Skip to main content

Poolers : Des nouvelles de l'infirmerie

Les Jets devront faire sans Byfuglien, mais Morrissey semble en mesure de prendre la relève

par Nicolas Ducharme @nicolasducharme / Journaliste LNH.com

S'il y a un joueur qui est difficile à remplacer dans la LNH, c'est bien Dustin Byfuglien. Le défenseur des Jets de Winnipeg est un modèle à part dans la LNH avec son gigantesque physique, ses qualités offensives et sa force de frappe, que ce soit avec ses épaules ou son lancer frappé.

C'est pourtant ce que devront faire les Jets puisque « Big Buff » s'est blessé au bas du corps face au Wild du Minnesota. Il sera absent pour au moins quatre semaines, si ce n'est pas davantage.

Or, les Jets ont dû faire face à une telle situation cette saison à deux reprises. Byfuglien en est à sa troisième blessure de la saison, toutes de natures différentes. Il avait raté deux matchs entre le 14 et le 16 octobre, puis quatre de plus du 29 novembre au 4 décembre. 

À LIRE AUSSI : Poolers : Le top-25 des gardiens | Trois joueurs qui pourraient vous aider cette semaine

C'est Josh Morrissey qui devrait obtenir le gros des responsabilités de Byfuglien. Il est le deuxième défenseur le plus utilisé en avantage numérique à Winnipeg chez les Jets. Lors des absences de son coéquipiers, il a disputé cinq matchs et a amassé cinq points. Voilà qui est très encourageant pour les Jets, mais aussi pour les poolers qui possèdent Morrissey. 

Cette saison, Byfuglien avait accumulé 16 de ses 29 points sur l'avantage numérique, où il a joué 107:52. Dans le cas de Morrissey, il a sept points sur le jeu de puissance en 62:41, majoritairement sur la deuxième unité.

On peut donc croire que Morrissey est capable d'offrir une production relativement similaire à celle de Byfuglien en avantage numérique, surtout que ses coéquipiers sur la première unité seront de meilleur calibre. Morrissey a accumulé 22 points en 37 matchs cette saison tout en jouant près de deux minutes de moins que Byfuglien par match.

Video: EDM@WPG: Morrissey donne la victoire aux Jets

Là où on pourrait penser que la perte de Byfuglien ferait mal, c'est dans les pool où les mises en échec sont comptabilisées au pointage. Après tout, la force de Byfuglien ne fait plus de doute, lui qu'on a vu dans le passé maîtriser deux joueurs en même temps comme s'ils étaient de jeunes enfants.

Or, les mises en échec sont en baisse dans la LNH et « Big Buff » ne fait pas exception à la règle, loin de là. Lors de la saison 2014-2015, il a terminé avec une moyenne de 2,9 mises en échec par match, ce qui était bon pour le 12e rang parmi les défenseurs ayant disputé au moins 25 rencontres. Cette saison, ce chiffre est de 1,7, bon pour le 64e échelon! Une baisse drastique. 

Les Jets peuvent-il rester dans le haut du classement malgré la perte de Byfuglien? Je suis tenté de répondre : absolument! Après tout, leur fiche sans le gros arrière est de 5-0-1 cette saison. L'équipe compte, avec Jacob Trouba, sur un « Big three » de qualité, auquel se greffe Tyler Myers. Bref, la profondeur durant les quatre semaines à l'infirmerie du défenseur de 33 ans devraient permettre aux Jets de s'accrocher.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.