Skip to main content

La décision des Penguins de garder Marc-André Fleury a rapporté

Le gardien a permis à Pittsburgh de progresser en séries après la blessure au partant Matt Murray, et il sera devant le filet contre les Sénateurs samedi

par Wes Crosby / Correspondant LNH.com

CRANBERRY, Pennsylvanie - Le directeur général des Penguins de Pittsburgh Jim Rutherford affichait un large sourire vendredi matin.

Rutherford a amorcé sa conférence de presse avec une blague, qui lui a valu quelques rires. Il a blagué à quelques reprises au cours des 11 minutes suivantes, à la veille du match no 1 entre les Penguins et les Sénateurs d'Ottawa en finale de l'Association de l'Est au PPG Paints Arena samedi (19 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC, SN).

Cette scène ne se serait jamais déroulée sans le gardien Marc-Andre Fleury, a admis Rutherford.

« Si j'avais décidé d'échanger [Fleury], nous ne serions pas dans cette pièce en ce moment, a souligné Rutherford. Vous seriez dans une autre pièce, dans une autre ville. »

Après que le gardien Matt Murray eut subi une blessure au bas du corps au cours de l'échauffement du match no 1 de la première ronde de l'Association de l'Est, Fleury a remporté quatre de ses cinq départs contre les Blue Jackets de Columbus et il a continué d'afficher un excellent rendement contre les Capitals de Washington au deuxième tour.

Fleury devrait être le partant dans le premier match contre les Sénateurs.

Jusqu'au match no 7 de la deuxième ronde, Washington a constamment dominé Pittsburgh. Fleury a fait la différence. Il a accordé deux buts dans trois des quatre premiers matchs avant de blanchir les Capitals, alors que Murray lui servait d'adjoint, dans une victoire de 2-0 dans le match no 7 au Verizon Center.

« Dans la série contre Washington, je crois que nous avons joué deux bons matchs en tant qu'équipe, a avancé Rutherford. Si ce n'était de notre gardien, nous n'aurions pas remporté cette série. »

« J'ai vraiment aimé la série, a affirmé Fleury. Je tente de prendre du recul et d'apprécier chaque moment. […] Mes coéquipiers, tout au long de la saison, ont été fantastiques. »

À l'approche de la date limite des transactions 2017 de la LNH le 1er mars, le futur de Fleury à Pittsburgh était en doute, malgré les déclarations répétées de la part de Rutherford à savoir qu'il souhaitait pouvoir garder Fleury et Murray. Il a affirmé cela pour la première fois lorsque le camp d'entraînement s'est amorcé en septembre, mais les rumeurs se sont poursuivies.

La date limite est passée, et Fleury se trouvait toujours sur le banc des Penguins, à titre d'auxiliaire à Murray.

« Je ne cherche pas à célébrer, a affirmé Rutherford. Je n'ai jamais changé ma position depuis le début du camp. Je n'ai jamais douté. J'ai reçu des appels durant la saison de la part d'équipes intéressées. Ces conversations n'ont pas été très longues. »

Avant la date limite, Fleury n'avait obtenu que six départs depuis le 31 décembre. Après avoir réalisé 28 arrêts dans un gain de 6-2 contre le Lightning de Tampa Bay au PPG Paints Arena le 8 janvier, il n'a pas amorcé un autre match à domicile avant le 16 février, alors qu'il a stoppé 44 tirs contre les Jets de Winnipeg.

Fleury a obtenu trois départs entre le 14 janvier et le 11 février, et il a accordé un total de 10 au cours de deux d'entre eux (six buts contre les Red Wings de Detroit le 14 janvier et quatre contre les Coyotes de l'Arizona le 11 février).

« Il joue son meilleur hockey lorsqu'il dispute beaucoup de matchs, a noté Rutherford. En saison régulière, lorsque la situation a évolué et que les gardiens se séparaient les départs de manière à ce que l'un d'entre eux dispute cinq matchs de suite avant que l'autre gardien n'obtienne un départ, ce fut plus difficile pour lui. Il n'est pas habitué à cela. »

Pendant ce temps, Murray connaissait beaucoup de succès. Il a conservé une fiche de 32-10-4 avec une moyenne de buts alloués de 2,41 et un pourcentage d'arrêts de ,923 à sa deuxième saison dans la LNH.

Ainsi, Fleury s'est rangé derrière son protégé et a commencé à voir son rôle de partant devenir un souvenir pas si lointain.

« Je sais qu'il y a eu des moments cette saison où il est devenu un peu plus difficile pour notre personnel d'entraîneurs et pour nos gardiens, car les deux voulaient jouer, a admis Rutherford. Lorsqu'ils sont tous les deux en santé, la situation n'est pas idéale puisqu'un des deux risque d'être inactif un peu plus longtemps qu'il ne le souhaiterait, mais finalement, cela a fonctionné pour les deux gardiens. »

Fleury ne s'est jamais plaint. Il ne l'avait pas fait l'an dernier non plus, alors qu'il était l'auxiliaire à Murray en séries éliminatoires de la Coupe Stanley après avoir subi deux commotions cérébrales en saison régulière. 

« Je ne pourrais être plus heureux pour Marc, a assuré Rutherford, car selon moi, il est l'un des meilleurs joueurs d'équipe de tout le monde du sport. De voir de quelle manière il a composé avec la situation et de quelle manière il joue depuis deux rondes, je ne pourrais être plus heureux. »

Murray a temporairement cédé son rôle en raison d'une blessure inopportune. Il veut gérer cette situation de la même manière que son mentor l'aurait fait.

« Je dois savoir quand aller lui donner une petite tape dans le dos, et quand me tenir loin de lui, a évoqué Murray. Il s'agit d'un genre de soutien mental, comme tout ce que [Fleury] a fait pour moi l'an dernier. »

En voir plus