Skip to main content

Repêchage des repêchages : Sénateurs d'Ottawa

Notre panel a créé trois formations partantes à partir des joueurs repêchés par Ottawa au cours des 20 dernières années

par LNH.com @LNH_FR

On entend souvent dire qu'une équipe de la LNH se bâtit par le repêchage. Avec ce concept en tête, les membres du LNH.com ont procédé à un petit exercice afin de mettre en relief quelles sont les équipes de la Ligue qui y sont le mieux parvenues au cours des 20 dernières années.

Trois membres de notre panel vont repêcher chacun une formation partante - trois attaquants, deux défenseurs, un gardien - parmi tous les joueurs repêchés par une équipe depuis le Repêchage 2000. Un joueur sélectionné par un membre du panel ne peut être sélectionné à nouveau par un de ses collègues.

Pour dresser le portrait des Sénateurs d'Ottawa, Nicolas Ducharme, journaliste LNH.com, Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com, et John Ciolfi, producteur senior LNH.com, se sont prêtés au jeu.

REPÊCHAGE DES REPÊCHAGES : Canadiens | Predators | Devils | Islanders | Rangers


Rondes 1 et 2

Ducharme : Jason Spezza
Deschambault : Erik Karlsson
Ciolfi : Mark Stone
Ciolfi : Thomas Chabot
Deschambault : Mika Zibanejad
Ducharme : Antoine Vermette

Ducharme : Le choix était difficile entre Spezza et Karlsson, mais il est difficile de se priver d'un joueur qui approche du cap des 1000 points dans la LNH et qui a été le visage de la concession pendant de nombreuses années. Et si Spezza savait accumuler les points, Vermette est le joueur parfait pour le compléter. Un attaquant complet, il a amassé plus de 500 points dans la LNH. Comme les Sénateurs n'ont pas repêché beaucoup d'arrières de qualité depuis 20 ans, aussi bien avoir à bord des attaquants fiables dans toutes les zones.

Deschambault : J'étais très heureux de voir Nic opter pour Spezza, et ce pour deux raisons. La première, c'est qu'il faisait le choix à ma place entre Spezza et Karlsson, et la deuxième, c'est qu'il me forçait à sélectionner le meilleur défenseur offensif de sa génération. Il s'agit d'une très bonne chose pour mon équipe, puisque les Sénateurs, s'ils ont en général très bien repêché au cours des 20 dernières saisons, ne misaient pas sur une banque très garnie de défenseurs de premier plan. Depuis l'arrivée de Karlsson dans la LNH, aucun arrière n'a récolté plus de points que le Suédois. En Zibanejad, je mets la main sur un joueur qui a montré au cours des dernières saisons qu'il était un véritable centre numéro un. Il a franchi le plateau des 40 buts et des 75 points cette saison, et ce, en seulement 57 rencontres.

Ciolfi : On dit qu'il faut bâtir une équipe par le centre, mais je ne pouvais pas ignorer l'ailier droit Stone avec mon premier choix. L'attaquant polyvalent et intelligent est régulier comme l'horloge, lui qui a obtenu au moins 20 buts, 54 points et 11 points en avantage numérique à chacune de ses six dernières saisons. À la ligne bleue, Chabot s'est déjà établi comme la deuxième meilleure option disponible dans le cadre de cet exercice. Un véritable bourreau de travail, Chabot a mené la LNH cette saison en jouant 26 minutes par match, et comme il n'est âgé que de 23 ans, le Beauceron ne va que s'améliorer.

Video: BOS@OTT : Chabot marque le premier but du match
 

Rondes 3 et 4

Ducharme : Andrej Meszaros
Deschambault : Mike Hoffman
Ciolfi : Nick Foligno
Ciolfi : Anton Volchenkov
Deschambault : Cody Ceci
Ducharme : Brady Tkachuk

Ducharme : Après Karlsson et Chabot, Meszaros est le meilleur défenseur disponible. On lui prédisait une grande carrière dès ses débuts puisqu'il avait amassé au moins 35 points lors de ses trois premières saisons avec les Sénateurs. Une récolte qu'il n'a jamais été en mesure de répliquer par la suite après avoir été échangé au Lightning de Tampa Bay en août 2008. Afin de compléter mon attaque, j'ajoute un joueur qui sera un des piliers de cette équipe dans les prochaines années en Brady Tkachuk, un gros bonhomme doté d'excellentes habiletés offensives.

