Skip to main content

Le Canadien est éblouissant en infériorité numérique: 2-1 contre le Wild

LNH.com @NHL

ST. PAUL, Minnesota - Les unités spécialisées ont joué un rôle déterminant dans la victoire de 2-1 que le Canadien a remportée face au Wild du Minnesota, jeudi soir, au Xcel Energy Center.

Les joueurs du Tricolore ont donné l'impression de passer une bonne partie du match au banc des pénalités. Ce qui n'était pas loin de la vérité. Le Canadien s'est vu imposer 10 punitions pour un total de 15 minutes et 29 secondes passées au cachot. Le Wild n'est pas parvenu à en profiter une seule fois.

En revanche, le Canadien a réussi à marquer en supériorité numérique, un but d'Andrei Markov, son premier de la saison.

Francis Bouillon, son deuxième de la saison, a réussi l'autre filet du bleu-blanc-rouge.

Alex Tanguay a quant à lui récolté deux mentions d'aide.

Brent Burns a été le seul à déjouer Carey Price.

Le capitaine puni!

Le Wild n'a pas mis de temps à inscrire le premier but de la rencontre. Burns a marqué à 1:31 à la suite d'une passe de James Sheppard qu'il a habilement fait dévier derrière Price.

La riposte du Canadien n'a pas tardé. Bouillon a eu raison de Josh Harding d'un long tir voilé à 4:28.

Saku Koivu fait preuve de plus de discipline cette année. Il s'est ainsi vu imposer sa première pénalité de la campagne lorsqu'il a été surpris à retenir le bâton de son frère Mikko.

Le Wild a dû se défendre à trois contre cinq tôt en deuxième période. Markov en a profité pour réussir son premier but de la saison. Un véritable tir-canon sur réception que le gardien du Wild n'a jamais vu passer. Alex Tanguay a mérité sa deuxième passe de la soirée. C'était son 11e point de la saison.

A son tour, le Tricolore s'est retrouvé en déficit de deux joueurs pendant deux minutes 29 secondes, les arbitres Gord Dwyer et Chris Lee infligeant au Canadien six pénalités successives en l'espace de 10 minutes et 11 secondes. Le Canadien a toutefois tenu le coup, au grand mécontentement de la foule. Josh Gorges, Markov, Mike Komisarek, Robert Lang, Alex Kovalev et Tomas Plekanec ont été exceptionnels en infériorité numérique. Du côté du Wild, l'absence de Marian Gaborik, blessé, n'aura jamais paru plus évidente.

En troisième, le Wild est venu près de créer l'égalité. Eric Bélanger s'est échappé en infériorité numérique, puis Mikko Koivu a atteint un poteau durant une pénalité à Komisarek.

En voir plus