec une certaine réserve. Je pense que nous devons tenter d'être robustes. Je pense que c'est l'un des aspects du hockey qui fait partie de la culture de notre équipe. Je pense que nous avons été en mesure de le faire, et certains de nos joueurs aiment jouer de cette façon. »

Ç'a eu l'effet escompté sur les Maple Leafs, qui ont paru désorganisés, frustrés et qui ont été dominés dans la plupart des aspects du jeu.

« Pour être honnête avec vous, quand tu joues ici, tu espères au départ de diviser les honneurs des deux premières rencontres », a admis l'entraîneur de Toronto Mike Babcock. « Une fois que tu gagnes le premier match, tu te prépares pour gagner le second. Ça n'a pas été le cas. C'est maintenant une série de trois de cinq, donc nous devons puiser dans nos ressources. »


On a revu le Grubauer de la fin de la saison chez l'Avalanche


Si l'Avalanche du Colorado veut avoir une chance d'éliminer les champions de l'Association de l'Ouest au premier tour, ça passera nécessairement par la contribution de ses gros canons et le jeu du gardien Philipp Grubauer. Dans le match no 2, l'Avalanche a eu les deux.

Le joueur de centre Nathan MacKinnon a inscrit le but vainqueur en prolongation dans la victoire de 3-2, mais ça ne serait pas arrivé sans que Grubauer se dresse devant Michael Frolik quelques instants plus tôt. Son arrêt a permis au Colorado de rester en vie, de relancer rapidement l'attaque et de filer avec la victoire.

Video: COL@CGY, #2: MacKinnon et Grubauer coulent les Flames

Ç'a été la continuité d'un match où Grubauer a été dominant, réalisant 35 arrêts sur 37 lancers et stoppant huit tirs du dangereux premier trio des Flames. 

C'est ce Grubauer dont l'Avalanche aura besoin pour la suite de la série, celui qui a montré une fiche de 8-1-2 à ses 11 derniers matchs de la saison régulière avec une moyenne de buts alloués de 1,52, un pourcentage d'arrêts de ,954 et deux jeux blancs pour conduire le Colorado en séries éliminatoires. Grubauer avait bloqué 28 des 31 tirs dirigés vers lui dans la défaite de 4-0 de l'Avalanche dans le match no 1.

« Ç'a été un bel arrêt de Grubauer », a déclaré l'attaquant de l'Avalanche Gabriel Landeskog. « C'était un tir sur réception, et le jeu s'était amorcé derrière le filet. Grubby trouve toujours une façon. Je pense qu'il a touché la rondelle avec sa mitaine et le jeu s'est relancé en notre faveur. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.