Skip to main content

P.K. Subban demeurera à l'écart du jeu

Le défenseur des Canadiens n'affrontera pas les Red Wings jeudi en raison de sa blessure au cou

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

BROSSARD, Québec - Le défenseur des Canadiens de Montréal P.K. Subban ne sera pas en mesure de revenir au jeu à l'occasion du match de jeudi à Detroit contre les Red Wings (19h30 HE; RDS, SNE, NHLN, FS-D).
Subban ratera donc un septième match en raison de sa blessure au cou, qu'il a subie le 10 mars lors d'une collision avec son coéquipier Alexei Emelin survenue vers la fin d'un match disputé contre les Sabres de Buffalo.

« Je ressens encore des symptômes à la suite de la blessure et ils ne veulent pas que je revienne à moins d'être à 100 pour cent, a indiqué Subban. En ce qui me concerne, je veux simplement y aller un jour à la fois et essayer d'être patient. C'est la première fois depuis le début de ma carrière que je suis exclu de l'alignement en raison d'une blessure, alors chaque jour qui passe me rend plus anxieux, mais nous avons les meilleurs soigneurs au monde et j'ai confiance en eux. »
Subban fera le voyage à Detroit avec l'équipe et il participera à l'entraînement matinal de jeudi. Il a refusé de spéculer sur la possibilité qu'il soit prêt en vue du match suivant des Canadiens, qui aura lieu samedi au Centre Bell contre les Rangers de New York.
« J'ai fait ça au début, tout de suite après ma blessure j'ai essayé de cibler des matchs, mais ça ne fonctionne pas comme ça, a noté Subban. Alors pour le moment, je dois faire confiance aux médecins et les laisser prendre les décisions à ma place. Quand ils verront que mon degré de mobilité sera suffisant pour faire en sorte que je ne serai pas à risque, je les laisserai dicter la marche à suivre. Je ne suis pas médecin. Je ne suis pas en mesure d'évaluer si ce serait risqué ou non de jouer. »
Subban a dit prendre des médicaments qui lui permettent de composer avec l'inconfort provoqué par sa blessure, et il a indiqué qu'il ne voulait pas jouer tant et aussi longtemps que ce sera le cas.
L'entraîneur des Canadiens Michel Therrien a dit espérer que deux autres blessés, les attaquants David Desharnais et Sven Andrighetto, soient en mesure de réintégrer l'alignement à Detroit. Desharnais a raté 17 matchs en raison d'une fracture au pied, tandis qu'Andrighetto s'est absenté des deux dernières rencontres à cause d'une blessure au haut du corps, qu'il a subie samedi lorsque le défenseur des Sénateurs d'Ottawa Dion Phaneuf l'a mis en échec très solidement.
Leur état de santé sera réévalué à la suite de l'entraînement matinal de jeudi.
Subban a déclaré que son destin se trouve entre les mains du personnel médical des Canadiens, mais Therrien a laissé entendre qu'il revient au principal intéressé de déterminer le moment de son retour au jeu.
« En bout de ligne, c'est P.K. qui va décider quand il va revenir, a déclaré Therrien. Ce sont toujours les joueurs qui décident. Ils savent quand ils sont prêts à jouer. »
Subban a pris soin d'absoudre Emelin de tout blâme à la suite de l'incident et il a clairement indiqué qu'il n'aurait jamais dû se retrouver dans une telle position.
« Je lui en ai parlé après le match et je lui ai dit de garder la tête haute, a-t-il fait savoir. Il n'y a aucune raison de lui reprocher quoi que ce soit. S'il y a quelque chose, c'est moi qui n'aurait pas dû perdre l'équilibre et me retrouver sur son chemin alors qu'il s'en allait compléter sa mise en échec. Il joue avec ardeur, je ne veux pas qu'il y pense, pas une seule seconde. Il n'y a pas lieu de le faire. »
Subban rencontrait les représentants des médias pour la première fois depuis qu'il a quitté la patinoire du Centre Bell en civière, semant l'inquiétude pour le reste d'un match que les Canadiens ont éventuellement remporté 3-2 en prolongation contre les Sabres. Il a dit se souvenir d'un seul son après l'incident, ou plutôt l'absence de sons, alors que c'était le silence total dans l'aréna.
« Ça faisait peur, a-t-il dit. On m'a toujours appris à ne pas rester étendu sur la glace, à me relever si quelque chose arrive. Dans cette situation-là, quand tu commences à ressentir de drôles de sensations dans les mains et des choses comme ça, ça fait un peu peur. Quand [le thérapeute en chef des Canadiens] Graham [Rynbend] s'est amené, je savais qu'au moment où il s'est penché sur moi, il valait mieux rester étendu. Ils ont pris toutes les précautions nécessaires. »
Les parents de Subban étaient en vacances dans les Caraïbes à ce moment-là et il s'est assuré de leur faire un petit signe pour les rassurer pendant qu'il était étendu sur la glace.
« La première chose que je voulais faire, parce que je savais qu'il s'agissait de mon cou, c'est d'essayer de bouger les mains et les jambes pour chasser la peur, mais aussi parce que mes parents et les membres de ma famille regardaient le match et je voulais qu'ils voient que j'étais capable de bouger, a dit Subban. C'est le genre de situation qui inquiète, mais la bonne chose c'est qu'il n'y a pas eu de dommages structurels. Maintenant, il s'agit surtout de retrouver ma mobilité. »
Le message final que Subban a communiqué à sa famille, à ses coéquipiers et aux partisans a été de lever le pouce au moment où on faisait avancer la civière vers la sortie en passant devant le banc des Canadiens.
« Je ne voulais pas que ça empêche les gens de bien dormir », a-t-il affirmé.

En voir plus