Skip to main content

Les Islanders de New York vivront encore un été d'incertitude

LNH.com @NHL

UNIONDALE, New York (AP) - Ryan Smyth et Jason Blake ont souvent répété le slogan "Nous sommes tous des Islanders" durant le premier tour des séries éliminatoires.

Reste à voir si ce sera encore le cas à la fin de l'été, alors que la formation new-yorkaise s'apprête à vivre une autre saison morte d'incertitude.

Blake a récolté 40 buts et 69 points, deux sommets d'équipe, en saison régulière. Obtenu des Oilers d'Edmonton à la fin du mois de février, Smyth a totalisé 36 buts et 68 points. Mais toute cette production à l'attaque pourrait se retrouver bien loin de Long Island d'ici le mois de septembre prochain, alors que s'amorcera le prochain camp d'entraînement, car les deux joueurs pourraient devenir joueurs autonomes sans compensation cet été.

"Depuis que Ryan est ici, il a aidé certains de nos jeunes joueurs à se développer, a souligné l'entraîneur Ted Nolan, vendredi soir, après l'élimination en cinq matchs des siens face aux Sabres de Buffalo. Il leur a montré ce qu'il faut faire pour gagner. Nous ferons tout en notre pouvoir pour le garder."

Il semble que les Islanders font davantage la nouvelle après que les rondelles soient remisées, eux qui tentent d'imposer plus de respect sur la patinoire.

"Le message que nous tentons de communiquer, c'est que nous voulons être une équipe compétitive, et nous voulons voir des athlètes compétitifs jouer pour nous, a dit Nolan. Je pense que nous avons montré cela cette année. Nous voulons ramener la fierté dans cette concession et l'élever au niveau où elle s'est déjà trouvée par le passé."

Nolan a effectué un retour dans la LNH cette saison après avoir été incapable d'obtenir du boulot depuis 1997, année de son congédiement des Sabres de Buffalo. Son objectif premier, cet hiver, était de changer l'atmosphère au sein de l'équipe. Il a mené celle-ci dans les séries après une année d'absence en éliminatoires, réussissant le coup après l'une des saisons mortes les plus rocambolesques dans l'histoire du club.

Rappelons qu'après avoir embauché Neil Smith le même jour que Nolan, le propriétaire Charles Wang remplaçait son directeur général 40 jours plus tard par Garth Snow, gardien de l'équipe qui a pris sa retraite dans le but d'accepter le poste.

Wang a également étonné en accordant un contrat de 15 ans de 4,5 millions $ US par saison au gardien Rick DiPietro.

Mais Nolan n'a pas modifié ses plans et ç'a porté fruits.

"En début de saison, nous avions de 4000 à 6000 personnes à nos matchs, mais à la fin de la campagne, c'était plein, a noté Nolan. Espérons que nous pourrons regagner le coeur de nos partisans et ramener à Long Island la fierté qui y a été absente pendant si longtemps."

Malgré l'absence prolongée de DiPietro à la fin du calendrier régulier, les Islanders se sont faufilés dans les séries.

A leurs trois plus récentes présences en éliminatoires, les Islanders y ont accédé comme huitièmes têtes de série et ils ont partagé les honneurs des deux premiers matchs à l'étranger avant de retourner à la maison pour la suite de la série. Mais la formation new-yorkaise a subi la défaite à chacun de ses six affrontements au Colisée Nassau, pour ensuite s'incliner à l'étranger contre Ottawa (2003), Tampa Bay (2004) et Buffalo.

"C'est dur de dire que nous sommes satisfaits d'avoir pris part aux séries, a déclaré DiPietro. Il y a quand même une certaine partie de nous qui ressent de la fierté. Mais nous sommes déçus que ce soit déjà terminé."

Smyth a versé des larmes lorsqu'il a quitté Edmonton, sa ville d'origine, et la seule équipe pour laquelle il ait joué à ses 11 premières saisons et plus dans la LNH. Reste à voir si les Islanders réussiront à l'empêcher de retourner dans l'Association Ouest ou de se joindre à une autre équipe canadienne.

"Nous nous sommes battus en équipe et nous avons affronté bien des obstacles depuis mon arrivée, a dit Smyth. L'an dernier, j'ai vu ce que c'était de venir aussi près de remporter la coupe. Cette fois, ça fait vraiment mal. Et ça va faire mal pour un bon bout de temps."

En voir plus