Skip to main content

Les Leafs ont fait un bon coup en transigeant pour acquérir Luke Schenn

LNH.com @NHL

TORONTO - Les Maple Leafs de Toronto se frottent les mains de satisfaction de s'être assurés, en transigeant, de mettre la main sur le défenseur Luke Schenn. Jouant avec l'assurance d'un vétéran, le colosse natif de Saskatoon, en Saskatchewan, s'avère déjà un rouage important de l'équipe.

Schenn connaît des débuts fort prometteurs dans la LNH, qui ne sont pas sans rappeler à l'entraîneur Ron Wilson ceux du Québécois Marc-Edouard Vlasic dans l'uniforme des Sharks de San Jose, il y a deux ans.

"Marc-Edouard est arrivé dans la ligue à l'âge de 19 ans, et je dirais que c'est la même chose pour Luke parce qu'il vient de fêter son 19e anniversaire de naissance (le 2 novembre), a observé Wilson, samedi. Il est très mature, on le constate au premier contact avec lui, et il est très fort physiquement."

Wilson a tôt fait de déceler, à l'ouverture du camp d'entraînement, qu'il avait le potentiel pour s'établir rapidement dans la LNH.

"Si on m'avait dit avant le camp qu'il jouerait avec nous sur une base régulière en novembre, je ne l'aurais possiblement pas cru. Mais après l'avoir vu à l'oeuvre dans un match prépratoire, je ne suis pas trop surpris des succès qu'il connaît", a-t-il mentionné.

"Il était prêt au point où on se disait qu'il devait se frotter à des hommes sur une base régulière. Ça l'aurait mal servi que de retourner jouer dans les rangs juniors.

"Uniquement depuis son arrivée avec nous, il a gagné six livres de muscle, a indiqué Wilson. Il n'aurait pas gagné du muscle de la sorte chez les juniors. On estime que s'il ajoute une quinzaine de livres avant la fin de la saison, il va être passablement plus solide sur patins."

Choisi au cinquième rang, en juin, le gaillard qui mesure six pieds deux pouces et pèse 216 livres impressionne. Voyant en moyenne 21 minutes 18 secondes d'action par match, il venait avant samedi au premier rang chez les recrues au chapitre des tirs bloqués (23) et il était deuxième dans la colonne des mises en échec (35).

"Je ne me vois pas comme une verte recrue dans l'équipe, a mentionné Schenn. Les joueurs ont facilité mon intégration dans le groupe et j'ai le sentiment de faire partie de la 'gang'."

Sur la glace, il a vite comblé la "fraction de seconde" afin de suivre le rythme pas mal plus effréné de la LNH.

"On me fait confiance et on m'utilise dans toutes les situations, même en prolongation, a-t-il souligné. J'apprécie la chance qu'on m'accorde, c'est ce qu'on m'avait dit et ça me facilite la tâche. Tout est beaucoup plus rapide, mais je n'ai pas eu à modifier mon style."

Fructueux repêchage

Schenn, qui jouait pour les Rockets de Kelowna, dans la Ligue junior de l'Ouest, est un des 10 choix de premier tour du repêchage de juin qui ont déjà fait leurs débuts dans la LNH. Un tiers des 30 premiers espoirs qui sont déjà dans la ligue: il s'agit d'une moisson exceptionnelle, voire inégalée. Le Canadien n'a pas parlé au premier tour.

Les quatre défenseurs qui ont été choisis, après le joueur de centre Steven Stamkos par le Lightning de Tampa Bay, ont brûlé les étapes. Ce sont, dans l'ordre, Drew Doughty (Los Angeles), Zach Bogosian (Atlanta), Alex Pietrangelo (St.Louis) et Schenn. Un autre défenseur, Luca Sbisa, réclamé au 19e rang, porte les couleurs des Flyers de Philadelphie.

Les quatre autres attaquants s'étant déjà trempés les pieds dans la LNH sont Nikita Filatov (sixième, Columbus), Mikkel Boedker (neuvième, Phoenix) Zack Boychuk (14e, Caroline) et Viktor Thikonov (28e, Phoenix).

En voir plus