Video: OTT@PIT : Tkachuk redirige le tir de Zaitsev
 

Deschambault : Aux côtés d'un centre qui a marqué plus de 40 buts cette saison, j'ajoute Hoffman, un ailier qui en a inscrit 169 au cours des six dernières années, ce qui lui confère le 16e rang de toute la LNH. Véritable terreur sur le jeu de puissance, Hoffman sera très bien alimenté par Karlsson et Zibanejad. Je complète également ma brigade défensive en sélectionnant Ceci, un arrière fiable, à défaut d'être spectaculaire. Il est très solide en infériorité numérique et peut être utilisé à toutes les sauces à forces égales.

Ciolfi : J'ai ajouté un autre attaquant intelligent en Nick Foligno. L'actuel capitaine des Blue Jackets n'est pas du genre à afficher des statistiques incroyables (à l'exception d'une saison de 31 buts et 73 points en 2014-15), mais il est très fiable en plus d'être un leader naturel. Pour compléter ma défensive, j'ai choisi Volchenkov. Le vétéran russe est un défenseur à caractère défensif qui jouait sans peur lors de ses 11 saisons dans la LNH, et il devrait former un solide duo avec Chabot.

Rondes 5 et 6

Ducharme : Tim Gleason
Deschambault : Brian Elliott
Ciolfi : Jean-Gabriel Pageau
Ciolfi : Robin Lehner
Deschambault : Jakob Silfverberg
Ducharme : Ray Emery

Ducharme : Je complète ma défensive avec Tim Gleason, qui a connu une belle carrière dans la LNH avec les... Hurricanes de la Caroline. En effet, Gleason a été échangé aux Kings de Los Angeles en mars 2003 avant même de jouer une seule rencontre à Ottawa. Il a finalement disputé 727 parties dans la LNH, dont 546 avec les Hurricanes. Finalement, je complète mon équipe avec le gardien Ray Emery, qui était le gardien numéro un en 2007, quand l'équipe a fait sa seule présence en Finale de la Coupe Stanley. En plus, il n'a jamais eu peur de défendre ses coéquipiers, lui qui avait jeté les gants contre le dur à cuire des Sabres de Buffalo Andrew Peters lors d'un match de la saison 2006-07, une scène qui a marqué les partisans des Sénateurs.

Deschambault : Avec encore quelques attaquants de qualité toujours disponibles, je sélectionne le premier gardien en Brian Elliott. Aucun gardien repêché par les Sénateurs au cours de leur histoire n'a signé autant de victoires que lui (241). Elliott a souvent agi à titre de gardien auxiliaire, mais il a montré qu'il pouvait faire le travail quand on faisait appel à lui comme numéro un. Il a maintenu un pourcentage d'arrêt très respectable de ,912 au cours de sa carrière. Après avoir vu John choisir Pageau, je me tourne vers Silfverberg, auteur de 138 buts et 191 points en 558 matchs. Sa polyvalence sera un bel atout pour ma formation, qui sera efficace dans toutes les phases du jeu.

Video: ANA@CGY: Silfverberg vole la rondelle et fait 2-1
 

Ciolfi : Je complète mon attaque avec un natif d'Ottawa. L'inconstance empêche Pageau de devenir un attaquant d'élite dans la LNH, mais il a semblé être sur la bonne voie cette saison, établissant une marque personnelle avec 26 buts en 67 matchs. Il est également une vraie menace en infériorité numérique, inscrivant 13 buts et 20 points à cours d'un homme lors de ses six dernières saisons. Quant au gardien, Lehner s'est avéré un choix facile. Même si sa carrière s'est amorcée lentement avec Ottawa, il est finalement devenu un gardien d'élite dans la LNH, surtout au cours des deux dernières saisons, alors qu'il a affiché une moyenne de buts alloués de 2,47 et un pourcentage d'arrêts de ,925. Il a également remporté le trophée Jennings et le trophée Masterton avec les Islanders en 2018-19, alors personne ne peut douter de sa persévérance et de sa volonté.


En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.