Skip to main content

Dubois a la chance de côtoyer les joueurs en Finale

Le Québécois accompagne le quintette d'espoirs invités par la LNH à San Jose

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

SAN JOSE - Pierre-Luc Dubois avait peu dormi depuis sa participation à l'éprouvante semaine de tests d'évaluation physiques et d'entrevues de la LNH (Combine). Ça n'empêchait pas l'espoir prometteur d'avoir les yeux grands ouverts à son arrivée au SAP Center, lundi matin.

Emporté dans un véritable tourbillon, le gaillard âgé de 17 ans faisait partie de la cohorte de cinq des meilleurs espoirs projetés en vue de la séance de repêchage 2016 de la LNH, invités à vivre l'expérience d'un match de la Finale de la Coupe Stanley.

Les autres étaient Auston Matthews, que plusieurs observateurs voient partir au tout premier rang par les Maple Leafs de Toronto, Patrick Laine, Matthew Tkachuk et Alexander Nylander.

Le quintette est arrivé en Californie tard dimanche soir et il va repartir tôt mardi.

« C'est une première pour moi d'assister à un match de la Coupe Stanley. Ça va être spécial. C'est une grosse journée. On se fait trimballer d'un endroit à l'autre », a souligné l'attaquant des Screaming Eagles de Cap-Breton. « On rencontre les joueurs des deux équipes et on donne plein d'entrevues, mais c'est très emballant. Nous avons du plaisir tous ensemble. Nous commençons à bien nous connaître parce que nous faisons beaucoup d'activités ensemble. »

Dubois espérait bien pouvoir faire un brin de jasette avec Marc-André Fleury des Penguins de Pittsburgh.

« C'est un québécois qui a déjà joué au Cap-Breton comme moi. J'aimerais pouvoir lui parler. »

Après s'être démarqué au cours du Combine à Buffalo et d'avoir été interviewé par 23 équipes, incluant les Canadiens de Montréal, Dubois retournera à Montréal afin de poursuivre son entraînement.

« Mon objectif c'est de faire le saut dans la Ligue nationale dès la saison prochaine. Je vais passer l'été à Montréal au lieu de retourner à la maison à Rimouski afin de m'entraîner. »

Dubois peut nourrir de grandes ambitions étant répertorié l'espoir numéro un parmi les patineurs d'Amérique du Nord par le Bureau central de dépistage de la LNH.

« C'est le `fun' le repêchage, mais ce n'est qu'une étape. Ce n'est pas garant d'une carrière dans la Ligue nationale. »

Le patineur qui a vu le jour à Sainte-Agathe des Monts, dans les Laurentides, est bien placé pour le savoir puisque son père Éric Dubois, un défenseur, n'a jamais évolué dans la LNH même s'il a été un choix de quatrième tour des Nordiques de Québec en 1989.

Après avoir porté les couleurs des Titans de Laval pendant cinq saisons dans les rangs juniors québécois (LHJMQ), Eric Dubois a bourlingué dans les rangs mineurs en Amérique du Nord avant de jouer en Allemagne. Il a par la suite été entraîneur et entraîneur-adjoint pendant une dizaine d'années dans la LHJMQ.

« Je n'ai pas réellement de souvenir de mon père comme joueur. J'ai passé beaucoup de temps avec lui dans les arénas quand il était entraîneur. Ça m'a aidé parce que j'ai baigné dans un environnement de hockey et appris plein de choses. »

Dubois a dit qu'il a hérité du trait de personnalité très compétitif de son père.

« Nous avons tous les deux beaucoup de caractère. C'était un leader qui aimait prendre les choses en main. Il jouait dur, il affectionnait le jeu physique. Je suis pas mal comme lui. »

Le joueur de la LNH sur lequel il veut calquer son jeu est le capitaine des Stars de Dallas Jamie Benn. Il estime que le principal aspect qu'il doit améliorer c'est son explosion sur patins.

« Je suis un gros bonhomme - 6 pieds 2 pouces, 201 livres - qui peut s'imposer le long des bandes, mais je dois être plus vite », a-t-il mentionné.

À Buffalo, plusieurs équipes ont manifesté de l'intérêt à son endroit. Les chances sont plutôt bonnes qu'il soit repêché par une équipe de l'Ouest canadien - les Oilers d'Edmonton, les Canucks de Vancouver et les Flames de Calgary détiennent les quatrième, cinquième et sixième sélections au total. Les Canadiens doivent parler au neuvième rang, au premier tour.

« On ne sait jamais ce qui peut arriver au cours de la journée du repêchage », a-t-il répondu avec un grand sourire aux lèvres quand on a évoqué la possibilité que les Canadiens le réclament. « J'ai eu une rencontre avec les Canadiens au Combine. Peu importe où je vais me retrouver, je fournirai l'effort maximum. »

Dubois a connu une remarquable progression après les Fêtes, passant du septième échelon au premier au classement des patineurs nord-américains. Il l'attribue au fait qu'il a commencé à évoluer à la position de centre.

« C'était une position qui m'était totalement inconnue. Je peux aussi jouer aux deux ailes, tant à gauche qu'à droite. Dans des matchs cette saison, j'ai même joué aux trois positions à l'attaque. »

D'ailleurs la position à laquelle il souhaite jouer dans la LNH a été la question à laquelle il a eu à répondre le plus souvent en entrevue avec les équipes.

« J'ai répondu que j'avais un penchant pour la position de centre », a résumé l'athlète qui a connu une saison de 99 points, incluant 42 buts.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.