Skip to main content

CMJ: Les Russes surprennent les Canadiens

La troupe de Valeri Bragin s'est assurée du premier rang du groupe A grâce à un gain de 2-1

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

VANCOUVER - Il faut croire que les Russes attendaient leur duel face au Canada pour montrer véritablement de quel bois ils se chauffaient.

Pavel Shen a marqué le but qui a fait la différence en milieu de troisième période et la troupe de Valeri Bragin a offert sa meilleure prestation du tournoi, lundi, pour venir à bout des Canadiens 2-1 et ainsi s'assurer du premier rang du groupe A.

À LIRE AUSSI : Cinq choses à retenir du CMJ: Jour 5CMJ: Alexander Romanov impressionne Francis Bouillon

« C'était le premier match qui s'annonçait difficile pour nous, surtout mentalement, a déclaré l'attaquant Kirill Marchenko. Nous savions que le Canada était une équipe rapide et physique et nous étions prêts. Le fait de conclure la ronde préliminaire avec quatre victoires nous donne confiance pour la suite. »

Grâce à ce gain, la Russie affrontera la Slovaquie en quarts de finale tandis que le Canada se mesurera au perdant du duel entre les États-Unis et la Finlande.

La soirée avait pourtant commencé comme à l'habitude quand Cody Glass a donné les devants aux locaux avec seulement 2:20 d'écoulées à la rencontre, mais le but égalisateur de Grigori Denisenko - inscrit trois minutes plus tard - a semblé mettre un doute dans la tête des Canadiens qui ne s'en sont jamais remis.

« Nous étions peut-être un peu nerveux au début, a commenté le capitaine Maxime Comtois. Peut-être que certains gars ne s'attendaient pas à tout ce bruit. […] Après notre premier but, nous nous sommes assis et nous avons regardé le match.

« Nous avons mieux joué en deuxième et en troisième - nous avions plus d'urgence dans notre jeu. C'est une dure défaite, mais nous devons passer à autre chose. »

Les troupiers de Tim Hunter ont tenté de rallumer le feu pendant le reste de la soirée, mais les Russes ont été impeccables en défensive, ne leur laissant que très peu d'occasions de marquer. La Russie avait pourtant été très passives dans sa zone dans ses trois autres matchs de la ronde préliminaire.

Il faut croire que la motivation est plus élevée quand ils affrontent le Canada au Canada.

« Quand toute la foule te hue, c'est certain que tu l'entends, a fait valoir Marchenko. Ça fait en sorte que l'équipe se tient davantage et devient comme une famille. Ça nous aide à offrir notre meilleur. »

Maxime Comtois a probablement obtenu la meilleure chance de marquer de toute la rencontre, mais Pyotr Kochetkov l'a frustré à bout portant quand il a reçu une passe parfaite d'Owen Tippett devant le filet. La marque 1-1 à ce moment et il aurait pu s'agir de la fameuse étincelle pour le Canada.

Ça l'a finalement été pour la Russie.

« C'était le seul jeu qu'il pouvait faire, a dit Comtois. Il a fait un gros arrêt et ç'a peut-être changé le match. Pour nous aussi Michael a été solide. Il y avait deux très bons gardiens ce soir. C'est notre tâche de trouver un moyen de le battre. »

Le retour de la rivalité

Les deux équipes n'avaient pas croisé le fer au dernier CMJ, mais la rivalité entre les deux pays n'était pas disparue pour autant. Les coups d'épaule ont été distribués à outrance et plusieurs joueurs des deux côtés se réveilleront assurément avec des ecchymoses.

Faisant habituellement plus dans la dentelle, les Russes n'ont pas laissé leur place. Loin de là.

« On n'était pas surpris, mais on les a laissés dicter cette facette du jeu, a indiqué Comtois. En première période, on est restés sur nos talons, on les a regardés après notre but. C'est à nous de retrouver cette facette-là et de dicter le ton du match. »

Comtois s'est d'ailleurs retrouvé au centre de la majorité des altercations et a même souhaité la bonne année au capitaine russe Klim Kostin quand ils ont tous les deux été chassés en première période - Kostin pour rudesse et Comtois pour avoir plongé.

En entrevue à la télévision à l'entracte, Kostin a même comparé Comtois à Neymar.

« Tant mieux pour lui », a simplement rétorqué Comtois.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.