Skip to main content

Le Lightning à court de réponses avant le match no 3

L'entraîneur affirme qu'il est difficile d'expliquer pourquoi l'équipe tire de l'arrière 2-0 en finale de l'Association de l'Est

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

TAMPA BAY - Jon Cooper n'a pas senti de déprime dans le vestiaire du Lightning de Tampa Bay après la défaite dans le match no 2 contre les Capitals de Washington, dimanche, un revers qui place le Lightning en retard 0-2 dans la série au meilleur de sept matchs, alors que le match no 3 de la finale de l'Association de l'Est aura lieu mardi au Capital One Arena (20 h HE, NBCSN, CBC, SN, TVAS).

L'entraîneur du Lightning n'a pas senti une équipe qui abandonnait. Il a plutôt senti de la colère, de la détermination.

Tout ça est très bien. Vaut mieux être en colère que résigné. C'est plus utile que le désespoir.

À LIRE : Les Capitals frappent fort et au bon moment

Mais encore plus utile que ça, ce sont les réponses. Le Lightning était à court de réponses, lundi, 12 heures après avoir perdu un deuxième match au Amalie Arena contre les Capitals, alors que la série se transporte en territoire ennemi. Tampa Bay n'est qu'à deux défaites de voir sa saison prendre fin.

La tournure des événements est surprenante, particulièrement pour ceux qui ont vu le Lightning vaincre les Devils du New Jersey et les Bruins de Boston aux premier et deuxième tours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, les deux fois en cinq parties.

« C'est difficile à expliquer, a admis Cooper lundi. Si on pouvait l'expliquer, on ne tirerait probablement pas de l'arrière 2-0. »

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait le sentiment qu'il s'agissait de la même équipe, Victor Hedman a été catégorique : « Non, évidemment pas. »

Le Lightning ne fait pas contre les Capitals ce qu'il a fait contre les Devils et les Bruins. La précision des passes, la vitesse sur la rondelle et peu de revirements. C'est disparu du jeu du Lightning, en partie à cause de l'adversaire, mais peut-être aussi, car le Lightning est soudainement désorganisé.

« Nous ne suivons pas notre structure comme nous l'avons fait lors des deux autres séries, a soumis Cooper. C'est une chose. La deuxième chose, c'est l'exécution. Tu obtiens des chances de faire des jeux et notre équipe est capable d'en faire, mais nous ne le faisons pas. »

« La rondelle se retrouve entre nos patins ou trop en avant, et on se met dans des situations où on ne peut la contrôler. Ce n'est pas nous. Cela dit, dans une saison de 82 matchs, je pourrais probablement compter 15 matchs où c'est arrivé. Ce sont des choses qui arrivent. Personne ne joue parfaitement. Personne ne conserve une fiche de 82-0 ou de 16-0 en séries. C'est juste plus difficile à ce temps-ci de l'année. »

C'est décourageant. C'est le pire moment de l'année pour perdre les capacités d'exécution qui a mené l'équipe là où elle se trouve. Particulièrement si rapidement.

Le Lightning a de la difficulté à stopper les Capitals, créant trop de revirements et accordant trop de lancers directs vers Andrei Vasilevskiy. Ils voient les Capitals refermer leur zone défensive et utiliser leur vitesse, alors qu'eux n'en sont pas capables. Ils obtiennent aussi peu de chances, particulièrement dans le match no 1, quand le gardien des Capitals Braden Holtby a réalisé 19 arrêts et été à peine testé.

Ils ont marqué quatre buts en deux matchs, trois en supériorité numérique, ce qui est bon pour l'efficacité de l'attaque à cinq, mais également de mauvais augure, car l'équipe doit parvenir à produire à forces égales.

« Nous devons évidemment être plus constants pendant 60 minutes, a expliqué Hedman. Nous nous sommes creusé un trou, mais s'il y a bien une équipe qui peut s'en sortir, c'est nous. »

Hedman croit que le Lightning peut rebondir et retrouver le jeu qui lui a permis d'atteindre la finale de l'Est. Il croit en ses coéquipiers et en la formation qui a amassé 113 points en saison régulière.

Mais, comme le reste de l'équipe, il n'a pas nécessairement les réponses.

C'est arrivé soudainement et le Lightning se retrouve dans une position où il doit faire des ajustements, peut-être même des changements. Les joueurs ne paniquaient peut-être pas après le match no 2, mais il y a des raisons d'être inquiets, car les choses ont mal tourné sans explications.

« C'est rapide, a dit Cooper. Ça va vite. En 48 heures, la série peut se terminer avec deux matchs et nous sommes du mauvais côté. Évaluez-vous les performances d'une équipe en séries avec les 48 dernières heures ou avec le dernier mois? Dans le dernier mois, nous avons très bien joué pour nous retrouver ici. Nous n'avons pas été bons dans les dernières 48 heures et nous devons régler ce problème. »

Ce n'est peut-être pas juste de juger le Lightning par son jeu dans les matchs no 1 et 2 de la finale de l'Est. Ils ont bien joué depuis le début des séries, mais ce n'est plus vraiment important. S'ils s'inclinent dans le match no 3, ils se retrouveront à un revers de l'élimination.

Ce ne sera plus important de juger leur façon de jouer à ce moment-là. Parce que les Capitals auront avancé en Finale de la Coupe Stanley et le Lightning en aura terminé, et continuera de se demander quand et pourquoi tout a déraillé.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.