Skip to main content

Mathieu Garon prend goût à son statut de gardien no 1 avec les Oilers

LNH.com @NHL

EDMONTON - Ses statistiques, son entraîneur et l'alignement déterminé par ce dernier disent tous la même chose: même s'il y a plusieurs aspirants au poste, Mathieu Garon est le gardien no 1 des Oilers d'Edmonton. Mais le principal intéressé ne tient rien pour acquis.

Ce qui fait que, même si Garon amorce la saison à titre d'homme de confiance de Craig MacTavish, devant Dwayne Roloson et la recrue Jeff Deslauriers, il n'entend pas se reposer sur ses lauriers.

Après huit saisons passées à tenter de s'établir à titre de gardien partant dans la LNH, Garon abordera le match de mercredi, contre les Ducks d'Anaheim, comme il l'a toujours fait. C'est-à-dire: comme s'il avait encore tout à prouver.

"Je ne suis jamais satisfait", a déclaré Garon, qui a frustré l'Avalanche du Colorado, dimanche, en réalisant 31 arrêts dans une victoire de 3-2 acquise lors du match d'ouverture des Oilers. "C'est l'expérience que j'ai acquise qui m'a amené à avoir une telle attitude.

"Après ce que j'ai vécu et ce que j'ai vu, il y a toujours quelqu'un qui va dire que tu n'es pas si bon que ça, que tu n'es pas un gagnant, des choses comme ça. C'est pourquoi je ne suis jamais satisfait et que je veux continuellement m'améliorer."

Garon a signé un contrat de deux ans à titre de joueur autonome sans compensation en juillet 2007, ce qui fait de lui une aubaine au sein de la confrérie des gardiens partants de la LNH. Il a encaissé un salaire de 1,2 million $ US la saison dernière et il recevra 1 million $ cet hiver.

Garon, qui est âgé de 30 ans, a présenté une fiche de 26-18-1 avec une moyenne de 2,66 et un taux d'arrêts de ,913 et il a conservé un dossier de 10-0 en fusillade, la saison dernière, si bien qu'il a ravi le poste de gardien partant à Roloson.

"J'ai quelque peu remis en question la situation des gardiens, a indiqué MacTavish. Jusqu'à ce qu'un gardien excelle plusieurs saisons de suite, il doit continuer de faire ses preuves jusqu'à un certain point. Mathieu a eu une excellente saison.

"Reste à voir s'il pourra le faire de nouveau, mais ils ont tous répondu à cette question. Ils sont tous au sommet de leur art - surtout Mathieu - mais Jeff a très bien joué dans les matchs préparatoires, tout comme Roli. Je suis très à l'aise avec la situation actuelle."

Après avoir été le réserviste de José Théodore avec le Canadien de Montréal pendant quatre saisons, Garon croyait bien avoir mérité un poste avec les Kings de Los Angeles en 2005-06, quand il avait présenté un dossier de 31-23-6 en 63 sorties.

Sauf que Marc Crawford a succédé à Andy Murray au poste d'entraîneur et il a fait de Dan Cloutier son gardien no 1. Garon n'a pris part qu'à 32 matchs en 2006-07. Puis est venue l'occasion offerte par les Oilers.

"L'occasion est là, a souligné Garon. J'ai lu quelque part que (MacTavish) avait dit que la balle était dans mon camp et que c'était à moi de faire le reste. Ca décrit pas mal bien la situation."

Garon sait bien qu'une autre bonne saison pourrait lui valoir une prolongation de contrat et le meilleur salaire de sa carrière, mais de la façon dont le ciel s'est assombri pour lui à Los Angeles pour ensuite s'éclaircir à Edmonton, il sait à quel point les choses peuvent vite changer.

"J'ai le sentiment qu'on fait plus que me donner une chance", a noté Garon, qui a été embauché dans le but d'agir comme réserviste à Roloson.

"Je suis le no 1 en début de saison, mais il faut faire ses preuves à tout moment et il n'y a pas de garanties. L'an dernier, j'étais supposé disputer 20 à 25 matchs et ç'a complètement changé en l'espace de deux mois."

En voir plus